Articles

Internet is back :)

Et la lumière fut ! Non ! Et internet fut ! Ouf, je peux revivre. Je retrouve le monde moderne. Parce qu’il ne faut pas déconner quand même. Si pour nos parents, la lumière et le téléphone étaient les priorités lors d’un emménagement, ceci a fortement évolué avec notre génération et Internet est devenu LA chose à installer en priorité. Évidemment, l’électricité reste importante, car vivre dans le noir semble difficile et internet sans électricité ne sert pas à grand-chose.

Je devrais donc pouvoir écrire de nouveau un peu plus sur mon blog et vous saouler autant qu’avant

Les photos de l’appartement arriveront une fois que tout sera terminé. J’espère que ce dimanche ce sera bon.

Iliad répond aux attaques à propos de Free Mobile

Suite à toutes les polémiques que subit Iliad et sa filiale Free Mobile, il était temps de répondre de manière officielle à toutes ces attaques. Aujourd’hui, ce communiqué de Presse à été envoyé pour tenter de faire les médisants en donnant des explications. Voici sa retranscription complète :

En réponse à la campagne de dénigrement orchestrée ces dernières semaines, Free Mobile, filiale du Groupe Iliad, souhaite apporter les précisions suivantes :

Les engagements de couverture :

Free Mobile s’est vu attribuer le 10 janvier 2010 la quatrième licence de téléphonie mobile 3G. Cette licence comprend des obligations de couverture «outdoor» contrôlées par l’ARCEP :

  • 27% de la population au 10 janvier 2012
  • 75% de la population au 10 janvier 2015
  • 90% de la population au 10 janvier 2018

Les modalités de mesure de couverture ont été précisées par la décision 2007 – 0178 du 20 février 2007 ; il s’agit d’une couverture voix « outdoor » avec un taux de réussite de 95% des appels. Ce protocole de mesure utilisé pour les mesures de couverture de tous les opérateurs n’a jamais été critiqué par les bénéficiaires ni pour eux même, ni lors des nombreux contentieux visant la quatrième licence. Ce n’est qu’après le lancement de Free Mobile que certains ont remis en cause ce qui était accepté sans réserve jusque là.

L’atteinte des 27% a été constatée lors de deux mesures successives par l’ARCEP dont les résultats ont été rendus publics les 13 décembre 2011 et 28 février 2012. L’ANFR à la page 9 de son rapport provisoire indique que «le potentiel des stations [de Free Mobile] devrait être compatible avec le chiffre de couverture communiqué par l’ARCEP ». Il convient de noter que Free Mobile est le premier opérateur à respecter ses obligations de couverture 3G dans les délais de la licence. Les trois opérateurs historiques n’ont respecté leurs obligations de couverture 3G qu’après mise en demeure et avec plusieurs années de retard.

Couverture et trafic :

Il va de soi que ce pourcentage de couverture mesuré en % de la population, n’équivaut pas à une part de trafic identique acheminé en propre sur le réseau notamment pour les raisons suivantes :

  • Du fait des difficultés à déployer un réseau dans de brefs délais, la couverture de Free Mobile est à ce jour discontinue. Les abonnés sont donc souvent en itinérance.
  • Du fait des difficultés de déploiement d’antennes sur les zones les plus denses, le réseau ne couvre pas les zones à fort trafic.
  • L’obligation de couverture est uniquement « outdoor » et mesurée comme telle. La couverture « indoor » est, à ce stade initial de déploiement, moins bonne et en conséquence, une large part du trafic « indoor » est acheminée en itinérance.
  • Les fréquences 900 Mhz attribuées à Free Mobile et couvrant les zones denses ne seront disponibles qu’au 1er janvier 2013. Ces fréquences sont efficaces notamment pour la couverture « deep indoor ».
  • De nombreux téléphones du parc ne fonctionnent qu’en 2G.

Le même constat peut être fait avec les réseaux 3G nationaux des trois opérateurs historiques qui, bien que couvrant 93 à 99% de la population, ne transportent qu’une part modeste du trafic voix. A titre d’exemple, chacun peut constater qu’à Paris, théoriquement couvert à 100%, il est fréquent de ne trouver qu’une couverture 2G.

Le déploiement du réseau, l’investissement et l’emploi

Free Mobile réaffirme son engagement à poursuivre son déploiement afin d’atteindre au plus vite une couverture maximale de la population. Il s’agit d’un impératif économique, l’itinérance étant une alternative précieuse mais coûteuse. A ce jour, Free Mobile a confié à ses prestataires et à TDF la recherche et la construction de plus de 6 000 sites équivalents à la couverture de plus de 75% de la population. Environ 1 000 sites sont actifs c’est à dire construits et allumés et pour l’essentiel accueillant du trafic. A fin 2012, Free Mobile disposera de plus de 2 500 sites actifs. A noter que Free rencontre de grandes difficultés à accéder aux sites propriétés de certains opérateurs historiques qui multiplient les exigences techniques et économiques pour éviter l’accueil d’un concurrent.

