Enfin ! Le roaming disparaîtra en Europe

D’ici à juillet 2014, les coûts de roaming vont baisser dans toute l’Europe. Mais la bonne nouvelle, c’est la disparition de ces surcoûts en juillet prochain. La commission européenne a voté discrètement une loi allant en ce sens. Bientôt, nous pourrons utiliser notre forfait au même tarif partout ! Ce qui veut dire que nous allons pouvoir faire jouer la concurrence pour ceux qui pourront justifier de plusieurs pays de résidence. Fini les hors forfaits à cause de la Data 3G. Heureux, ceux qui voudront trouver des informations au fin fond de la Grèce ou de la Slovaquie ! Et puis nos amis, sur Grindr, pourront facilement trouver chaussure à leurs pieds. Lol

Source : Euronews

Android Jelly Bean devrait arriver demain sur le Samsung Galaxy S3

Mon homme m’a offert il y a plusieurs mois le meilleur téléphone mobile du moment : le Samsung Galaxy S3. Ultra léger, rapide, fonctionnel grâce à Android il ne lui manque plus que de recevoir la dernière mise à jour Jelly Bean pour être parfait. Il s’agit de la version 4.1 de l’OS Android que Samsung devrait déployer en France ce 9 octobre selon les dernières rumeurs.

Les points forts du nouveau système sont :

  • Plus grande rapidité et fluidité
  • Meilleure navigation internet
  • Un calendrier refondé
  • Refonte de l’application « Appareil Photo »
  • Les notifications sont directement paramétrables sans passer par le menu « Paramètres »
  • Si vous avez manqué un appel, un simple appui sur la notification permettra de rappeler ou d’envoyer un SMS
  • Google Now apparaît et interagit avec ce que vous faites à ce moment
  • La reconnaissance vocale s’améliore
  • L’assistant personnel est également de meilleure qualité

Et ceci n’est qu’une partie de tout ce qu’apporte cette mise à jour. Pour avoir l’ensemble des nouveautés, c’est par ici. (En anglais)

Ça devient de plus en plus ridicule !

L’iPhone 5 sort ce jour et des milliers de Fanboys ont fait, ou font encore la queue depuis des heures devant un Apple Store pour trouver l’objet tant convoité. En parallèle, les concurrents sont dans la même attente pour pouvoir lancer une procédure de plagiat, de non-respect de brevets, etc. C’est désormais une histoire sans fin, depuis qu’Apple fut le premier à se lancer dans ce petit jeu qui s’est soldé dernièrement à coup de milliards de dollars contre Samsung. Désormais , c’est Motorola Mobility qui attaque, Samsung devrait suivre, jusqu’à CFF, Compagnie Féroviaire Helvète, qui vient de se rendre compte que la nouvelle icône de l’application « Horloge », sous iOS 6 pour iPad, est la reproduction exacte de leur horloge, créée en 1944 et sous brevet depuis tout ce temps. Je vous laisse suivre ce lien.

Évidemment, il s’agit de trouver une « solution juste et financière ».

Mais tout cela rime à quoi ? Entre les innovations qui doivent tomber sous le coup de FRAND (Fair, Reasonable, and Non-Discriminatory) qui veut dire « Équitable, Raisonnable Et Non Discriminatoire » et dont certains comme Apple le demandent quand ça les arrange comme pour la 4G LTE et le refuse quand il s’agit de leurs innovations, il y a de quoi en perdre la raison.

Aujourd’hui, Apple est capable d’attaquer un concurrent pour un brevet mineur (Slide To Unlock) par exemple et est le premier à utiliser des brevets majeurs comme des technologies de communication sans en négocier quoi que ce soit en amont. Moi ça me fait bien rire.

Que Samsung copie bêtement le design des produits Apple, je trouve ça stupide, et dans un sens il est normal qu’ils se soient fait attaquer sur ce point. Que Apple face de même avec une icône alors qu’ils ont reproché ladite chose au Coréen, devient risible. N’oublions pas que Samsung aussi est créateur d’innovations au point qu’Apple soit un de ses premiers clients et fait fabriquer son processeur dans ces usines.

Enfin, Apple va devoir continuer à trouver de l’inspiration sans son mentor qu’était Steve Jobs. Et c’est là où cela risque de se compliquer. Il était à l’origine de la majeure partie des avancées… À trop vouloir jouer avec le feu, Apple risque fort de se brûler rapidement.

