Patricia Kaas chante Édith Piaf

Kaas chante PiafChoupinette et moi avons vu en concert Patricia Kaas, chanteuse que nous aimons bien. Sa tournée actuelle est une reprise des chansons d’Édith Piaf, revues par l’Alsacienne à la voix rauque. Je vous dirai juste après ce que nous en avons pensé, mais voici tout d’abord comment est présenté le spectacle sur le site officiel :

Kaas chante Piaf est le nouveau projet initié par Patricia Kaas. 21 titres mythiques de la grande Piaf arrangés par Abel Korzienowski le nouveau wonder boy de la musique de film hollywoodienne depuis sa nomination aux Golden Globe pour A single Man réalisé par Tom Ford, Abel a également composé la musique de W.E réalisé par Madonna).

Ce spectacle qui célèbre les 50 ans de la disparition de Piaf sera joué en avant-première sur les plus grandes scènes du monde entier : Royal Albert Hall de Londres, Carnegie Hall à New York, Olympia de Paris, Operett Theatre à Moscou, Sejeon Cultural Center à Séoul, etc…

Dans une mise en scène inédite, ce show unique se veut avant tout contemporain et urbain. Une installation vidéo dont les lumières seront à contre-courant de tout ce qui se fait dans la variété actuelle.

Des images inédites de Piaf, jamais montrées, incroyables, seront le clou de cet événement extraordinaire.

Kaas Chante Piaf s’annonce comme l’événement musical majeur de la saison 2012-2013.

Edith PiafMalheureusement, ce n’est pas ce que nous en avons pensé. Les arrangements sont, à mon goût, beaucoup trop éloignés des originaux. Il aurait mieux fallu tabler sur une interprétation différente, et garder l’essence même des chansons. On reconnait les morceaux grâce aux paroles, mais pour certains, les airs sont bien trop différents. Et cela, je pense ne pas être le seul à le penser, car, sur les 21 titres, ce sont les plus fidèles aux originaux qui auront eu le meilleur accueil des spectateurs.

Le décor, très épuré, représentant le balcon de l’Olympia se prête bien au show. Un projecteur diffuse sur un une toile des clips, des images, des photos tout au long du spectacle. On notera la participation de Alain Delon lors de la chanson Milord.

Tout au long de la représentation, un danseur contemporain viendra agrémenter d’une très belle manière le spectacle.

Ensuite, la salle n’était, à mon sens, pas étrangère à ce sentiment d’amateurisme que représentation cet ensemble, pourtant prometteur. Entre le son de très mauvaise qualité du Pasino de La Grande-Motte, et ce public qui aura eu beaucoup de mal à applaudir avec entrain, la chanteuse n’aura eu que peu de chance de convaincre. Pis, quasiment à la fin de chaque morceau, elle devait pousser la salle pour qu’elle applaudisse plus fortement. Ce petit geste anodin en disait long, et m’agaça au plus haut point. Ce n’est, à mon sens, pas au public de faire des efforts…

Enfin, Patricia Kaas aura donné tout ce qu’elle pouvait pour se sortir de cette impasse. Voix posée, puissante quand il le fallait, a capela pour nous rappeler sa justesse. La chorégraphie ne m’aura cependant que peu séduite.

En résumé, vous l’aurez compris, je suis sorti de là déçu. Je m’attendais peut être trop, à autre chose.

Laisser un commentaire