Articles

Le « nous » sera plus fort si tu le veux !

Est-ce la fierté, l’orgueil, la connerie, une volonté réelle ou une autre raison qui pourrait pousser quelque’un à éviter toute conversation ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je voudrais pourtant tellement savoir, je voudrais tellement comprendre, mais on me le refuse. Construire, avancer, être heureux en toute simplicité sont pourtant des choses que tout un chacun devrait vouloir. Il faut croire que non. Il faut croire que le malheur apporte plus de satisfaction à certains qu’un bonheur somme tout accessible et à porté de mains.

Alors, quand en plus, preuves à l’appui, on réfute l’irréfutable, que l’on nie l’évidence, cela montre que plus aucun espoir n’est permis. Au lieu de ravaler sa fierté, mettre son honneur de côté et de chercher une solution, on tente de retourner la situation, de trouver des tords à l’autre, et encore une fois d’éviter la conversation.

Ce jeu peut fonctionner une fois, deux fois, trois fois, mais finit par lasser, gâcher et tuer ce qui pouvait nous unir.

Un bis repetita est en marche. La conséquence inexorable d’un échec certain, d’une fuite perpétuelle de la réalité et un gâchis incroyable de ce qui pourrait être une histoire merveilleuse, un conte de fée.

Une dernière chance à donner ? À quoi bon ? Pour quoi ? Pour qui ? Pour rien.

Oh, des tords j’en ai bien évidemment. Je ne fus pas parfait, loin de là, mais ces dernières années ce n’est plus moi qui fut la raison de aboutissement. J’ai eut au début eu le mauvais rôle, j’ai fait les mauvaises choses, j’ai nié tout comme toi, pour me rendre compte, grâce à toi, que cela ne faisait qu’empirer les choses. J’ai fini par avouer. Et toi aujourd’hui, que fais-tu ? Tu fais ton Hervé d’il y quelques années, tu fais exactement ce que tu me reprochais. Tu gâches tout. La seule différence, c’est que tu ne voudras jamais admettre, reconnaître et donc permettre que je te pardonne.

Aujourd’hui ce n’est plus possible. Je te le dis. Tu veux me pousser pour voir jusqu’où j’irais ? Comme tu le vois, j’y vais à grands pas. Et une seule chose pourrait m’arrêter : Toi ! Et tu sais comment. Sinon, tu signes notre arrêt de mort ! Le « nous » ne sera plus, le « Je » et le « Tu » redeviendront, et nos vies de regrets deviendront.

Alors je te le dis et demande une dernière fois : Ne fais pas cette erreur !

Je t’aime

Toi, Moi, Nous

Toi, tu es celui qui a changé ma vie il y a 6 ans, celui qui depuis un an m’a fait l’honneur de devenir mon mari, celui qui m’a passé la bague au doigt alors qu’il y a encore peu, je ne l’aurais jamais souhaité.

Toi, tu es celui qui me donne à chaque instant des moments de bonheur et l’assurance de savoir que demain je ne serai plus jamais seul. Tu es celui qui avance à mes côtés, qui construit cette route sur laquelle nous avançons désormais à deux.

Toi, tu es celui qui veut le meilleur pour moi et m’offre monts et merveilles.

Toi, tu es celui qui peut me rendre malheureux, celui qui peut me rendre triste, celui qui ne sait pas toujours me parler, celui qui est exigeant et qui ne me laisse rien passer.

Moi, je suis celui qui ne sait pas, qui ne sait pas montrer, prouver, démontrer, rassurer, donner, recevoir.

Moi, je suis celui qui croit en toi même si tu ne le ressens pas, je suis celui qui sait ce que tu vaux.

Moi, je suis celui qui prend sur lui.

Moi, je suis celui qui veut te voir heureux car tu y as le droit comme tout le monde.

Nous, nous serons une famille, avec des enfants

Nous, nous serons heureux, maintenant, demain et pour toujours

Nous, nous pouvons tout supporter, accepter, franchir et conquérir.

Nous, ne pourra être que si TOI et MOI le voulons.

6 ans de P’tit con !!!