 

Iliad répond aux attaques à propos de Free Mobile

Suite à toutes les polémiques que subit Iliad et sa filiale Free Mobile, il était temps de répondre de manière officielle à toutes ces attaques. Aujourd’hui, ce communiqué de Presse à été envoyé pour tenter de faire les médisants en donnant des explications. Voici sa retranscription complète :

En réponse à la campagne de dénigrement orchestrée ces dernières semaines, Free Mobile, filiale du Groupe Iliad, souhaite apporter les précisions suivantes :

Les engagements de couverture :

Free Mobile s’est vu attribuer le 10 janvier 2010 la quatrième licence de téléphonie mobile 3G. Cette licence comprend des obligations de couverture «outdoor» contrôlées par l’ARCEP :

  • 27% de la population au 10 janvier 2012
  • 75% de la population au 10 janvier 2015
  • 90% de la population au 10 janvier 2018

Les modalités de mesure de couverture ont été précisées par la décision 2007 – 0178 du 20 février 2007 ; il s’agit d’une couverture voix « outdoor » avec un taux de réussite de 95% des appels. Ce protocole de mesure utilisé pour les mesures de couverture de tous les opérateurs n’a jamais été critiqué par les bénéficiaires ni pour eux même, ni lors des nombreux contentieux visant la quatrième licence. Ce n’est qu’après le lancement de Free Mobile que certains ont remis en cause ce qui était accepté sans réserve jusque là.

L’atteinte des 27% a été constatée lors de deux mesures successives par l’ARCEP dont les résultats ont été rendus publics les 13 décembre 2011 et 28 février 2012. L’ANFR à la page 9 de son rapport provisoire indique que «le potentiel des stations [de Free Mobile] devrait être compatible avec le chiffre de couverture communiqué par l’ARCEP ». Il convient de noter que Free Mobile est le premier opérateur à respecter ses obligations de couverture 3G dans les délais de la licence. Les trois opérateurs historiques n’ont respecté leurs obligations de couverture 3G qu’après mise en demeure et avec plusieurs années de retard.

Couverture et trafic :

Il va de soi que ce pourcentage de couverture mesuré en % de la population, n’équivaut pas à une part de trafic identique acheminé en propre sur le réseau notamment pour les raisons suivantes :

  • Du fait des difficultés à déployer un réseau dans de brefs délais, la couverture de Free Mobile est à ce jour discontinue. Les abonnés sont donc souvent en itinérance.
  • Du fait des difficultés de déploiement d’antennes sur les zones les plus denses, le réseau ne couvre pas les zones à fort trafic.
  • L’obligation de couverture est uniquement « outdoor » et mesurée comme telle. La couverture « indoor » est, à ce stade initial de déploiement, moins bonne et en conséquence, une large part du trafic « indoor » est acheminée en itinérance.
  • Les fréquences 900 Mhz attribuées à Free Mobile et couvrant les zones denses ne seront disponibles qu’au 1er janvier 2013. Ces fréquences sont efficaces notamment pour la couverture « deep indoor ».
  • De nombreux téléphones du parc ne fonctionnent qu’en 2G.

Le même constat peut être fait avec les réseaux 3G nationaux des trois opérateurs historiques qui, bien que couvrant 93 à 99% de la population, ne transportent qu’une part modeste du trafic voix. A titre d’exemple, chacun peut constater qu’à Paris, théoriquement couvert à 100%, il est fréquent de ne trouver qu’une couverture 2G.

Le déploiement du réseau, l’investissement et l’emploi

Free Mobile réaffirme son engagement à poursuivre son déploiement afin d’atteindre au plus vite une couverture maximale de la population. Il s’agit d’un impératif économique, l’itinérance étant une alternative précieuse mais coûteuse. A ce jour, Free Mobile a confié à ses prestataires et à TDF la recherche et la construction de plus de 6 000 sites équivalents à la couverture de plus de 75% de la population. Environ 1 000 sites sont actifs c’est à dire construits et allumés et pour l’essentiel accueillant du trafic. A fin 2012, Free Mobile disposera de plus de 2 500 sites actifs. A noter que Free rencontre de grandes difficultés à accéder aux sites propriétés de certains opérateurs historiques qui multiplient les exigences techniques et économiques pour éviter l’accueil d’un concurrent.

Environ 400 millions d’euros ont été engagés à ce jour dans le déploiement du réseau mobile. A cette somme s’ajoutent 518 millions d’euros d’achat de fréquences. Les investissements réseau vont bien sûr se poursuivre sur les années à venir pour atteindre un total cumulé d’un milliard d’euros environ en 2018. Comme dans l’ADSL et la fibre ces dernières années, Iliad investit donc fortement dans son réseau mobile afin de respecter ses engagements, de sécuriser son modèle économique et d’assurer son indépendance. Dans ce cadre, les effectifs d’Iliad ont augmenté de 1 500 salariés en France ces douze derniers mois. L’arrivée de Free Mobile conduit d’ailleurs les opérateurs historiques à accélérer leurs déploiements 4G.

