Articles

Fin officielle de mandature du Quinquennat de Nicolas Sarkozy et toujours aucune proposition.

Décidément, plus les semaines avancent et moins je comprends nos politiciens, moins j’ai envie de suivre cette campagne électorale et moins j’arrive à me positionner avec certitude sur lequel pourrait le mieux représenter ma vision des choses. Mon attachement sans failles, depuis des années à la droite traditionnelle, fait que par essence, mon choix se fera sur le candidat sortant. Cependant, cette campagne est l’archétype même de ce qui me répugne de plus en plus dans la politique française : le fait de s’engouffrer sur des sujets totalement anecdotiques pour le citoyen français, tels que la viande halal, la dette de l’État dont on nous rebat les oreilles depuis des mois, etc.

Nous, Français, aimerions qu’on aborde des sujets qui nous touchent tous les jours, comme le logement, le chômage, le pouvoir d’achat (prix à la consommation et coût de l’essence…), l’éducation…

Certes, nous sommes conscients que le futur président n’aura que peu de marge de manœuvre en raison de la crise qui oblige les nations à revoir leurs méthodes de travail. Mais dans ce cas, faisons un gouvernement d’union national pour un objectif commun : résoudre les problématiques liées à cette crise et avançons conjointement. Malheureusement, ceci n’arrivera jamais, car nos politiciens sont bien trop égoïstes et égocentriques, pour imaginer un seul instant que l’important, c’est la France, et non leur carrière politique.

Alors, nous continuerons à avoir un débat de faits divers, sans aucune proposition sérieuse pour les problèmes de fond. Chaque jour qui passe nous apporte une nouvelle polémique lancée par telle ou telle partie contre un autre, ou à propos de sujets totalement inappropriés à ce style d’élection.

Ainsi, comme je l’ai déjà, cette année ne me verra pas voter, n’ayant pu faire mon changement de domicile au niveau de ma mairie. Je ne pourrai donc pas voter, ce qui en soi m’arrange, car le spectacle est tellement affligeant que j’aurais honte de choisir parmi ces Guignols.

Les seules personnes, que je trouve un minimum sérieuses aujourd’hui dans leurs propositions et leurs discours, sont des François Bayrou et Dominique de Villepin. Cependant, à mon humble avis, elles ne pourront jamais prétendre, dans ce scrutin, à un hypothétique second tour.

Manoeuvre politique ?

Je m’interroge de plus en plus sur la stratégie de François Bayrou. En effet, je me demande si tout cela n’est pas un stratagème pour découper en morceau Ségolène Royal lors de son débat. En effet, rien ne l’empêche de réfuter chaque proposition et de la faire passer pour une incompétente car je vois quand même mal l’UDF faire une alliance avec le PS et donc par extension avec l’extrême gauche.

Même s’il acceptait des postes de ministres, il ne pourrait pas l’être à côté de communistes. Je veux bien qu’il ait l’esprit ouvert et qu’il veuille faire des concessions mais de là à faire le grand écart, c’est impensable. Comment pourrait-il faire pour que la candidate fasse des pas vers le libéralisme sans se mettre à dos les partis de gauche et donc ses électeurs potentiels. Ceux-ci pourraient se raviser et voter blanc.

Avant même le premier tour, Michel Rocard avait soulever les foules en proposant une alliance. Quelques jours plus tard, cela ne dérangeait plus personne au PS. Il est clair qu’une majorité de votants de gauche ne peuvent pas cautionner cette initiative qui va à l’encontre pure et dure de leurs convictions les plus profondes. Ils ne voteraient quand même pas pour une candidate qui autorise une part de libéralisme. C’est d’ailleurs une des raisons qui avait causé la chute de Jospin en 2002, car ce dernier n’avait pas un programme à gauche, mais un programme de centre gauche. Je crois que le PS a la mémoire courte.

Peut être également qu’il n’y a rien de tout cela et que Bayrou fait ce rapprochement sans stratégie aucune, sauf celle de préparer les législatives, et donc de faire des alliances dans des cantons pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat UDF et pas de candidat PS. Et c’est là où le bas blesse car dans ces fiefs électoraux, je vois mal les sympathisants de gauche voter pour l’UDF car on ne leur en laissera pas le choix.

