Articles

Quel est le meilleur président de la Ve république ?

Un petit sondage pour voir ce que vous pensez de nos présidents. 5 petites questions pour mieux mesurer le ressentit actuel des français. Je sens que les résultats vont être intéressants. Alors, selon vous, qui est le meilleur Président français ?

Create your free online surveys with SurveyMonkey , the world’s leading questionnaire tool.

Rentrez chez vous.

Expliquez moi : 500 000 personnes manifestent contre une loi qui en rien ne les concerne, et ne les concernera et à côté de ça, le pays est en crise, le pouvoir d’achat baisse, le chômage croît de mois en mois et tout le monde s’en contente.

À perdre son temps dans les rues, au temps le faire pour des choses utiles. Putain, bougez vous le cul pour que le gouvernement nous trouve du travail, pour qu’il construise des logements, qu’il relance l’économie !

Merde ! C’est quoi ce pays de merde où les citoyens se battent contre l’égalité et ne font rien pour avoir une vie meilleure ?

J’ai honte de vous. Moi qui suis si fier d’être français je ne vous comprends plus.

Battez-vous pour des sujets du quotidien et pas pour votre pseudo moralité qui vous empêche d’accepter que des gens s’aiment.

Elle est belle ma France.

Le pire et le meilleur…

J’attends, j’attends, mais malheureusement je ne vois rien de bon à l’horizon. Après presque dix mois, les mauvaises nouvelles se succèdent, les couacs s’enchaînent, et les résultats tant attendus ne viennent pas. Pis, c’est tout ce qu’il reniait qu’il admet enfin, à petits mots. Mieux vaut tard que jamais, me direz-vous. Certes ! Il avait déjà commencé à admettre une réalité bien différente de ce qu’il assénait durant des mois, à partir du mois de juin, puis à la fin de l’été. Mais depuis cette semaine, il est enfin devenu honnête, reconnaissant que la France ne pourrait pas atteindre son objectif de croissance pour 2013, reconnaissant que la France ne pourrait pas atteindre son objectif des 3 % de déficit pour 2013.

Chassé croisé entre le XV du Chardon et le XV de France

Cela faisait presque trois ans que je n’avais plus regardé un match de Rugby du tournois des 6 Nations et j’ai été gâté par une très belle rencontre entre les français et les écossais et je remercie mon homme de m’avoir laissé devant.

Le match se jouait à l’extérieur au stade de Murrayfield à Édimbourg, et les Écossais avaient une claire volonté de marquer un essai face au français, chose qui n’était plus arrivé depuis 2006. Et les bougres réussissent leur pari en aplatissant au bout de 7 minutes dans l’embut tricolore. Ils mènent alors 7 à 0 après la transformation réussie. Ils enfoncent le clou en marquant une pénalité à la 26e minute. Ils comptent désormais 10 points d’avance et n’ont pas l’intention d’en rester là. Les français, tiennent le coup mentalement et ne se laissent pas abattre et ont même un sursaut d’orgueil deux minutes plus tard en marquant un essai et le transformant. Le match se relance naturellement mais la blessure d’un joueur écossais qui devra sortir change la tournure des choses, et les français reviennent au score à la fin de la première mi-temps grâce à une pénalité réussie de Parra.

A l’entame de la seconde mi-temps, les français continue dans leur lancée et sont plus incisifs et prennent l’avantage suite à une pénalité. Le score est désormais de 13 – 10 pour les bleus. Mais les Écossais ne se laissent pas faire et reprennent l’avantage en marquant de nouveau un essai qu’ils transforment. Cela fait 17 – 13 pour le XV Écossais à la 56e minute. Cet avantage sera de courte durée puisque 3 minutes plus tard, le XV de France reprendra définitivement l’avantage en aplatissant dans l’embut adverse. La transformation sera une formalité pour Parra. Il reste cependant encore 21 minutes à jouer et les français ne comptent que 4 petits points d’avance, laissant la possibilité à leur adversaire de revenir s’ils marquaient simplement un essai sans le transformer. Les français se mettront quasiment définitivement à l’abri en marquant un drop à la 68e minute par Beauxis. Désormais le score est de 17 – 23 pour les bleus et restera inchangé jusqu’au coup de sifflet final.

