Articles

Ma lettre écrite ce jour à HSBC pour leur foutage de gueule en règle !

OBJET : Lettre de désistement de chèque que je n’ai pas demandé et donc que je m’engage à ne pas encaisser pour obtenir de vos services un VIREMENT tel que je l’ai demandé depuis le début !!!!!

Madame, Monsieur,

Je vais tenter de rester calme en vous écrivant cette lettre, mais l’envie de vous insulter de tous les noms d’oiseaux est très forte. Être pris pour un con depuis des semaines par vos services est peut être jouissif pour vous, mais pas pour moi. Depuis le mois de mai, vous avez reçu de ma part une demande de déblocage de mes avoirs suite à ma rupture de contrat. Or, à ce jour, je suis toujours dans l’attente du paiement de mes avoirs.

Une petite chronologie :

  • Début mai : je vous envoie ma première demande avec RIB, adresse et numéro de téléphone pour obtenir le déblocage par VIREMENT.
  • Début juin : sans aucune réponse de votre part, je vous contacte par téléphone où j’apprends que vous avez envoyé un chèque à mon ancienne adresse et qu’il vous est revenu. Je dois donc vous envoyer un justificatif de domicile, une photocopie de pièce d’identité, un RIB ce que j’effectue. Je précise même que je suis au courant que des frais me seront prélevés pour transformer le mode de paiement par chèque, en VIREMENT, bien que je n’aie jamais demandé de chèque. Mais pour faire accélérer les choses, je veux bien prendre ces frais pour moi et demande donc un VIREMENT.
  • 19 Juin : Je vous appelle pour savoir où cela en est. On me répond que ma demande a bien été prise en compte le 17 juin et que je dois compter entre 4 et 8 jours pour recevoir le VIREMENT.
  • 26 Juin (je crois) : Je vous appelle pour savoir où cela en est, car je ne vois rien arriver. On me répond alors qu’on aurait dû me contacter, car le service comptabilité a bloqué mon dossier, car il voulait s’assurer que j’étais bien au courant des frais occasionnés pour transformer le chèque en VIREMENT. Je réponds alors que c’était écrit dans ma lettre que vous avez reçue le 17 juin. Mon interlocutrice me confirme alors l’information en me lisant la lettre qu’elle a sous les yeux. Elle est désolée et m’informe qu’elle envoie un message au service comptabilité pour qu’il accélère le paiement par VIREMENT. Il faudra compter 4 à 8 jours.
  • 1 Juillet : Je rappelle et vos services sont saturés. On prend mes coordonnés pour me rappeler. Dans l’après-midi on me rappelle. Votre collaboratrice (encore une autre évidemment) est heureuse de m’annoncer que le solde de mon compte est à 0 € et donc que le paiement est en cours. Je demande quand je recevrais le VIREMENT et : « Mais on vous a envoyé un chèque Monsieur ». J’indique alors que depuis le début j’ai demandé un VIREMENT et on me répond textuellement et énervé : « On peut savoir en quoi ça vous gêne d’être payé par chèque ? ». Sauf que je suis en Espagne et que je ne reviens pas en France avant septembre. Je ne pourrais donc pas encaisser ce chèque avant des mois. J’exige donc un VIREMENT. Après âpres négociations, j’arrive à obtenir à ce qu’on demande un VIREMENT en remplacement du chèque. Votre collègue devait envoyer un message de réclamation au siège. J’avais demandé à ce qu’on me contacte par téléphone pour me confirmer l’avancement du paiement.
  • 2 Juillet : Je reçois, à ma grande surprise, un appel de vos services. Une dame laisse un message sur mon répondeur : « Bonjour, conformément à votre demande, je vous rappelle pour vous donner l’avancement de votre déblocage HSBC. Je suis… ». Fin de votre message… Le contraire m’aurait étonné. Même pas capable de laisser un message sur un répondeur. De là à faire un VIREMENT… On en est loin. J’appelle donc vos services qui sont saturés encore une fois. Après 20 minutes d’attente, je tombe sur un collaborateur. Je lui explique que cela fait des semaines que j’attends mon VIREMENT et ce monsieur se permet de me couper en levant le ton pour me dire « Monsieur, ne dites pas n’importe quoi en disant que cela fait des semaines. Votre demande de VIREMENT date du 28 juin ». Là, je suis hors de moi. Tout d’abord vous osez lever le ton alors que vous êtes en faute et deuxièmement vous mentez. Vous ne connaissez pas le dossier. Moi je le connais. Après multiple discussion on arrive à voir que le 28 juin, une demande de transformation du mode de paiement a été effectuée. Un VIREMENT a été demandé. Miracle !
  • 3 Juillet : Je rappelle au cas où cela aurait encore changé. J’attends encore 20 minutes qu’on me réponde. (Les communications depuis l’Espagne sont pour ma gueule évidemment). Au début on me reparle de chèque jusqu’à ce votre collaboratrice se rende enfin compte que le 28 juin, un VIREMENT a été demandé. Ceci me met la puce à l’oreille et je demande si c’est l’ordre de VIREMENT qui a été demandé ou si c’est simplement la transformation du mode de paiement… Évidemment, ce n’est pas l’ordre… Je demande à ce qu’on fasse le nécessaire pour accélérer l’ordre. On me répond « Oui » et on me demande gentiment de ne plus appeler vos services, car cela ne changera rien. Je réponds que si je veux appeler tous les jours, je le ferai, vu votre niveau d’incompétence.
  • 8 Juillet : Je viens encore aux nouvelles. Votre collaborateur m’informe que le siège est en attente du chèque qu’ils m’ont envoyé ainsi qu’une lettre de désistement ! 

MERDE !!!!!!

Comment je peux vous envoyer un chèque qui arrivera chez moi en France alors que j’ai déjà précisé à plusieurs reprises que je suis en Espagne et que je ne reviendrais pas avant septembre. J’ai demandé depuis le début un VIREMENT et si vous êtes incapables, incompétents, débiles, stupides, cons, ce n’est pas mon problème. J’ai demandé un VIREMENT et je veux un VIREMENT !

Veuillez donc, Madame, Monsieur, prendre en compte mon désistement pour un chèque que je n’ai pas entre mes mains. Je ne l’encaisserai JAMAIS. Merci, à réception de ce courrier, de faire un VIREMENT. Je sais que cela occasionnera des frais, mais je m’en tape totalement. Commercialement parlant, il serait de bon ton de ne pas me facturer ces frais, car ceux-ci sont uniquement dus à votre incompétence. De plus, vous recevrez prochainement le détail de mes communications téléphoniques pour en effectuer le remboursement.

Sur ce, je vous souhaite une très bonne journée alors qu’en ce qui me concerne cela fait des semaines que vous pourrissez les miennes.