Articles

Lancement des grandes manoeuvres pour les présidentielles de 2017

Je voulais écrire un article hier suite aux résultats des élections européennes de dimanche dernier mais je n’avais pas eu le temps. Heureusement vous me direz-vous car le propos que j’allais tenir s’est emballé dans la soirée d’hier et sur cette matinée.

Comme tout le monde, je suis triste de voir à quel point la politique française est en totale décrépitude et permet ainsi un résultat où le Front National passe la barre des 25 % et l’abstention les 50 %. C’est une honte pour la démocratie, c’est une honte pour les français et c’est une honte pour les partis dit « républicains » d’avoir emmené leurs concitoyens à ce vote rappelant une accession au pouvoir  d’un certain Adolphe Hitler il y a de cela 80 ans. En y regardant de plus près, on pourrait observer une certaine similitude entre la crise de 1928 et ce qui s’en suivi et la crise de 2008 et ce qui s’en suit. Une monté généralisée en Europe des parties d’extrêmes, des nationalistes et des populistes. La différence entre aujourd’hui et il y a 80 ans, c’est nous savons comment cela s’est terminé et il serait bien d’en tirer quelques conséquences.

La montée du FN a cela de bien, c’est qu’elle fait réagir. Malheureusement, les fois précédentes, cela ne devait pas être suffisant car aujourd’hui nous en sommes arrivés à un point de non retour. Les partis républicains n’ont plus aucune crédibilité, entre un PS dans les abîmes au niveau confiance des français et dans l’amateurisme permanent, entre un UMP dont la respectabilité est remise en cause chaque jour, entre un centre qui n’arrive pas à imposer ses idées, un parti écologiste qui est en perpétuel conflit interne, et un front de gauche qui, à mon avis à des idées aussi détestables ou improbables que le Front national, nous sommes dans un néant politique total.

Il faut donc un électrochoc pour faire bouger les choses et le français moyen que je suis ne veut qu’une chose, c’est qu’on arrête de parler des politiciens, qu’on arrête de parler des problèmes des politiciens, qu’on arrête d’être dans le déni permanent et l’opposition systématique. Je ne veux qu’une chose, c’est qu’on parle de nous, des français, de nos problèmes, et que l’on sache reconnaitre quelles sont les idées intelligentes du parti d’en face qu’en il arrive à en proposer. J’en ai marre de cette politique à seul but électoraliste, qui oublie sa raison d’être : servir la France et les Français.

Aujourd’hui, Jean-François Copé a démissionné, contraint et forcé. La plus part des dirigeants politiques devraient en faire de même quand on voit la claque prise il y a deux jours. Enfin une action intelligente ! Je pense que ces 1061 jours qui restent jusqu’au premier tour de la présidentielle de 2017 doivent être mis à profit pour repenser notre politique et comprendre que ce mode de fonctionnement n’est plus tenable. Les français doivent redevenir au coeur des décisions, et doivent également comprendre que notre pays ne peut continuer ainsi sans passer par des réformes structurelles.

Messieurs de l’UMP, il est temps de prendre le taureau par les cornes. L’opportunité de l’affaire Copé est la meilleure situation pour reconstruire ce parti, revenir à des valeurs Gaulliennes et Républicaines, arrêter de virer à l’extrême droite et renouer avec le centre dont les idées sont nettement plus attirantes et intelligentes que celles du FN. Vous avez une chance de ne pas sombrer tel le Parti socialiste et c’est l’unique chance que vous avez.

Et si les Politiciens ne faisaient plus de la politique pour leur compte personnel.

Il devient lassant, de voir qu’élections après élections, le même constat s’impose lors des campagnes électorales. Cela commence par des parachutages dans des circonscriptions au détriment du travail de fond qu’aurait pu effectuer un prédécesseur durant plusieurs mandatures, ou bien cela se passe par des accords électoraux en ne présentant pas un adversaire pour être sûr que l’autre aura la circonscription. Quoi q’u’il en soit, cela ne se fait en aucun cas dans le but de régler un problème que pourrait avoir les citoyens.