Ce n’est pas parce que tout le monde fête la Saint-Valentin en ce 14 février, que Choupinette et moi faisons la même chose. Parce que nous ne sommes pas tout le monde ! Nous, nous préférons célébrer notre rencontre ce jour là. Dire que c’était il y a 6 ans. On aurait mieux fait de se casser une jambe, mais bon. Le sort en a décidé autrement et 5 ans plus tard on se mariait, et 6 ans plus tard, je vous raconte ces bêtises.

Déjà 14 jours que Choupinette n’est plus là. Il est parti se former à l’intelligence commerciale avec sa boite. Rien que le nom de la formation, et l’on sait déjà qu’on ne sait pas de quoi cela va parler. Va-t-il revenir plus intelligent ? Dans un sens ce serait pas mal, parce qu’il a quelques lacunes à combler. Pensez qu’il nest pas capable de vous sortir le PIB de l’Azerbaïdjan sans devoir consulter Internet ! Inadmissible ! Et encore, il serait bien capable de vous le donner à quelques milliers de dollars près… Bref, cette formation ne peut que le rendre plus intelligent. En ce qui concerne la partie commerciale, c’est la même chose. Gros besoins sur ce domaine. Pensez qu’il fut le premier vendeur mondial de sa boîte en seulement 6 mois. Pourquoi avoir attendu tout ce temps ? La compétence aurait voulu qu’il le soit en seulement 2 mois, voir 4 ! Mais pas 6…

Sa boîte semble pourtant lui donner une dernière chance et c’est pour ça qu’elle le forme. On a déjà quelques retours :

On voit tout de suite que l’intelligence a augmenté…. Plus que 2 mois et demi à attendre

PS : Bon anniversaire Choupinette !!!

Ptit con va !

Tu pars pour 3 mois et après seulement 10 heures, j’ai déjà l’impression que cela fait des semaines que tu es parti. Évidemment, tu sais te rendre indispensable ! Pourtant, je suis là, à pester contre toi chaque jour pour tes côtés « Pacha » et à peine parti, je ne peux plus m’en passer. C’est mon paradoxe.

Que dire ? Eh bien profite de cette géniale opportunité que t’offre ta boite. Qui pourrait prétendre après seulement un an, à 3 mois de formation, tous frais payés, directement aux États-Unis ? Personne ! Seul toi est capable de cela ! Le « petit » Salim est le grand homme qu’il n’ose imaginer. Le « petit » Salim est cette personne intelligente qui peut déplacer des montagnes.

Alors, Oui ! Vas-y ! Vole vers Minneapolis pour te former à l’intelligence commerciale ! Comme si tu avais besoin de ça ? Envieux ? Pourrais-je l’être ? C’est clair que -18ºC me donnent clairement envie ! Aller voir le Super Bowl, compétition mythique que tout américain rêve de voir en vrai  ? Non, sûrement pas !

Donc, oui, j’ai fait celui qui n’en avait rien à faire que tu partes ! Oui, je faisais le grand et fier au boulot en disant que ça passerait vite !

Résultat :

  • À peine de retour de l’aéroport je casse mon iPhone en le faisant tombé alors que j’étais le premier à te dire de faire attention avec les tiens
  • Je vais courir et me blesse au genou
  • Depuis 18h, je suis là comme un con à me sentir seul !

Ptit con, va ! T’es fier de toi ?

Mariage : J – 10 et pas un jour de plus

Monsieur et Monsieur

Monsieur et Monsieur

Le compte à rebours final est bien en place et c’est dans tout juste 10 jours que nous dirons « OUI » à Monsieur l’adjoint au Maire, qui ne sera autre que mon cher Papa.

Qui aurait pu croire que moi, Hervé (alias Atypik) aurait succombé à la tradition ancestral du Mariage ? On se rappellera mes prises de positions à ce propos et mon opposition à sa légalisation sous ce nom pour les Gays.

Mais les évènements des mois passés et ceux qui continuent en ce moment m’auront convaincu que la bêtise humaine ne doit pas gagner et que l’égalité de tous devant la loi est primordiale. Ce que je souhaitais voir le jour sous le nom d’une union civil il y a quelques années est aujourd’hui un mariage, ouvrant le même droit à tout le monde. Et je suis heureux de pouvoir en profiter dans la première année de sa mise en place.

