Articles

Les Blogs et les réseaux sociaux.

Après mon IVB (Interruption volontaire de Blogging) début 2009, j’avais un peu quitté la blogosphère et donc aussi la pédéblogosphère. Je n’avais donc pas remarqué le changement de comportement qu’avait impliqué le développement à outrance de ces nouveaux médias sociaux. Entre les Facebook, les Twitter et plus récemment Google+, le phénomène du Blog a perdu un peu de sa splendeur. Pourtant, les réseaux précités étaient déjà là en 2009 (sauf pour le dernier). Mais tout a changé.

Je me rappelle les audiences, le nombre de commentaires qui pouvaient découler d’un seul article aussi banal soit-il. Il y avait un vrai lien entre l’auteur et les lecteurs, il y avait un vrai lien entre les blogueurs entre eux. Aujourd’hui, après ma coupure de 2 ans, j’ai l’impression que beaucoup de choses ont changé. La première idée qu’il me soit venu, fut que c’était moi la raison, que ceux que j’avais perdus n’étaient pas forcément au courant de mon retour. Mais à y regarder de plus près, ce n’était que très anecdotique, la communauté étant assez restreinte, à un moment ou un autre mon auditoire pouvait se rendre compte de ma présence. Il y a ensuite l’intérêt que j’arrive à susciter auprès des lecteurs et il est clair qu’à ce niveau je me pose encore beaucoup de questions. Je me dis que je parlais peut-être de choses plus terre-à-terre, et qui donc, pouvaient intéresser de manière plus importante. Mais là encore, en intégrant mes archives je me suis rendu compte que finalement je ne parlais pas autant que cela de sexe, de cul, de bite, des gays et que c’était plutôt mon quotidien qui était le centre de mes articles. Rien de bien transcendant, donc, pour mes lecteurs. Et puis je vous ai lu également. Et j’ai observé une même érosion de commentaires et de réponses à vos propos. Pourtant, vous n’êtes pas partis durant des années, vous n’avez pas coupé les ponts au risque de perdre l’attention de certains.

Le problème était donc autre. Et la réponse est pour moi évidente : Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux cannibalisent à eux seuls la majeure partie de cette attention et nous devons donc redoubler d’effort pour arriver à faire venir sur nos blogs nos chers lecteurs. Les agrégateurs RSS n’aident pas non plus, sachant qu’ils permettent, évidement, de toucher plus facilement du monde, mais que dans le même temps nous suppriment du trafic, et enfin l’éventuel commentaire. Car oui, je pense que vous et moi avons un certain plaisir à ce que vous, chers lecteurs, vous laissiez un petit commentaire. L’ironie de la chose c’est que pour avoir une audience plus large, je publie via Facebook les titres de mes articles et j’obtiens certains commentaires sur ce réseau social alors que j’aimerais tant qu’ils soient laissés sur le blog lui-même.

Mais ce que je conclus et qui me fait poursuivre sur mon blog et qui fera que je continuerais probablement un certain temps, c’est qu’il ne me viendrait jamais à l’idée d’écrire de la sorte sur Facebook. C’est pourtant possible, mais pour moi, ce média n’est pas fait pour cela. Facebook est pour moi un lieu de proximité avec des amis plus ou moins proches, un lieu de rigolade et de déconne. Il reste assez superficiel. Mon blog, c’est mon Bébé car c’est une partie de mon âme, de mes états d’âme, de ce que je suis de manière plus profonde. Et seuls ceux qui voudront faire l’effort d’y aller pourront en savoir plus sur moi, pourront en découvrir plus sur moi. Ce n’est pas un journal intime, c’est simplement une part de ce que je suis et dont je vous laisse, chers lecteurs, entrevoir une partie. Il est évident que cette vision a évolué au cours des années et ce que j’exprime aujourd’hui est bien différent de ce que j’exprimais en 2003. C’est la maturité (j’espère).

Chers lecteurs, vous qui avez ce courage de venir me lire, qui avez une part de voyeurisme sur ce que j’écris, je vous remercie. Sachez simplement qu’un commentaire, positif ou négatif sera toujours la bienvenue et qu’il ne sera que très rarement modéré.

Un an déjà.

Un an déjà que ce blog existe. Il a vécu une part de ma petite vie et reste un des rares privilégiés à connaître beaucoup des belles et moins belles choses de mon quotidien. Vous êtes, vous aussi lecteurs, les premiers témoins de ce journal intime. Vous pouvez me conseiller et m’aider dans cette rude chose qu’est l’existence. Rien qu’en écrivant ce post cela me remémore tout ce qui s’est passé sur cette année : à mon travail où j’ai été promu, ou bien alors dans ma vie sentimental où je découvrais mon amour naissant dans cet homme qui est mon amour et avec qui je n’aurai jamais pu imaginer il y a un que notre amour et relation deviendrait fusionnel, ou encore mes coups de blues et de tristesse.

Je voulais déjà vous remercier, les quelques 32000 lecteurs passagers ou réguliers qui êtes venus lire mes 227 posts et qui avez laissé 506 commentaires.

Je suis ému d’écrire tout ceci et j’espère que ce blog continuera longtemps avec vous qui m’aidez à le faire vivre. Je vous dis à l’année prochaine, même jour, même heure, même blog.