Aujourd’hui, la politique c’est ça : « Petit arrangement entre amis », loin du concept, à priori utopique,  de l’intérêt commun. Malheureusement cela se passe aussi bien à droite qu’à gauche, même si cela fut mis en exergue, il y a quelques jours, par le Parti Socialiste de Martine Aubry et Europe Écologie Les Verts de Cécile Duflot. Nous avons eu la démonstration parfaite que l’accord signé entre ces deux partis n’étaient en aucun pour l’intérêt de tous mais dans l’unique but d’obtenir des voix, des députés et des ministres pour les écologistes, et pour être sûr d’être élu Président de la République pour François Hollande. Le résultat : un désaccord de fond entre les deux candidats qui sont Eva Joly et François Hollande. La première défendant corps et âme l’arrêt du nucléaire alors que le second, pour ne pas froisser un certain électorat ne veut l’arrêter de suite et même poursuivre les projets en cours tel l’EPR.

Bien que je ne sois pas pour l’arrêt du nucléaire en France, la seule qui a raison dans cet accord, c’est Eva Joly. Elle a une ligne directrice, celle de son parti, qui est de développer les énergies vertes et d’arrêter les autres qui sont dangereuses. Contrairement à son parti, Eva Joly ne se présente que pour la mandature suprême de Présidente de la République et n’a aucun avenir par la suite. Elle porte donc à bras le corps ce projet, ses convictions, qui malheureusement vont à l’encontre des calculs électoraux. Même chose pour le Parti Socialiste qui a signé un accord dont François Hollande s’est empressé de dire que certains points ne correspondaient pas à son idée. Mais l’attirance de gouverner étant, il dû se résoudre à plier, tout comme Eva Joly, pour assurer une victoire (hypothétique) à la Présidence.

A droite c’est la même chose, où l’on est déjà en train d’assurer la carrière politique du gouvernement sortant, en les parachutant dans des circonscriptions gagnables. Bref, aucun projet pour le bien être des votants, seulement pour le bien être du candidat.

Actuellement, dans la carte politique française, les seuls partis qui se battent pour faire changer réellement les choses, sont ceux qui n’ont aucune chance de gagner : Lutte Ouvrière, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste, Front National,… Ces partis se battent avec le cœur, à tort ou à raison, mais ce qu’ils proposent est destiné à atteindre un seul objectif : changer les choses dans l’esprit de leur valeurs. La seule exception, Eva Joly précédemment citée. Toutes ces soi-disant erreurs de communications n’en sont pas. Elle défend ses valeurs et c’est bien là le problème.

À quand des candidats qui se battront pour l’intérêt National, pour la France ? Les seuls qui font cela se sont les candidats locaux, les maires, qui eux, sont éjectés si leurs actions ne conviennent pas. C’est la seule élection qui, à mon goût, n’est pas trop pervertie.

Messieurs et Mesdames les politiciens, si vous ne souhaitez plus que les français se détournent autant des enjeux majeurs, ne vous battez plus pour vous-même mais pour NOUS, LE PEUPLE.

A voté

Comme tout bon citoyen je viens d’aller voter. Je ne dirai pas pour qui pour respecter les choix politiques de chacun.

Par contre, je ne vous dis pas le courage qu’il fallait aux votants de mon bureau car cela était pas très bien organisé et surtout le partage et la répartition entre les deux bureaux ouverts était complètement inégal. Sur mon bureau plus de 50 personnes attendaient alors que sur celui d’à coté il n’y avait personne. Il faut bien avouer que cela n’est pas l’entière responsabilité des employés de mairie mais aussi des votants qui ne retrouvaient pas leur carte d’électeur ou bien qui ne retrouvaient pas la nouvelle reçue ces derniers jours … En partant les noms d’oiseaux commençaient à voler dans le bureau entre les employés qui s’insurgeaient contre les votants et vis et versa.