Environ 400 millions d’euros ont été engagés à ce jour dans le déploiement du réseau mobile. A cette somme s’ajoutent 518 millions d’euros d’achat de fréquences. Les investissements réseau vont bien sûr se poursuivre sur les années à venir pour atteindre un total cumulé d’un milliard d’euros environ en 2018. Comme dans l’ADSL et la fibre ces dernières années, Iliad investit donc fortement dans son réseau mobile afin de respecter ses engagements, de sécuriser son modèle économique et d’assurer son indépendance. Dans ce cadre, les effectifs d’Iliad ont augmenté de 1 500 salariés en France ces douze derniers mois. L’arrivée de Free Mobile conduit d’ailleurs les opérateurs historiques à accélérer leurs déploiements 4G.

L’itinérance

Le contrat d’itinérance a été signé par Free Mobile à des conditions de marché. Il convient de rappeler que la fourniture de l’itinérance 2G au quatrième entrant est pour chaque opérateur historique une obligation acceptée dans le cadre des licences 3G. Free Mobile s’est d’ailleurs vu proposer avant son lancement des tarifs d’itinérance plus compétitifs par d’autres que le partenaire finalement retenu pour la qualité de son réseau. Ces opérateurs hier désireux de conclure ce contrat avec Free Mobile condamnent aujourd’hui le principe de l’itinérance. L’itinérance est une nécessité transitoire. Seul le déploiement du réseau permet d’établir une rentabilité structurelle de l’activité.

A compter de ce jour, Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements. Depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel et les Français s’en réjouissent, il faut l’accepter.

Il faut bien avouer que Free a entièrement raison dans ce qu’il dit à propos des « opérateurs historiques » et leurs problèmes à l’époque de leur déploiement. Il va de soi que l’on attendrait d’eux une certaine compréhension par rapport à un nouveau venu. Mais il n’en est rien, bien au contraire.

Montpellier : J – 39

Je vais vous emmener à travers notre itinéraire sur les préparatifs du déménagement. Les premières questions qui arrivent sont à propos des prestataires avec lesquels nous traiterons dans notre nouvel appartement. Les énergies, la téléphonie mobile et l’internet sont évidemment les premiers que nous cherchons.

Après une petite recherche sur le site « Le médiateur national de l’énergie« , il s’avère que finalement, il y a très peu de bonne concurrence sur ce marché. Pour vous dire, EDF reste souvent en tête des fournisseurs les moins chers. Hors, si je compare avec la Belgique, ici, l’énergie est ultra-concurrentielle. Il y a une forte activité des petits opérateurs en faisant du porte-à-porte et des campagnes publicitaires. Je pense que le Tarif réglementé est en bonne partie responsable de ce faible chamboulement du marché suite à sa libéralisation.

Ensuite, en ce qui concerne Internet, je suis déjà déçu car je me faisais une joie d’arriver à Montpellier pour sa fibre optique. Elle est l’une des villes de France les plus avancée au niveau de son déploiement. Malheureusement pour moi, là où je vais ce n’est pas le cas, et le central téléphonique étant très loin, le débit sera catastrophique…. Nous voulions prendre Numericable, comme en Belgique mais ce ne sera pas possible. Alors, nous allons probablement nous diriger vers Free.

Enfin, pour la Téléphonie Mobile, l’offre de Free Mobile est très alléchante, mais sa méconnaissance technique nous fait peur. Nous allons probablement retourner chez Bouygues Telecom.

Et si Free Mobile cassait les prix de la téléphonie mobile…

Et voilà, ce matin, à 8h30, Free a annoncé officiellement le Tarif unique qu’il va proposer à tous ses clients. Vous pouvez voir la vidéo ci-dessous de l’annonce (postée il y a plus d’un mois sur Daylimotion), ou bien regarder directement le Tarif proposé ci-dessous.


