Articles

Petit guide pour tromper l’opinion publique…

Depuis plusieurs jours, un sigle est de plus en plus cité sur l’Internet : ACTA. J’ai donc voulu savoir ce que cela voulait dire : Accord de Commerce Anti-Contrefaçon. La chose est donc claire et précise.

Je lis çà et là qu’une des raisons principales de l’élaboration de ce traité est pour la protection des ayants-droits (Musique, Cinéma) sur le partage illégal des œuvres via Internet et le peer-to-peer (P2P) par exemple. Mais ce traité est écrit de manière générale et englobe toutes les créations qu’elles soient physiques, artistiques ou intellectuelles.

Jusque-là, tout semble à peu près clair et où pourrait-on essayer de tromper l’opinion publique pour qu’elle soit contre ce projet ? Hormis les jeunes, qui ont sont les plus gros consommateurs de fichiers piratés, comment faire pour que ce sujet devienne au cœur des préoccupations des peuples et que ceux-ci se soulèvent unanimement contre ?

La réponse est très simple, mettre le sujet dans un cas de figure qui touche tout le monde : Les médicaments… Et on nous sort que si ce traité était ratifié par les Etats (déjà signé par l’Union Européenne et donc tous ses membres) ce serait la fin des médicaments génériques ! Des associations comme Act-Up sont les premières à dénoncer ce texte en indiquant que des médicaments fabriqués en Inde seraient bloqués à nos frontières. Le texte laisserait planer le doute entre contrefaçon et générique. De plus, si un produit était intercepté par la douane, le fabricant devrait prouver sa bonne foi.

Alors, premièrement, il est normal que ce soit le fabricant qui prouve qu’il est en ordre et non quelqu’un d’autre. A la limite, un laboratoire indépendant pourrait intervenir pour valider les preuves dudit laboratoire. Ensuite, on nous dit que le texte laisse planer le doute. Faux ! A aucun moment on ne parle des médicaments puisqu’on, parle de manière générale.

Enfin, le texte est très clair :

ARTICLE 1.3: RELATION AUX NORMES CONCERNANT L’EXISTENCE ET LA PORTÉE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE
1. Le présent Accord ne porte pas atteinte aux dispositions relatives à l’existence, à l’acquisition, à la portée et au maintien des droits de propriété intellectuelle contenues dans la législation d’une Partie.
2. Il est entendu que le présent Accord n’a pas pour effet de créer à l’égard d’une Partie une obligation quelconque d’appliquer des mesures lorsqu’un droit de propriété intellectuelle n’est pas protégé aux termes des lois et des règlements de cette Partie.

La dernière phrase dit clairement que n’entre plus en compte les propriétés intellectuelles arrivant en fin de droit. Ceci veut dire que tous les Brevets médicaux tombants dans le domaine public ne sont pas soumis à ce traité. Ainsi, tout laboratoire fabricant un médicament générique pourra continuer de le faire.

Ainsi, cette grande campagne, qui consiste à dire que ce traité va condamner des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants atteints du VIH (Virus de l’immunodéficience) qui peut avoir pour conséquence le SIDA (Syndrome d’Immunodéficience Acquise), est totalement infondée. Elle est l’œuvre de groupuscules qui ont peur que l’on touche à leur petit business. La contrefaçon est une économie parallèle qui coûterait plus de 100 Milliards de dollars au pays membres du G20. et environ 1000 milliards pour tous les pays du monde. Elle rapporterait 250 Milliards de dollars.

Ces sociétés qui peuvent gagner tout ceci sans payer le moindre impôt, payer au noir les employés dans des conditions souvent inhumaines, sont les premières à faire du lobby, au risque de détourner le message initial d’un traité. Ensuite, les « hackers » piratent souvent un logiciel ou un jeu pour le plaisir de montrer qu’ils sont meilleurs que les fabricants et que leur système de protection n’est pas infaillible. A la base c’est un jeu. Mais leur plaisir va encore plus loin car souvent ils dénoncent ce capitalisme, cette hégémonie que certaines sociétés peuvent avoir dans certains domaines, comme « Microsoft », et par principe diffusent leur exploit de hacking.

Ce que tous ces gens n’arrivent toujours pas à comprendre c’est que tout peine, mérite salaire, comme toute création, quelle qu’elle soit. Je suis le premier à profiter du système mais je suis aussi le premier à comprendre toutes ces mesures. Aujourd’hui, je peux le faire, je le fais. Demain, je ne pourrais plus, et bien tan pis pour moi. Mais passer par de la désinformation, en espérant que cela serve ses intérêts est totalement irresponsable. Il faut savoir que les contrefaçons de médicaments sont d’autant plus dangereuses. Elles peuvent être mortelles !!! Alors arrêtez de dire n’importe quoi. Un médicament générique est légal et utile et ne sera jamais interdit. Enfin, je ne connais pas beaucoup de malades du VIH qui achètent leur médicament sur Internet…