Après cette troisième journée de tournoi, les Français sont second au tableau général avec 4 points, derrière le Pays de Galles qui compte 6 points avec un match d’avance. La prochaine rencontre se déroulera Dimanche prochain au Stade de France face à l’Irlande. Ces deux nations rattraperont leur match en retard suite à la vague de froid de ces dernières semaines qui avait vu la rencontre être annulée quelques minutes avant le coup d’envoi pour cause de terrain gelé.

Et si les Français ne pouvaient plus dire Ah Ah Ah…

Désormais, lors d’une conversation, vous ne pourrez plus vous exclamer Ah Ah Ah mais Ah Ah +. D’ailleurs, la page Google + de la France va être spécialement créée pour l’occasion dont l’intitulé sera : « La France est pour le + ».

Trêve de plaisanterie, il semblerait que Standard & Poor’s veuille enfin faire ce que tout le monde redoutait depuis plusieurs mois, à savoir abaisser la note souveraine de la France à propos de sa dette. Combien de cran ? Aucune idée pour le moment. Certains disent que cela pourrait passer à AA+ à la place du fameux Triple A (AAA).

Qu’est-ce que cela pourrait changer pour nous ? Sincèrement, pas grand-chose. Le citoyen lambda ne serait pas impacté. C’est plutôt les sphères financières et économiques qui risqueraient de connaitre un mini raz-de-marée sur les places financières. Cependant, cela peut avoir des avantages comme ce fut le cas pour les Etats-Unis qui finalement empruntent à un meilleur taux après la dégradation qu’avant. Gageons qu’il en soit de même pour la France. Il faut savoir que de toute façon, les marchés financiers avaient déjà anticipé cette dégradation et les taux d’emprunts ne reflétaient plus la meilleure notation.

Pour finir, les bourses européennes on finit en baisse : le CAC40 à -0,11%, le DAX à -0,58%, le FTSE à – 0,46 %. A New-York, la bourse suit l’Europe avec un – 0,68 % actuellement.  L’Euro fait de même en chutant actuellement à  1,13 %. Tous ces indices ou devises étaient en positif en milieu de journée.

L’annonce officielle devrait arriver à la fermeture de New-York.

Et si je survolais ce beau pays…

Un de mes plaisirs est de prendre l’avion. Cela est souvent signe de vacances, ou bien une occasion de rendre visite à la famille ou des amis, bref, de voir du beau monde et de se changer les idées.

Il m’est arrivé lors de mes nombreux vols (Je pense approcher la centaine dans peu de temps), de voir des choses mémorables.

Une fois, je faisais le vol entre Paris et Toulouse à l’occasion d’une visite chez mon copain de l’époque. J’avais décollé depuis Orly à l’aube d’une journée au ciel totalement limpide. Ceci m’avait permis d’apprécier le plus beau spectacle jusqu’à lors. Toute la France visible d’Est en Ouest, du Nord au Sud. J’avais pu ainsi admirer l’Océan Atlantique, les Alpes enneigées, le Massif Central recouvert de blanc, le Golfe du Lyon et le début de la péninsule Italienne. J’avais même pu voir ma maison de mon enfance, le vol passant à sa vertical. A l’atterrissage, les Pyrénées m’avaient accueilli, également nimbées d’un blanc nacré. Ce fut le premier vol marquant mon esprit.

Une autre fois, lors de mon voyage de Noël 2008 pour Séoul, j’avais pu survoler de nombreuses capitales : Berlin et sa porte de Brandebourg, Moscou et son Kremlin, Pékin et ses installations pour les Jeux Olympiques, sa muraille et ses faubourgs. L’arrivée sur Séoul fut également remarquable par la taille de cette mégalopole. Mais les moments les plus marquants furent sans nul doute le survol de la Mongolie et ses paysages grandioses lors de l’allée et pour le retour, ce qui restera probablement comme la chose la plus incroyable, c’est le fait d’avoir volé au-dessus de la Russie au moment précis où le Soleil se couchait. Ceci me permit de voir une chose que je ne pensais pas visible à 10000 mètres d’altitude : l’ombre de la Terre provoquée par la courbure de celle-ci. C’était tout simplement magnifique de voir celle-ci projetée à travers l’atmosphère, comme une simple ombre provenant d’un arbre. Ce qui sous entendit également que je venais, pour la première fois de ma vie, de constater de mes propres yeux que la Terre est bien ronde, chose difficile à admirer en plein jour. J’étais au bon endroit, au bon moment.

