Articles

Un week-end de Pâque pas comme les autres.

Pâques - Photo de FamilleIl y a de cela 6 ans, quasi jour pour jour, j’écrivais ce billet : « Rien ne va plus ». Je désespérais de voir sombrer ma maman dans une situation insoutenable pour quiconque tenant à elle. Les années passèrent, et mes frères continuèrent sur la même voie que moi, ne voulant qu’une seule chose, faire que ma mère pût vivre dans une maison saine et agréable.

Il y a de cela quelques semaines, un repas de famille fut décidé pour le week-end de Pâque. Celui-ci devait se dérouler dans un restaurant près d’Issoudun, ville où je suis né et où vit toujours ma maman. Ce fut elle qui nous informa, mes frères et moi. Nous quatre étions disponibles pour nous retrouver avec une quarantaine d’autres personnes.

Mais voilà, un de mes frères habite près d’Orléans, et moi à Barcelone. Nous devions donc trouver un toit pour pouvoir dormir au minimum une nuit. Il semblait logique que la maison de notre enfance fût ce lieu, mais cela impliquait un travail de fond. Notre mère devrait impérativement faire un grand ménage, jeter, récurer pour pouvoir nous recevoir accompagné de nos moitiés. Mon frère avait été plus que clair : la maison devait être parfaite. Sa copine devait découvrir ce lieu de son enfance et il voulait qu’elle comprenne pourquoi il tenait tant à cette maison. Voyant cela, je m’engouffrais dans l’opportunité pour en ajouter une autre couche.

Notre maman n’avait plus le choix : elle devait faire un effort pour recevoir ses enfants.

Nos attentes furent récompensées d’une manière inattendue. Notre maison avait retrouvé une partie de ses couleurs d’antan. Certes, il restait beaucoup à faire, mais notre maman avait accompli plus que nous n’aurions pu espérer, contrastant en tout point avec les fois précédentes qui furent un échec.

Ce qui prouva que le déclic était bien là fut sa volonté d’organiser un autre repas dans notre maison, avec toute la fratrie, leur moitié et leurs enfants, ainsi qu’une amie de la famille pour le dimanche soir. Ceci n’était plus arrivé depuis plus dix ans. Cette maison revivait enfin, notre maman était heureuse de nous recevoir, et son souhait de faire durer cet instant était la preuve qu’il nous fallait pour y croire.

Nous, les 4 frères, profitâmes de cet instant pour décider que ce moment ne devait pas s’arrêter là. Le rendez-vous fut pris pour cet été, durant une semaine entière, pour remettre sur pied cette maison, ce terrain, et surtout nous retrouver comme au bon vieux temps.

Nous sommes une famille, nous sommes des frères, nous n’avons qu’une mère et nous en sommes fiers !