Articles

Christine Boutin et l’inceste religieux…


Christine Boutin : « La république autorise à me… par LCP

Oui, Madame Boutin, La République Française autorise ce que votre Église interdit. Vous êtes Chrétienne, cependant vous vous arrogez le droit du mariage avec votre cousin alors que vos convictions religieuses vous l’interdisent. Cela montre déjà à quel point vous vous contredisez et que l’amour sera toujours plus fort qu’une loi religieuse, morale ou républicaine. Si votre amour pour votre mari est si fort qu’il vous permette d’enfreindre la loi de Dieu, vous devez être à même de comprendre que l’amour des homosexuels puisse leur permettre de se marier malgré votre morale, votre croyance ou toute autre raison.

Selon l’angle d’où on regarde votre situation, votre mariage peut être considéré comme incestueux. C’est le cas de l’Église Catholique qui considère qu’un mariage entre cousins ne peut se faire qu’à plus de quatre degrés, ce qui est loin d’être votre cas. Donc oui, vous êtes en plein INCESTE ! Mais la religion est si peu importante que vous faites passer la loi de la République avant vos convictions. Et bien je vous demande d’en faire de même pour les homosexuels. La loi de la République doit passer avant vos convictions. Ainsi, aujourd’hui, un couple homosexuel est en droit de se marier, que cela vous plaise ou non. Si cela vous pose problème que l’on vous rappelle que vous enfreignez la loi divine, dites-vous que c’est encore pire pour nous, homosexuels, qui entendons des insultes à longueur de journée. Nous sommes dans la légalité, tout comme vous l’êtes. Si nous ne sommes pas en droit de juger votre vie privée, vous ne l’êtes pas non plus.

Et ce ne sont sûrement pas vos menaces de petites Bourgeoises qui n’assument pas ce qu’elle est qui vont me faire peur en écrivant cet article. Bien au contraire, c’est grâce à ces menaces que j’ai eu envie d’écrire.

 
Boutin poursuivra tous ceux qui l’attaqueront… par Europe1fr

La renonciation de Benoît XVI.

Le Pape Benoît XVI renonce

« C’est finalement par son départ qu’il sera révolutionnaire. » Christophe Barbier — L’Express

Je crois que je ne pourrais pas mieux m’exprimer sur ce sujet. Il faut dire que Jean-Paul II avait mis la barre très haute, et qu’y succéder dut être compliqué. Mais prendre cette décision, à l’encontre de l’ordre établi, à l’encontre de tout ce que les fidèles pouvaient attendre de leur guide spirituel est probablement une des preuves de la grande intelligence de ce Pape. Malgré ce que fut sa vie, sa jeunesse, on ne peut que lui reconnaître ce choix. Espérons que son successeur fasse preuve d’un peu plus de modernité et que l’Église Chrétienne sache avancer.