La gauche devrait faire les bons calculs car, même si elle gagnait les présidentielles, il serait dommage qu’elle n’ait pas la majorité absolue au parlement. Cela serait une première après le passage au quinquennat. Une cohabitation 1 mois après une élection présidentielle ça pourrait être très drôle. Et malheureusement, cela serait encore la France qui en pâtirait.

Aucune consigne de vote de François Bayrou

L’ancien candidat à l’élection présidentielle, François Bayrou, vient d’annoncer lors d’une conférence de presse, qu’il ne donnerait aucune consigne de vote à ses 6 820 000 électeurs. Il précise qu’actuellement, aucun projet, que se soit de l’UMP ou du PS, ne correspond à sa vision actuelle de la politique française. Cependant, si l’un ou l’autre des partis faisait un grand pas vers lui en changeant sa vision des choses, il reconsidèrerait peut être sa position. Il a indiqué que Ségolène Royal lui avait proposé un débat public et qu’il l’acceptait et qu’il proposait même que cela se passe à la télévision. Quant à Nicolas Sarkozy, il n’a fait aucun geste vers l’ancien candidat mais ce dernier reste à sa disposition, dans les même conditions que la candidate socialiste.

Il a également annoncé la création d’un nouveau parti politique, le Parti Démocrate. Il a confirmé qu’il présenterait, à toutes les prochaines élections, des candidats dans toutes les circonscriptions.

Lors des questions posées par les journalistes, il a précisé que, si la proposition de Michel Rocard avait été écouté à l’époque, on n’en serait pas là aujourd’hui. Il a rappelé certains propos tenus par certains « éléphants » du PS : « on ne peut pas concilier l’inconciliable ». Il a enfin ajouté que le fait que le PS se soit allié avec l’extrême gauche, ceci empêcherait toute alliance pour le moment.

Qui veut de moi ?

Ce n’est pas une proposition indécente qui se cache derrière ce titre mais plutôt un résumer de ce que l’on peut voir chaque jour au niveau de la campagne électorale. Hier, Mr Sarkozy annonçait que s’il était élu, il y aurait probablement des ministres de l’UDF dans son gouvernement. Aujourd’hui, on apprenait que Michel Rocard souhaitait un rapprochement avec François Bayrou, et ce dès maintenant avant le premier tour. Au moins, le candidat de l’UMP garde sa ligne de conduite et propose des solutions pour l’après élection mais le PS, lui, a tellement peur de ne pas atteindre le deuxième tour, qu’il préfère attraper comme il peut des dernières branches. Sans doute se sont-ils rendu compte qu’une parti de leur électorat risquait de voter dans le centre. Pour preuve, mon copain qui est socialo à mort (et oui je sais, je dois supporter cela tous les jours) veut voter Bayrou car il ne s’imagine pas une seconde avec Ségolène au pouvoir. Selon moi c’est une mauvaise idée de la gauche de vouloir se rapprocher maintenant de l’UDF car, pour ceux qui étaient prêt à voter pour Bayrou car ils hésitaient avec Sarkozy, ils reviendront à ce dernier, de peur de voir une alliance PS – UDF arriver au pouvoir. C’est forcément une perte pour Bayrou. De plus, pour ceux qui hésitaient entre le PS et l’UDF, à cause de Ségolène, ils iront à l’UDF, pensant que de toute façon il y aura une coalition par la suite. Au final, le perdant sera le PS car les voix iront à l’UDF ou à l’UMP. Et pire, ceux qui voulaient voter PS mais qui hésitaient avec l’extrême gauche, iront obligatoirement sur ce dernier, ne voulant pas un alliance avec un parti libérale.

Bayrou, lui se dit satisfait de voir que ses propositions ont un écho favorable mais ne se rend pas compte que le PS et l’UMP font de la stratégie pur et simple pour essayer de récupérer les électeurs indécis. Au final, je pense que ce sera dans l’ordre, l’UMP la plus favorisée par ce stratagème, puis l’UDF, les partis d’extrême gauche et qu’enfin le PS perdra encore des voix.