Articles

Nicolas Sarkozy annonce sa candidature pour les prochaines élections présidentielles.

Comme tout le monde s’y attendait depuis plusieurs jours, le Président sortant, Nicolas Sarkozy, a annoncé ce soir sur TF1 qu’il était candidat à sa réélection. Le choix de cette date a, à mon avis, été choisie en fonction des résultats de la croissance du dernier trimestre de 2011 qui ont été meilleurs que prévu. En effet, le cumul annuel est de +1.7 % avec un +0.2% sur les trois derniers mois de l’année. Ce résultat, meilleur que prévu, permet à Nicolas Sarkozy d’affirmer que ses réformes commencent à agir et qu’elles sont bénéfiques pour la France. Nous attendons désormais la présentation du projet de l’UMP et du candidat.

Ce qu’attendent les Français de Nicolas Sarkozy

Alors que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, devrait annoncer officiellement sa candidature ce soir au journal de 20 heures de TF1, il devra de suite, faire l’annonce de propositions phares.

Mais revenons tout d’abord sur cette journée. Il est quasiment certain que ce sera bien ce soir que sa candidature sera annoncée car depuis ce matin 8h14, le futur candidat a fait son apparition sur Twitter en créant un compte @niclassarkozy. S’en est suivi deux Tweet :

Bonjour à tous, je suis très heureux de lancer aujourd’hui mon compte #Twitter. Merci à ceux qui voudront bien me suivre! – NS

J’ai accepté l’invitation de TF1 au journal de 20h de ce soir et je vous y donne rendez-vous – NS

Après sa déclaration d’entrée en lice dans la course à l’Elysée, le plus dur restera à venir : avoir un projet porteur, novateur, répondant aux attentes des Français qui, en temps de crise, ont des besoins bien précis et dont les problèmes politico-politiciens importent peu. Les sujets pour lesquels les attentes sont les plus fortes sont, à mon avis, les suivants :

  • Pouvoir d’achat
  • Chômage
  • Indemnisations et droit au chômage
  • Aides sociales
  • Endettement
  • Education et réussite scolaire
  • Droit au logement

Le handicap majeur du Président Sortant c’est qu’il sera facile de l’attaquer sur son bilan. Seulement, il serait bien trop aisé d’oublier que son quinquennat fut sous le signe de la crise financière, la crise de la dette qui ont conduit le pays à se surendetter, pour ne pas que s’aggrave la situation. Tous les grands pays industrialisés avaient fait le même choix : soutenir au mieux leur économie en injectant des liquidités ou renflouant certaines banques. Cela eût un prix.

Aujourd’hui, il est clair que la priorité est d’assainir le système, de diminuer la dette et de relancer l’économie. L’avantage que devrait avoir Nicolas Sarkozy c’est que son principal candidat, est toujours dans une idée de dépenses. Preuve en est : son programme n’arriverait à l’équilibre qu’en 2017. Il conviendrait donc que le candidat UMP prenne le contre-pied avec un programme beaucoup plus stricte et équilibré.

J’espère que nous assisterons ce soir à l’annonce de propositions qui iront dans ce sens, sinon j’ai bien peur que Nicolas Sarkozy, dise « Au revoir » à la façon de Valéry Giscard D’estaing d’ici à plusieurs semaines.

Enfin, je suis impatient de voir l’affrontement qui aura lieu entre les deux favoris.

Et si les Politiciens ne faisaient plus de la politique pour leur compte personnel.

Il devient lassant, de voir qu’élections après élections, le même constat s’impose lors des campagnes électorales. Cela commence par des parachutages dans des circonscriptions au détriment du travail de fond qu’aurait pu effectuer un prédécesseur durant plusieurs mandatures, ou bien cela se passe par des accords électoraux en ne présentant pas un adversaire pour être sûr que l’autre aura la circonscription. Quoi q’u’il en soit, cela ne se fait en aucun cas dans le but de régler un problème que pourrait avoir les citoyens.

