Le parisien fidèle à lui même.

Hier après-midi, je suis allé installer le WiFi chez Airy. Je lui ai demandé comment s’était passé les deux jours de grèves et s’il n’avait pas trop galéré pour se rendre à son travail.

Il me dit que le jeudi, il a trouvé facilement un Vélib’ et donc il a pu facilement aller travailler et même revenir. (Même si à priori le retour était nettement plus pentu).

Par contre, le vendredi, ce ne fut pas la même histoire. Il a abandonné l’idée du métro, car il n’y avait pas de train sur sa ligne et a donc voulu réitérer le vélo. Il arrive à la station et là, plus aucun vélo de disponible. Enfin si, il en reste, mais ceux-là sont attachés avec des antivols personnels. Impossible alors de les récupérer pour soi.

Au final, il aura quand même pu se rendre à son travail, mais ce n’était pas le but du post. Le but est de démontrer comment le parisien est et sera toujours égoïste. Je n’arrive même pas à concevoir que certains ont eu cette idée.

Comme quoi les pubs du journal « Le Parisien » ont un vrai fondement de vérité. Je rappelle le slogan : « Le parisien, mieux vaut l’avoir en journal »

Laisser un commentaire