Articles

Et si François Hollande allait plonger un peu plus la France dans le déclin.

François HollandeDepuis le mois de mai, François Hollande est au pouvoir. Sur les premiers mois de sa mandature, il était difficile de se faire une idée précise sur ce que serait sa politique sociale, économique, sécuritaire et diplomatique. Désormais, cela fait bientôt 8 mois qu’il est au pouvoir, et l’image de ce que seront les quatre années à venir se dessine. Il devait être le Président du changement et de la normalité. Fini le temps du « bling bling » de Nicolas Sarkozy, du diktat d’Angela Merkel, et des marchés financiers qui font la loi !

La réalité des choses est malheureusement différente pour ses électeurs, et ô combien heureuse pour ses opposants. La gauche espérait un digne successeur de François Mitterrand, et se retrouve avec une pâle copie de Nicolas Sarkozy. Et quand je dis « pâle », je suis gentil. Je devrai dire copie « transparente ». Effectivement il n’y a plus cette omniprésence,  remplacée par une omniabscence, il n’y a plus ce côté « ors de la république » et pourtant le François s’engraisse de jour en jour, il n’y a plus ce discours capitaliste et pourtant quand l’occasion se présente de nationaliser une entreprise pour l’exemple, cela se transforme en accord en faveur de Lakshmi Mittal ; bref, beaucoup de promesses de campagne qui s’envolent jours après jours.

A titre personnel, j’étais mécontent de son élection. Mais plus les semaines passent et plus je suis content. Je lui aurais préféré un Nicolas Sarkozy, mais aujourd’hui, je me dis que finalement ce côté droite sociale à la façon de Jacques Chirac est meilleure pour le pays qu’une gauche radicale. La seule chose qui manque encore et toujours à ce gouvernement, comme aux précédents, c’est cette volonté de réformer structurellement ce pays, comme le font aujourd’hui la Grèce et l’Espagne. Ces réformes nécessaires, que personne ne veut entreprendre et dont l’importance est cruciale pour notre beau pays qu’est encore la France, feraient que notre pays resterait à terme dans le G8. Hors, aujourd’hui, en ne faisant rien, nous prenons le chemin de la sortie.

Les débats et les propositions de loi que ce gouvernement nous propose sont à cent milles lieux des nécessités d’aujourd’hui. Entre le mariage pour tous, le droit de vote des étrangers, le cumul des mandats, etc., ce ne sont pas ces lois qui sortiront notre pays de la crise. Bien au contraire, c’est un subterfuge pour tenter d’attirer notre attention sur d’autres sujets et nous faire croire que la vie sera meilleure par la suite.

Mais en quoi ceci va changer profondément les choses ? En rien !

Notre pays se dirige lentement mais surement vers ce déclin immuable que des politiques de droite comme de gauche ont construit depuis trente ans. Ces politiciens pour qui nous votons n’ont qu’un seul but, se faire élire ou réélire. Et cela s’arrête là. Il faut que nous arrêtions de croire qu’ils essayeront de trouver une solution à nos problèmes. Cela sont rares, malheureusement.

Quoiqu’il en soit, moi, homme de droite, me rends compte que cela aurait pu être pire avec un Président de gauche. Cependant, je ne désespère pas  que les choses changent et que demain de vraies décisions soient prises.