Aujourd’hui, je vous écris depuis ce Boeing 737, parti de Charleroi pour rejoindre Montpellier grâce à la compagnie Ryanair. Evidemment, le chemin le plus court pour ce trajet est le survol de la nôtre belle France. Et quoi de plus beau que de survoler Paris et de l’admirer de cette altitude. Jour de chance car juste au moment où je passe, nôtre capitale est totalement dégagée malgré des bancs nuageux qui l’entourent. C’est la première fois, que je la vois ainsi : belle, magnifique, pure à cette altitude, les grandes avenues, les monuments, les parcs, 10 ans de ma vie. Le vol continue et ce qui me fait sourire c’est d’apercevoir ces panaches blancs de fumée qui trouent les nuages d’un lisse parfait. Nos chères centrales nucléaires se portent bien. Le Massif Central et le Puy de Sancy sont enneigés, l’arc Alpin se dessine au loin. Des gorges brumeuses, les Pyrénées au loin, le viaduc de Millau l’atterrissage est proche.

Il ne me reste plus qu’à retrouver les photos prises de l’ombre de la Terre et ce petit voyage au tour du monde sera terminé. Bien évidemment d’autres destinations furent mémorables mais non par leur vol. Les New-York, Marrakech, Barcelone, Malaga, Athènes, Nice, Lourdes, Lyon, Roissy-Charles-De-Gaule ont bien entendu leurs charmes.

Et si les élections de cette année signaient la mort de la Ve République…

En lisant cet article : « 2012 : et si la gauche jouait la cohabitation avec Sarkozy ? » de Rue89, il m’est apparu que ce scénario était tout à fait plausible. Nicolas Sarkozy pourrait être réélu comme Président de la République, mais perdre les élections législatives qui suivent et ainsi avoir une cohabitation tout à fait originale. L’idée de dissolution lui traverserait l’esprit, au risque de subir un nouveau camouflet encore plus ravageur, et probablement signer la fin  de son ambition présidentielle pour la mandature de 2022.

Ainsi, il serait obligé de nommé un premier ministre Socialiste, Martine Aubry selon toute vraisemblance vu la défaite de François Hollande quelques semaines au paravant, et d’accpeter quelques mois ce gouvernement bien encombrant.

Ensuite, s’il voulait dissoudre l’assemblée, il prendrait le risque que les Français confortent leur premier vote et se retrouverait contraint de l’accepter, tout en restant spectateur. Sa carrière politique en serait marquée à vie. Le seul cas où cela pourrait passer, c’est un problème de conflit entre syndicats et gouvernements, ou une aggravation du climat économique. Le risque inhérent étant trop important et surtout imprévisible, jamais il ne pourrait envisager cette opportunité.

Alors, pour se sortir de cette situation, qui en soi, ne plaira guère au gouvernement en place, il proposera de changer les institutions et de créer une VIe République. En ce qui le concerne, il n’y verra que des avantages :

  • Au niveau historique, il laisserait à jamais son nom comme l’instigateur et le créateur de cette nouvelle organisation française, comme ce fut le cas pour le Général de Gaule.
  • Au niveau politique, il  ne perdrait pas totalement la face et pourrait avoir une légitimité au niveau national.
  • Au niveau institutionnel, il serait obligé de concevoir cette nouvelle République en partenariat avec la gauche qui ne pourrait lui reprocher toute manœuvre électoraliste, ou favorisant son camp.
  • Enfin, la mise en place de cette nouvelle constitution serait un bon moyen de mettre un terme avant l’heure à cette cohabitation gênante.