Free : lancement de l’offre mobile par Free

Forfait Free Illimité

19,99 € / mois

sans engagement

 

Appels illimités
France métropolitaine & DOM – 40 destinations dont Europe, Etats-Unis…

SMS illimités

MMS illimités

Internet illimité :
Tous usages (Web, Mail, VoIP, partage de connexion…)
Sur réseau 3G/3G+ et demain 4G (fair use 3Go)
Sur réseau WiFi (1er  réseau mondial de hotspots : FreeWiFi)

Avec ce forfait, Free propose l’offre illimitée la plus généreuse en termes de services (fair use de 3Go + appels vers 40 destinations inclus…) tout en étant 2,5 fois moins chère que l’offre concurrente la moins chère*.
Free donne la possibilité de bloquer son forfait, afin d’éviter tout dépassement … même si les tarifs de Free sont parmi les moins chers, par exemple depuis l’étranger** :

Voir conditions sur mobile.free.fr
 * Tarif constaté au 09/01/2012 sur Forfait Sosh Illimité à 49,90€/mois.
Source : lebonforfait.fr
** Tarifs constatés au 01/01/2012

Si vous êtes déjà client Free avec une Freebox, vous bénéficiez de 5€ de réduction chaque mois sur l’abonnement mobile qui revient alors à 15,99 €.

Free souhaite aller encore plus loin et propose un tarif dit « social« , accessible à tout le monde. Il sera même gratuit si vous êtes client Freebox.

Forfait social

2€ / mois

sans engagement

• 60 minutes d’appels /mois
60 SMS /mois

Avec ce forfait, Free propose à ceux qui téléphonent peu une offre plus de 4 fois moins chère que l’offre la moins chère du marché*.
Même en dépassement, les tarifs sont les plus compétitifs :
– sur les appels :

– sur les SMS** :

Orange / SFR : 0,10€/SMS
Bouygues Telecom : 0,09€/SMS
Free : 0,01€/SMS

Voir conditions sur mobile.free.fr
 * Tarif constaté au 09/01/2012 sur Offre 1h+60SMS de Zéro Forfait à 9,40€/mois.
Source : lebonforfait.fr
 ** Tarifs Forfaits Smart Orange, Carte Soir & WE Bouygues Telecom, 
SFR La Carte au 01/01/2012

Et si l’offre de Free Mobile était unique…

Si on y réfléchit bien, quand Free était entré sur le marché de l’Internet, là où tous les fournisseurs proposaient pléthore d’offres en fonction du débit, du dégroupage et des options, Free avait simplifié au possible en proposant un prix unique : 29,99 €.  Ce dernier n’a d’ailleurs jamais bougé d’un iota depuis, malgré toutes les taxes supplémentaires.

 

Alors pourquoi ne pas penser qu’il en sera de même avec la division mobile ?

Depuis le début du teasing, un chiffre est apparu : 1337. Selon certaines sources dont on peut penser qu’elles font parties de l’orchestration, il s’agirait en fait de 13,37 € HT. Ce qui nous amène donc à 15,99 € TTC.

Ceci serait alors le seul et unique forfait, que ce soit pour le Geek parisien ou la Mamie du Cantal. Ce forfait comprendrait du tout illimité en : SMS, Data national, téléphonie nationale, et proposerait sûrement de l’illimité vers l’international pour certains pays (probablement les mêmes que pour le Triple play.)

Nous sommes tellement habitués à la segmentation des Bouygues, Orange et SFR que nous restons sur un schéma à plusieurs offres. Free a toujours démontré qu’il n’était pas tout le monde.

Et si Free Mobile nous dévoilait enfin ses offres… (MAJ)

Depuis quelques minutes vient de surgir cette grille sur Internet. Contrairement aux autres, elle semble plus « plausible » étant donné le fait qu’elle reprend toute la charte graphique habituelle de Free.  Evidemment le doute va subsister jusqu’à la dernière minute de l’annonce officielle qui ne saurait tarder, tant le Buzz Médiatique, orchestré d’une main de maître par Free, est à son comble sur tous les médias ; Internet, Réseaux Sociaux, Presse, etc.

Quoiqu’il en soit, si cette grille tarifaire des forfaits de Free Mobile est la bonne, je connais certains opérateurs (SFR, Orange et Bouygues) qui devront revoir leurs offres assez rapidement s’ils ne veulent pas voir une bonne partie de leurs clients aller voir ailleurs. Ces prix vont faire mal. Très mal.

MAJ : Confirmation ou infirmation de tout ceci le 12 Janvier 10 Janvier à 8h30 via le site live.free.fr

Aside

Alors que Free annonçait il y a quelques jours un partenariat avec Deezer.com qui se clamait haut et fort être le premier site de musique à la demande gratuit, illimité et légal, Universal Musique a lancé la contre-offensive.

En effet, ces derniers, qui se sont alliés à Neuf Cegetel, ont demandé à ce que tous leurs titres soient retirés du site, argumentant qu’aucun accord n’avait été signé.

Pour Deezer.com, cela devait se passer sans encombre puisqu’ils avaient signé un contrat avec la SACEM, détentrice des droits d’auteur en France.

Intimidation ou réelle volonté d’Universal à bloquer la route à Deezer.com et donc à Free ?

