Et si j’étais candidat à l’élection présidentielle mon programme serait…

Président de la RépubliqueIl est toujours facile de critiquer les propositions ou au contraire les absences de propositions de certains candidats pour une élection aussi importante que celle qui arrive, mais il faut bien avouer que la chose n’est pas aisée. Nos connaissances sont souvent partielles sur un sujet, et de là, à pouvoir avoir une opinion fondée sur les faits est généralement utopique. En effet, nos idées sont souvent la conséquence de ce que l’on entend ci-et-là, sans prendre le temps de plonger réellement sur le problème et d’en comprendre tous les enjeux politiques, économiques, financiers et sociaux.

Alors, je me suis dit qu’il serait intéressant de me mettre à la place de nos chers candidats le temps d’un article et de voir ce que je pourrais proposer comme programme si je devais faire cette campagne présidentielle. J’avoue, la chose est loin d’être aisée même si certains sujets me paraissent évidents. Ceci sous-entend évidemment que d’autre ne le sont pas et que cela reste uniquement dans mes priorités personnelles. Je ne vais donc probablement pas parler des thèmes, qui vous seront chers, amis lecteurs.

        I.            Un état transparent, économe au service de tous.

    1.       La transparence à tous les niveaux de l’État :

Pour moi, je trouve totalement inconcevable que les personnes en qui nous mettons toute notre confiance, n’aient pas plus l’obligation de rendre des comptes sur tout ce qu’ils font et de comment notre argent est dépensé. Ainsi, je m’inspirerais des pays nordiques où la moindre facture, dépense, etc. est accessible à tout citoyen. Il y aurait : l’objet, les personnes qui en ont profité, le lieu, la date, l’heure et évidemment le montant. Ceci serait à appliquer du sommet de l’État jusqu’à la mairie.

    2.       Réduire d’avantage le train de vie de l’État :

Dans la continuité de la proposition 1, l’objectif final serait de réduire considérablement toutes ces cérémonies, tous ces repas tous ces déplacements en avion, etc. Combien de députés, ministres, etc. prennent le train ou même une voiture ? Prenons exemple sur le Général de Gaule qui remboursait tous ses repas pris le soir car il estimait que ceux-ci ne faisaient pas partie de sa fonction. Il considérait qu’il était déjà logé et que seul le repas du midi entrait dans la fonction présidentielle. Il est loin ce temps… Quand on voit ce que coûte simplement une journée de congrès à Versailles en Nourritures et boissons…  Nos élus nationaux ne sont pas à plaindre. Les locaux, je pense que cela dépend des endroits. Quoiqu’il en soit il conviendrait de plafonner et d’encadrer tout ceci afin de ne pas tomber dans des exagérations.

    3.       Des fonctionnaires là où il faut.

Tout le monde le sait, nous sommes l’un des pays au monde où le nombre de fonctionnaire est le plus important par rapport à son nombre d’habitants. Cependant, rare sont les administrations où le temps d’attente est court et où les démarches se font rapidement. Il est temps de réorganiser tout cela. L’idée de François Hollande me parait être un bon début. Il propose de réduire d’avantages certaines administrations pour mieux recruter dans d’autres. Cependant, je pense que l’effort qu’il propose n’est pas suffisant. Se limiter à un tiers des départs à la retraite est trop faible. Il faut au moins 40 %, voir 50% comme le propose l’UMP.

      II.            Relancer l’économie Nationale…

    4.       …en favorisant les produits fabriqués en France.

C’est le grand combat de tout le monde depuis quelques mois. « Fabriquer Français » serait la clé d’une partie des problèmes de pauvreté et de chômage. Il est juste dommage que tout le monde semble le découvrir seulement en 2012. Pour cela, j’irai encore plus loin que le Président Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon en poussant d’avantage la TVA « sociale ». Cette petite hausse sera trop faible, en mon sens, pour avoir un réel effet sur les importations et le « fabriqué en France ». La baisse des charges en sera d’autant trop faible. Il faudrait, pour moi, relever la TVA à 22 % et en parallèle baisser les charges patronales et salariales. Un écart de 2.4 points pourrait provoquer un plus  grand écart sur les produits étrangers. A la limite, il faudrait même le pousser d’avantage jusqu’à une TVA à 25 %. Mais il faudrait obliger les entreprises à répercuter totalement les baisses de charges sur la vente des produits. Ceci s’est déroulé au Danemark et a très bien fonctionné.

    5.       …en créant des emplois ou en pourvoyant toutes les offres.

Et comment on créer ou pourvoie ses emplois ?

a)      Tout d’abord en réorganisant toute la filière d’orientation à partir du collège. Combien de personnes sont arrivées au Lycée sans avoir la moindre idée de ce qu’ils voudraient faire plus tard ? Beaucoup trop.

b)      Arrêter de dénigrer les filières professionnelles et d’y envoyer tous les échecs de la filière générale. D’autant plus que ces filières ont un grand besoin de main d’œuvre.

c)       Dans la continuité de l’orientation, proposer à chaque élève de visiter 4 entreprises par an, qui pourraient correspondre à son cursus, souhait… Bref, que l’élève voit réellement ce que c’est, en passant une journée entière dans ce milieu qui l’intéresse et non pas simplement lui faire lire une brochure.

d)      Ensuite, dans n’importe qu’elle filière, rendre obligatoire les stages en entreprise ou les apprentissages. Que plus aucun étudiant n’arrive avec un diplôme sans aucune expérience. Les entreprises auraient un quota à respecter.

e)      De plus, par rapport à la proposition de TVA sociale, celle-ci a un avantage supplémentaire c’est qu’elle valorise les entreprises qui ont de la main d’œuvre. En effet, les baisses des charges se porteront sur les salaires. Une entreprise qui a beaucoup d’employés, aura une forte baisse de charges et pourra embaucher d’avantage. Les entreprises qui utilisent beaucoup les machines n’auront que peu de baisse de charges. Cela la contraindra à peut-être revoir certains modes de fonctionnement.

    6.       …en favorisant la consommation.

Pour cela il serait possible de créer une liste réduite de produits dont un crédit à 0% serait possible. Ce crédit serait encadré et ne concernerait qu’un produit par an, remboursable en 12 mois. Celui-ci ne serait accessible que sous conditions de ressources. Uniquement pour les premières tranches d’imposition.

    III.            Le système d’imposition sur le revenu à revoir.

    7.       Un impôt à la source.

L’impôt sur le revenu serait directement prélevé à la source, sur la fiche de paie. Cela permettrait des dépenses inutiles de traitement par la suite et surtout l’argent que chacun toucherait à la fin du mois serait celui qu’il a réellement. Il serait prélevé par le biais de la CSG.

    8.       Un taux d’imposition global recalculé et plus juste.

Aujourd’hui, tout impôts confondus, ce sont les plus aisés qui paient le moins d’impôts en France. Ce sont les classes moyennes qui en paient le plus. Trouver un système pour que l’impôt soit toujours inférieur pour un moins riche et vice versa. Il doit bien y avoir des solutions….

Voilà ce que pourrait être une partie de mon projet présidentiel si j’étais candidat. Il est bien évident que là je n’ai abordé que très peu de sujets. On pourrait parler d’écologie, d’immigration, de finance, de droits de l’homme, de technologies, de culture, d’aérospatiale, d’industrie, d’Europe, etc. Mais ce serait un article qui ferait mille lignes de long et serait rébarbatif. (Le premier qui me dit qu’il l’est déjà…., aura raison)

Laisser un commentaire