Articles

Aside

Alors que « Harry Potter et les reliques de la mort » a fait une entrée fracassante, c’est son auteur, J.K. Rowling qui a défrayé les chroniques vendredi dernier.

Lors d’une interview, une des personnes présentes a demandé si Albus Dumbledor était Gay. C’est alors que l’auteur a confirmé ceci et a même fait des précisions comme qui avait été son grand amour et ce que cela avait engendré.

Je ne peux pas en dire plus, car cela a un rapport avec le Tome 7. Si vous voulez en savoir plus, c’est par ici : « Evening Echo »(En anglais)

L’encre de Harry Potter

Plus que quelques jours avant la sortie en version française du dernier opus de Harry Potter (Harry Potter et les reliques de la mort). Mais ce n’est pas de cela dont je vais parler.

En effet, une petite société canadienne, Opalux, vient de créer une nouvelle encre qui change de couleur en fonction de la tension électrique qui est fournie.

Baptisée P-Ink, cette encre est basée sur l’utilisation de cristaux photoniques réfléchissants, dont les propriétés de réfraction de la lumière varient en fonction du courant électrique qui les traverse.

Opalux (de l’opale, l’un des seuls cristaux photoniques naturels) affirme que son système permet de couvrir l’essentiel du spectre visible par l’œil humain. Celui-ci ne requerrait en outre qu’une faible quantité d’énergie dès lors que l’image affichée est statique. Les cristaux photoniques synthétiques employés seraient à même d’être utilisés sur des supports souples. En outre, le changement d’affichage pourrait se faire en moins d’une seconde : un temps de latence insuffisant pour envisager la lecture de vidéos, mais satisfaisant pour la lecture de documents texte enrichis d’images telles que les pages d’un magazine.

p-inkTechImage

Dans un premier temps, la technologie mise au point par Opalux devrait être réservée aux panneaux d’affichage et autres supports de grande surface, mais la firme indique qu’elle sera bientôt en mesure de la décliner vers de plus petits formats, comme celui qu’adopte un livre électronique.

Alors pour les fans d’Harry Potter, cela pourrait être le début d’une technologie qui pourrait représenter les photos animées des cadres de photos, des journaux ou des affiches.

PS : Pour ceux qui ne veulent pas attendre la sortie du livre, je vais vous dévoiler la fin que j’ai lue en anglais.

Harry Potter s’allie finalement avec Lord Voldemort ce qui leur permet de vivre tous les deux. Hermione et Ron ne supportant pas ce revirement essaient en vain de tuer leur ex-ami qui finira par les tuer tous les deux.

Vous croyez réellement que je vous aurais raconté la véritable fin ? Pfff. Courez acheter le livre et je vous promets des nuits bien courtes tellement le livre va à 200 km/h.

Quand un phénomène mondial s’empare d’un livre

Alors que le tome 7 de Harry Potter : « Harry Potter and the Deathly Hallows » sortira officiellement ce soir à minuit une, la polémique enfle en France et outre Atlantique.

Le New York Times s’est déjà procuré trois copies officielles du bouquin et a dévoilé une grande partie du livre. On apprend qu’énormément de héros vont mourir, mais les noms ne sont pas précisés. L’histoire est racontée en partie et donc aucun suspens ne subsiste pour les lecteurs du quotidien. Le journal se défend, en affirmant qu’ils se sont procuré en librairie l’œuvre et que si celle-ci est disponible ils ont libre cours d’en parler ou non. La maison d’édition a déjà porté plainte contre deux distributeurs américains pour ne pas avoir respecté l’embargo mondial de l’œuvre.

En France, c’est exactement le même problème puisque Le Parisien a dévoilé dans son édition d’aujourd’hui la fin du dernier chapitre du tome 7. « Retournez cette page si vous voulez connaitre la fin ! », prévient le quotidien en préambule d’un court article publié à l’envers.

Il est impressionnant comment un simple livre peu déchainer les foules avant sa sortie. Personnellement, je crois que c’est la première fois que je vois un Buzz mondial autour d’un livre. Pour certains films, on savait que le problème existait et que plusieurs fins avaient été tournées pour éviter que l’on sache laquelle serait la bonne.

Bah je crois que je serais à 1 h du matin sur les Champs-Élysées pour acheter ce livre au Virgin Megastore.