Articles

Ma première fois

C’est donc la première fois où j’étais assesseur suppléant dans un bureau de vote. J’étais dans l’école Alphonse Daudet, bureau n°14 de la 11ème circonscription de Paris.

A mon arrivée à 12h, le titulaire que je devais remplacer de l’UMP était bien là, ainsi que la suppléante du MoDem et la Présidente suppléante du PS. La tache, en elle-même est relativement simple : l’assesseur est chargé de vérifier la bonne régularité des votes pour le candidat qu’il représente. Tout litige devant être inscrit dans le procès verbal et si aucune décision ne peut être prise sur le moment, c’est le juge administratif d’astreinte qui tranchera sur le champs. Le titulaire, quant à lui a les mêmes tâches que le suppléant sauf qu’avant l’ouverture du bureau il vérifie que l’urne est bien vide, la ferme et garde un jeu de clés, vérifie que les cahiers d’émargements sont vides de toute signature et que tout est conforme. Le soir, il vérifie avec le président que l’urne n’a pas été ouverte, que le nombre de votants corresponds bien au nombre de d’enveloppes, etc…

En ce qui me concerne, je prenais les cartes d’électeurs et les pièces d’identités et vérifiais que la personne était bien sur les listes électorales et les faisais émargées après leur vote. J’avais donc tout loisir d’admirer tout ce qui passait. LOL

Et bien rien de bien intéressant à se mettre sous la dent. Il y avait pourtant deux bureaux de vote joints et donc deux fois plus de personnes et franchement, sur le millier qui sont passés, juste une à deux personnes étaient potables !!! Quelle tristesse !!! Moi qui pensais repartir avec au moins une dizaine de numéros !!! LOL Je rigole.

Je suis reparti à 18h30, satisfait d’avoir participé à manière à cette élection et d’avoir fait un « devoir » citoyen. J’attends désormais les résultats.

PS : J’ai tout de même vu, par ordre d’arrivée : Nicole GUEDJ candidate UMP, Yves COCHET candidat PS – Les Verts et Marielle de DE SARNEZ candidate UDF – MoDem.

Manoeuvre politique ?

Je m’interroge de plus en plus sur la stratégie de François Bayrou. En effet, je me demande si tout cela n’est pas un stratagème pour découper en morceau Ségolène Royal lors de son débat. En effet, rien ne l’empêche de réfuter chaque proposition et de la faire passer pour une incompétente car je vois quand même mal l’UDF faire une alliance avec le PS et donc par extension avec l’extrême gauche.

Même s’il acceptait des postes de ministres, il ne pourrait pas l’être à côté de communistes. Je veux bien qu’il ait l’esprit ouvert et qu’il veuille faire des concessions mais de là à faire le grand écart, c’est impensable. Comment pourrait-il faire pour que la candidate fasse des pas vers le libéralisme sans se mettre à dos les partis de gauche et donc ses électeurs potentiels. Ceux-ci pourraient se raviser et voter blanc.

Avant même le premier tour, Michel Rocard avait soulever les foules en proposant une alliance. Quelques jours plus tard, cela ne dérangeait plus personne au PS. Il est clair qu’une majorité de votants de gauche ne peuvent pas cautionner cette initiative qui va à l’encontre pure et dure de leurs convictions les plus profondes. Ils ne voteraient quand même pas pour une candidate qui autorise une part de libéralisme. C’est d’ailleurs une des raisons qui avait causé la chute de Jospin en 2002, car ce dernier n’avait pas un programme à gauche, mais un programme de centre gauche. Je crois que le PS a la mémoire courte.

Peut être également qu’il n’y a rien de tout cela et que Bayrou fait ce rapprochement sans stratégie aucune, sauf celle de préparer les législatives, et donc de faire des alliances dans des cantons pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat UDF et pas de candidat PS. Et c’est là où le bas blesse car dans ces fiefs électoraux, je vois mal les sympathisants de gauche voter pour l’UDF car on ne leur en laissera pas le choix.

La gauche devrait faire les bons calculs car, même si elle gagnait les présidentielles, il serait dommage qu’elle n’ait pas la majorité absolue au parlement. Cela serait une première après le passage au quinquennat. Une cohabitation 1 mois après une élection présidentielle ça pourrait être très drôle. Et malheureusement, cela serait encore la France qui en pâtirait.

16 sur 29

Selon les chiffres donnés au journal de France 2 cet après-midi et si ma mémoire est bonne, il y aurait déjà 16 députés de l’UDF qui ont rejoins le camp Sarkozy, 1 qui votera blanc et 12 qui ne se seraient pas encore prononcé. Au moins, même si le boss ne se prononce pas, son entourage le fait et va plutôt vers l’UMP.

Si l’on rajoute à ceux-là ceux du PS qui se sont ralliés également au candidat de droite, on voit plutôt une dynamique de gauche vers la droite que le contraire. Gageons que les électeurs fassent de même.

Qui veut de moi ?

Ce n’est pas une proposition indécente qui se cache derrière ce titre mais plutôt un résumer de ce que l’on peut voir chaque jour au niveau de la campagne électorale. Hier, Mr Sarkozy annonçait que s’il était élu, il y aurait probablement des ministres de l’UDF dans son gouvernement. Aujourd’hui, on apprenait que Michel Rocard souhaitait un rapprochement avec François Bayrou, et ce dès maintenant avant le premier tour. Au moins, le candidat de l’UMP garde sa ligne de conduite et propose des solutions pour l’après élection mais le PS, lui, a tellement peur de ne pas atteindre le deuxième tour, qu’il préfère attraper comme il peut des dernières branches. Sans doute se sont-ils rendu compte qu’une parti de leur électorat risquait de voter dans le centre. Pour preuve, mon copain qui est socialo à mort (et oui je sais, je dois supporter cela tous les jours) veut voter Bayrou car il ne s’imagine pas une seconde avec Ségolène au pouvoir. Selon moi c’est une mauvaise idée de la gauche de vouloir se rapprocher maintenant de l’UDF car, pour ceux qui étaient prêt à voter pour Bayrou car ils hésitaient avec Sarkozy, ils reviendront à ce dernier, de peur de voir une alliance PS – UDF arriver au pouvoir. C’est forcément une perte pour Bayrou. De plus, pour ceux qui hésitaient entre le PS et l’UDF, à cause de Ségolène, ils iront à l’UDF, pensant que de toute façon il y aura une coalition par la suite. Au final, le perdant sera le PS car les voix iront à l’UDF ou à l’UMP. Et pire, ceux qui voulaient voter PS mais qui hésitaient avec l’extrême gauche, iront obligatoirement sur ce dernier, ne voulant pas un alliance avec un parti libérale.

Bayrou, lui se dit satisfait de voir que ses propositions ont un écho favorable mais ne se rend pas compte que le PS et l’UMP font de la stratégie pur et simple pour essayer de récupérer les électeurs indécis. Au final, je pense que ce sera dans l’ordre, l’UMP la plus favorisée par ce stratagème, puis l’UDF, les partis d’extrême gauche et qu’enfin le PS perdra encore des voix.