Aside

Deezer.com, premier site d’écoute de musique à la demande sans aucune restriction, est désormais accessible à tous les Freenautes directement depuis le site www.free.fr.

Ce service leur permet d’accéder gratuitement, de façon illimitée et légale à des centaines de milliers de titres de tous genres musicaux, de tous les catalogues, sans exclusivité.

1er service de musique à la demande gratuit et illimité

Grâce à ce service, les Freenautes peuvent écouter gratuitement, instantanément et de façon illimitée toutes les musiques de leur choix, et ce, sans aucun téléchargement. Les titres peuvent être écoutés à volonté sans limitation du nombre de postes d’accès ni de limitation dans le temps. De plus, avec Deezer.com, ils bénéficient d’un espace d’hébergement gratuit : les Freenautes peuvent créer leurs propres playlists de musique.

Ce service est simple d’utilisation : il ne nécessite l’installation d’aucun logiciel particulier. II est accessible à tous les Freenautes, quelque soit leur équipement de connexion à Internet. Il fonctionne avec tous les systèmes d’exploitation (PC, Mac, Linux… ).

Ainsi, les Freenautes peuvent désormais écouter en ligne tous leurs titres préférés, accéder à leurs playlists et partager leurs musiques.

Un accès à un catalogue couvrant l’ensemble des genres musicaux

Avec ce nouveau service proposé par Deezer.com, les Freenautes peuvent, grâce à un catalogue de plusieurs centaines de milliers de titres enrichis quotidiennement, écouter en toute liberté tous les styles musicaux.

Un service gratuit accessible à tous les Freenautes Haut Débit

Ce nouveau service est proposé gratuitement à tous les Freenautes connectés en Haut Débit (anciens et nouveaux abonnés). En cas de résiliation, le service ainsi que les playlists restent accessibles à l’utilisateur.

ADSL 2+

Aujourd’hui j’ai décidé de m’attaquer à la qualité de ma ligne téléphonique pour avoir une vitesse de connexion pas trop mauvaise à Internet. Je passe par Free qui me propose dans des conditions optimales un taux de 28 MB/s en débit ATM soit environ 22.4 MB/s en débit IP. Effectivement ca ne parle pas à grand monde mais il suffit de diviser 8 pour que ces chiffres parlent un peu plus soit une vitesse théorique de 2.8 Mo/s si je recevais sans perte. Pour ceux que cela intéresse, la différence entre le débit ATM et le débit IP est simplement que le premier correspond au débit au centre téléphonique avant toute connexion. Ce débit serait donc atteint si l’on branchait notre ordinateur dans le répartiteur France Telecom avant les autres ; ce qui en soit n’est pas possible. Ainsi, le vrai débit théorique est le débit IP, débit calculé à la sortie du répartiteur de France Telecom. Seulement voila, l’informatique n’aime pas les perturbations et la distance. Ainsi, le signal diminue avec la distance et se perturbe en plus avec toutes les ondes qui passent au tour. C’est pour cela que quasiment personne n’atteins le débit théorique. Pour Free, par exemple, dans la console de gestion ces informations sont données à savoir la distance (pour moi 1559 m de mon concentrateur France Telecom à savoir un NRA au doux nom de BNE75) et donc l’affaiblissement engendré par cette distance est de 23 dB. Se sont des calculs théoriques car en réalité mon affaiblissement est de 32 dB !!! Et c’est là où l’on peut intervenir pour diminuer l’écart entre le théorique et le réel. Ces 9 dB peuvent jouer énormément sur la vitesse générale, surtout si l’on est loin du NRA. Pour diminuer à notre niveau sur ces dB, il faut réduite au maximum les interférences près du modem et du câble téléphonique sauf que c’est quasiment impossible car tout fil électrique, appareil électrique produit ces perturbations. Il faut donc protéger le câble téléphonique en en mettant un blindé. Cela s’achète dans le commerce et là en faisant un test avant et après je viens de gagner 10 % de vitesse de téléchargement supplémentaire, passant de 421 Ko/s à 471 Ko/s avec les mêmes conditions. Si vous êtes intéressés voici le lien d’un site qui explique tout ce qui est envisageable.

15 Méga Octets /s ………………….. !!!!!!!!!!!!!!!

En rentrant je viens de voir que ma ligne Free vient d’être mise en service (enfin, après 2 semaines d’attente). La première chose que j’ai faite c’est de tester la bande passante et là, oh surprise !!!!! Le 15 Méga est vraiment décoiffant. Taux de transfert 1.70 Mo/s soit 2 Go de données en 20 minutes !!!!! Un pur bonheur !!!!!

Je crois que ma Mule risque de reprendre du service très rapidement !!!!! La pauvre, elle qui était habituée à se promener tranquillement pour télécharger, elle va passer au galop.