Péché Capital – L’avarice

On continue dans la série avec l’avarice.

Avarice : Nom féminin ; attachement excessif aux richesses et désir de les accumuler.

Je ne pense pas avoir ce défaut. Je pense être plutôt généreux et dès que je peux offrir quelque chose je le fais. Il m’arrive même souvent de faire des cadeaux au-dessus de mes moyens, mais le geste me fait tellement plaisir que ce n’est pas grave. Noël est pour moi un calvaire financier, car je dépense toujours plus que je ne devrais et surtout que je ne pourrais.

Je donne régulièrement à des œuvres caritatives (et dieu sait que je ne suis pas socialiste). C’est d’ailleurs un truc qui me fait souvent rire, car dans mon entourage seules les personnes de droites donnent aux pauvres ou ONG et les personnes de gauche jamais… Dans le métro ou dans la rue il m’arrive fréquemment de donner une pièce ou directement d’acheter à manger. Ça m’est arrivé encore la semaine dernière d’offrir des gâteaux à un couple de personnes âgées qui quémandaient sur le trottoir.

Je ne bosse pas uniquement pour avoir un salaire à la fin du mois, mais pour le plaisir de bosser. Combien de fois on a pu me reprocher de ne pas avoir un salaire mirobolant et que je ne faisais pas assez de recherches pour trouver des boites qui paient mieux. Je répondais systématiquement que ce n’est pas ma priorité de m’enrichir. Certes si je peux allier l’utile à l’agréable je le ferais, mais jamais je ne quitterai un travail pour un autre uniquement pour le salaire alors que cela ne me plairait pas. Et je me rends compte aujourd’hui que c’est ce que j’ai fait avec H&M. Si j’ai accepté leur proposition, c’était aussi en fonction du salaire. Aujourd’hui on ne peut pas dire que ce fut une réussite…

Laisser un commentaire