Ça fait du bien…

DSC_0155… De recevoir sa famille une petite semaine chez soi. Eh oui, mon frère me rend visite avec sa copine depuis la semaine dernière. Ça nous a permis, à Choupinette et moi, de visiter un peu plus Barcelone en leur compagnie. J’ai redécouvert des lieux, découvert d’autres et cela me confirme dans l’idée que Barcelone est une ville magnifique. Entre le climat, l’architecture, la gastronomie, la mentalité des Espagnoles et la proximité avec la France, c’est le paradis sur Terre.

Ça me permet de vous rappeler que vous pouvez en savoir d’avantage sur cette ville en lisant mon autre Blog : « J’habite à Barcelone« .

4 ans de Choupinette, et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Salim Orfeuillette

Nous, on fait les choses bien. Parce que nous, nous sommes rencontrés un 14 février, jour de Saint-Valentin. Alors oui, notre fête des amoureux est LA fête de l’amour. Et ça, pour nous, veut dire quelque chose.

Bonne Saint-Valentin ma Choupinette, bonne fête des amoureux mon cœur, Bon anniversaire de rencontre mon bébé.

Cette cinquième année, qui débute ce jour, je le sais, s’annonce la plus belle des quatre déjà révolues. Alors accroche ta ceinture, ça va swinguer.

Je t’aime Choupinette.

Salim monte sa boite

Diamant naturellement coloré roseEh oui, après moi il y a quelques années, c’est au tour de Salim de se lancer dans l’entrepreneuriat. Avec un de ses amis, ils ont officiellement créé ce futur joyau de la finance mondiale. Je ne suis pas très prolixe pour le moment, car je ne sais pas si je peux trop en parler actuellement. Salim vous en dira plus en commentaire le moment venu, enfin s’il le souhaite… Je vais donc travailler avec eux et j’espère que ce sera plus réussi que feue ma boîte. Il va falloir se pencher sur les solutions de financements, l'affacturage, les crédits… Dans tous les cas, félicitations et bon courage à toi pour cette nouvelle aventure. J’en profite aussi pour t’encourager dans l’autre grande aventure qui est ton arrêt de fumer. Je suis de tout cœur avec toi. Je t’aime.

L’égalité pour tous

HomosexuelsCe dimanche 13 janvier 2013 eut lieu à Paris, la manifestation contre le projet de loi intitulé « Mariage pour tous ». Selon la préfecture, il y eut 350 000 personnes et selon les organisateurs, 800 000 personnes. Quoi qu’il en soit, ce fut, selon l’aveu même du président François Hollande un message fort, envoyé au pouvoir en place. Depuis des semaines, nous avons le plaisir d’entendre toutes sortes de stupidités à propos de ce mariage homosexuel. Nous avons même le droit à une homophobie flagrante de certains, oubliant de fait la loi de modernisation sociale de 2002 et ses deux amendements de 2004, interdisant tout propos homophobe tenu publiquement.

Atypik vous souhaite une bonne année 2013

2013Largement dans les temps pour effectuer cet exercice qui revêt plus un intérêt conventionnel qu’un réel besoin pour les personnes à qui est dirigé ce message, je vous souhaite à tous, chers lecteurs, une très bonne année 2013.

Pourquoi, me demanderez-vous, souhaiter une bonne année, si je n’en éprouve pas le besoin. Et bien là est le paradoxe, c’est que j’ai envie de le faire. Mais je sais que pour beaucoup, ils s’en foutent; que ces vœux sont du même acabit que le « Ça va ? » qui suit un bonjour. On le fait souvent pour la forme. Pour les vœux, c’est un peu la même chose. La tradition veut que l’on souhaite de bonnes choses aux personnes au mois de janvier. Mais cela impliquerait-il que le reste du temps on ne le souhaite pas ? Ou pire, qu’on souhaiterait l’inverse ? C’est grâce à mon homme où j’ai compris cette notion. Tous les cadeaux qu’il me fait le sont toujours à des moments quelconques, mais jamais pour un anniversaire ou Noël. Quel est le cadeau le plus sincère ? Celui à une date bien précise, ou celui qui arrive au milieu de nulle part ?

Sachez, chers lecteurs, que ces souhaits sont donc émis ce jour mais qu’ils sont valable tout au long de l’année.