Articles

Et de 11 !

Que ça fait du bien. Aujourd’hui était mon premier jour de repos depuis le 26 juin. Entre la préparation des soldes et les soldes, je n’ai plus eu une minute à moi. Mardi 27 juin, veille de début de liquidation on a passé toute la journée à tout mettre en place mais réussi le tour de force de partir à 20h50 pour aller regarder le match contre l’Espagne. D’ailleurs ce fut un vrai plaisir que de le regarder. Le mercredi levé à 6h du matin car il restait quand même deux ou trois petites choses à faire au magasin pour une ouverture à 9h. La journée s’est bien passée même si elle fut moins importante que prévue. Je suis rentré chez moi à 20h complètement exténué mais impossible de dormir le soir et à 1h30 du matin je voyais toujours le réveil que je vis ensuite à 6h30 !!! Le jeudi matin je suis arrivé à 9h00 complètement mort au magasin à tel point que je faisais et disais n’importe quoi aux clients. Je suis parti à 18h30 tellement je n’en pouvais plus. J’ai enfin réussi à dormir dès 22h et jusqu’à 8h non stop. Le vendredi la même chose soit de 9h à 21h au magasin avec la nouvelle où le samedi matin il me faudrait venir plus tôt car on devait changer pleins de choses. Je me suis donc ramené à 7h30 pour mettre tous les tee-shirts devant car vu le climat, ils se vendraient mieux que des gilets !!! Je me suis barré à 19h30 mais cette fois en pleine forme pour aller voir les brésiliens se prendre une dérouillée par les bleus. Dimanche, enfin une « grasse » matinée car début du boulot à 12h jusqu’à 19h30. Lundi on se refait un petit 9h – 20h, mardi et mercredi la même chose, histoire d’être sur de bien y prendre gout. Au total sur ces 10 jours, cela fait la modique somme de 97.5h soit 2.78 semaine de travail à 35h !!! C’est beau que d’être cadre.

Et ce matin, à 9h30, le téléphone fixe de l’appartement sonne et me réveille car un monsieur s’est trompé de numéro. Bien évidemment, il me sera impossible de m’endormir et donc à 9h45 je me lève définitivement. J’en aie profité pour aller chercher des documents nécessaires à H. pour créer mes contrats. Un petit tour chez le dermatologue histoire d’avoir une gueule qui ressemble à autre chose qu’une calculatrice (merci le stress) et enfin petit tour chez Space hair pour raccourcir ma touffe de cheveux.

35 Heures

Le débat vient de s’ouvrir de nouveau à l’Assemblée Nationale pour qu’un salarié puisse travailler autant qu’il le souhaite, à savoir plus que 35 heures hebdomadaire. Evidemment, la gauche démarre au quart de tour sur ce projet de loi qui part à l’opposé de ce qu’elle a mis en place il y a déjà plus de 5 ans.

Celle-ci se targue d’avoir créée plus de 350 000 emplois mais oublie simplement de dire ce que cela a coûté à l’état : 15.6 milliard d’euros en 2002. De plus, toutes les personnes qui souhaitaient gagner plus en travaillant plus ne peuvent plus le faire puisque les heures supplémentaires sont désormais limités et de toute façon ne peuvent être qu’annuelles. En effet, les 35 heures ont mis en place le système de l’annualisation du temps de travail et, par exemple, un employé doit travailler 1600 Heures sur un an soit 35 heure par semaine en moyenne. Hors, les personnes qui souhaitaient travailler plus à la fin du mois pour gagner un peu plus ne peuvent plus le faire puisque leurs heures sont décomptées de leur quota. Evidemment elles pourront dépasser à la fin de l’année mais n’auront des heures payées en plus que sur un mois. Enfin ces heures sont limités dans la quantité et donc un employé ne pourra en faire qu’un certain nombre.

Alors pourquoi empêcher de travailler ceux qui le veulent ? S’ils veulent gagner plus d’argent c’est le droit. Et si d’autres ne le veulent pas c’est également leur droit. Ainsi, en quoi cela serait gênant de modifier les 35 heures qui sont actuellement obligatoire, pour un texte qui permettrait de travailler le temps que l’on veut ? Ce serait gênant pour personne ou alors pour celles non motivées. Et c’est tout.

Alors messieurs de Gauches, arrêtez de crier au scandale et au fait que la droite veut revenir sur des acquis sociaux, mais voyez de l’avant pour un texte qui se veut simplement plus libre. Nous sommes dans un pays où chacun a le droit de travailler autant qui le veut et donc de gagner autant qu’il le souhaite.

Source : Le Monde