Aujourd’hui, la politique c’est ça : « Petit arrangement entre amis », loin du concept, à priori utopique,  de l’intérêt commun. Malheureusement cela se passe aussi bien à droite qu’à gauche, même si cela fut mis en exergue, il y a quelques jours, par le Parti Socialiste de Martine Aubry et Europe Écologie Les Verts de Cécile Duflot. Nous avons eu la démonstration parfaite que l’accord signé entre ces deux partis n’étaient en aucun pour l’intérêt de tous mais dans l’unique but d’obtenir des voix, des députés et des ministres pour les écologistes, et pour être sûr d’être élu Président de la République pour François Hollande. Le résultat : un désaccord de fond entre les deux candidats qui sont Eva Joly et François Hollande. La première défendant corps et âme l’arrêt du nucléaire alors que le second, pour ne pas froisser un certain électorat ne veut l’arrêter de suite et même poursuivre les projets en cours tel l’EPR.

Bien que je ne sois pas pour l’arrêt du nucléaire en France, la seule qui a raison dans cet accord, c’est Eva Joly. Elle a une ligne directrice, celle de son parti, qui est de développer les énergies vertes et d’arrêter les autres qui sont dangereuses. Contrairement à son parti, Eva Joly ne se présente que pour la mandature suprême de Présidente de la République et n’a aucun avenir par la suite. Elle porte donc à bras le corps ce projet, ses convictions, qui malheureusement vont à l’encontre des calculs électoraux. Même chose pour le Parti Socialiste qui a signé un accord dont François Hollande s’est empressé de dire que certains points ne correspondaient pas à son idée. Mais l’attirance de gouverner étant, il dû se résoudre à plier, tout comme Eva Joly, pour assurer une victoire (hypothétique) à la Présidence.

A droite c’est la même chose, où l’on est déjà en train d’assurer la carrière politique du gouvernement sortant, en les parachutant dans des circonscriptions gagnables. Bref, aucun projet pour le bien être des votants, seulement pour le bien être du candidat.

Actuellement, dans la carte politique française, les seuls partis qui se battent pour faire changer réellement les choses, sont ceux qui n’ont aucune chance de gagner : Lutte Ouvrière, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste, Front National,… Ces partis se battent avec le cœur, à tort ou à raison, mais ce qu’ils proposent est destiné à atteindre un seul objectif : changer les choses dans l’esprit de leur valeurs. La seule exception, Eva Joly précédemment citée. Toutes ces soi-disant erreurs de communications n’en sont pas. Elle défend ses valeurs et c’est bien là le problème.

À quand des candidats qui se battront pour l’intérêt National, pour la France ? Les seuls qui font cela se sont les candidats locaux, les maires, qui eux, sont éjectés si leurs actions ne conviennent pas. C’est la seule élection qui, à mon goût, n’est pas trop pervertie.

Messieurs et Mesdames les politiciens, si vous ne souhaitez plus que les français se détournent autant des enjeux majeurs, ne vous battez plus pour vous-même mais pour NOUS, LE PEUPLE.

To be or not to be ?

Un petit récapitulatif des 11 ou 12 candidats à l’élection présidentielle. Même si je reste persuadé qu’il y en aura 12, il faudra attendre demain pour en avoir la confirmation. Je vous les cite par ordre alphabétique et non par ordre de préférence.

Bayrou François : UDF
Besancenot Olivier : LCR
Bové José : Gauche Antilibérale
Buffet Marie-George : PCF
De Villiers Philippe : MPF
Laguiller Arlette : FO
Le Pen Jean-Marie : FN
Nihous Frédéric : CPNT
Royal Ségolène : PS
Sarkozy Nicolas : UMP
Schivardi Gérard : Comité National pour la Reconquête de la Démocratie
Voynet Dominique : Les verts

En ce qui me concerne mon choix est fait depuis longtemps.