Articles

Manoeuvre politique ?

Je m’interroge de plus en plus sur la stratégie de François Bayrou. En effet, je me demande si tout cela n’est pas un stratagème pour découper en morceau Ségolène Royal lors de son débat. En effet, rien ne l’empêche de réfuter chaque proposition et de la faire passer pour une incompétente car je vois quand même mal l’UDF faire une alliance avec le PS et donc par extension avec l’extrême gauche.

Même s’il acceptait des postes de ministres, il ne pourrait pas l’être à côté de communistes. Je veux bien qu’il ait l’esprit ouvert et qu’il veuille faire des concessions mais de là à faire le grand écart, c’est impensable. Comment pourrait-il faire pour que la candidate fasse des pas vers le libéralisme sans se mettre à dos les partis de gauche et donc ses électeurs potentiels. Ceux-ci pourraient se raviser et voter blanc.

Avant même le premier tour, Michel Rocard avait soulever les foules en proposant une alliance. Quelques jours plus tard, cela ne dérangeait plus personne au PS. Il est clair qu’une majorité de votants de gauche ne peuvent pas cautionner cette initiative qui va à l’encontre pure et dure de leurs convictions les plus profondes. Ils ne voteraient quand même pas pour une candidate qui autorise une part de libéralisme. C’est d’ailleurs une des raisons qui avait causé la chute de Jospin en 2002, car ce dernier n’avait pas un programme à gauche, mais un programme de centre gauche. Je crois que le PS a la mémoire courte.

Peut être également qu’il n’y a rien de tout cela et que Bayrou fait ce rapprochement sans stratégie aucune, sauf celle de préparer les législatives, et donc de faire des alliances dans des cantons pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat UDF et pas de candidat PS. Et c’est là où le bas blesse car dans ces fiefs électoraux, je vois mal les sympathisants de gauche voter pour l’UDF car on ne leur en laissera pas le choix.

La gauche devrait faire les bons calculs car, même si elle gagnait les présidentielles, il serait dommage qu’elle n’ait pas la majorité absolue au parlement. Cela serait une première après le passage au quinquennat. Une cohabitation 1 mois après une élection présidentielle ça pourrait être très drôle. Et malheureusement, cela serait encore la France qui en pâtirait.