L’itinérance

Le contrat d’itinérance a été signé par Free Mobile à des conditions de marché. Il convient de rappeler que la fourniture de l’itinérance 2G au quatrième entrant est pour chaque opérateur historique une obligation acceptée dans le cadre des licences 3G. Free Mobile s’est d’ailleurs vu proposer avant son lancement des tarifs d’itinérance plus compétitifs par d’autres que le partenaire finalement retenu pour la qualité de son réseau. Ces opérateurs hier désireux de conclure ce contrat avec Free Mobile condamnent aujourd’hui le principe de l’itinérance. L’itinérance est une nécessité transitoire. Seul le déploiement du réseau permet d’établir une rentabilité structurelle de l’activité.

A compter de ce jour, Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements. Depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel et les Français s’en réjouissent, il faut l’accepter.

Il faut bien avouer que Free a entièrement raison dans ce qu’il dit à propos des « opérateurs historiques » et leurs problèmes à l’époque de leur déploiement. Il va de soi que l’on attendrait d’eux une certaine compréhension par rapport à un nouveau venu. Mais il n’en est rien, bien au contraire.

Les annonces du soir : Google et Apple

Google Play LogoMoi, qui pour une fois ne pensais pas écrire un article à cette heure, je fus rattrapé par l’actualité, ce qui fait que je reprends la plume (ou le clavier). Rien de bien urgent si ce n’est que Google vient d’annoncer de manière totalement inattendue le changement de nom du « Market Android« . Désormais, il faudra vous habituer à appeler ceci « Google Play« . La firme de Mountain View explique que Google Play remplace de fait la boutique d’applications pour appareils portables Android Market, en l’additionnant de Google Music et Google eBookstore: « on peut trouver, déguster et faire partager ses musiques, films, livres et applications préférés sur le web et sur un téléphone ou une tablette sous Android », a expliqué le directeur du numérique chez Google, Jamie Rosenberg, sur le blog de la société.

« Google Play est entièrement basé sur l’informatique externalisée (cloud-based), de telle sorte que toute la musique, les films, les livres et les applications (achetés par un internaute) sont stockés en ligne, toujours accessibles, sans qu’on ait jamais besoin de s’inquiéter qu’on puisse les perdre ou qu’on doive les transférer », a ajouté M. Rosenberg.

Ce nouvel ensemble est créé pour devenir la plus grande librairie et la plus grande source de contenu au monde. Pour l’occasion, un choix d’applications est proposé en promotion à 0,49 €.

Enfin, pour moi il est évident que le choix de la date par Google n’est pas inopportun. Rappelons-nous que dans moins de  vingt-quatre heures, l’ennemie numéro 1, à savoir Apple, devrait annoncer officiellement la sortie de l’iPad 3 ou iPad HD.

Mise à jour du Samsung Galaxy S2 vers ICS

Samsung Israël vient de l’annoncer officiellement : Le Smartphone Samsung Galaxy S2 sera mis à jour vers Android Ice Cream Sandwich ICS le 15 mars. Je pense que tous les heureux possesseurs, dont je fais partie, attendent avec impatience cette date. Même si je sais que ce ne devrait pas changer grand-chose dans mon utilisation quotidienne, les Geeks aiment à se dire en possession du meilleur objet avec le meilleur système d’exploitation embarqué.

Les nouveautés les plus importantes qui arrivent avec cette mise à jour sont :

Interface graphique

Ice Cream Sandwich a été bâti autour de la suppression des éléments de l’interface graphique qui n’étaient pas nécessaires et de l’intégration de nouvelles animations (et d’une interface retravaillée). Le premier élément marquant est la possibilité d’intégrer des boutons virtuels Android (Retour, Accueil et Multitâche) directement sur l’interface. Bien évidemment le Galaxy S2 qui possède des touches tactiles conserve ses propriétés. En fonction de l’orientation du téléphone, les touches virtuelles utiliseront l’endroit le plus adapté. Contrairement à Honeycomb, s’il n’est pas nécessaire d’avoir ces boutons (dans un jeu, sur une vidéo…), ils pourront être masqués temporairement.

Écran de déverrouillage

L’écran de déverrouillage est une amélioration de celui de Honeycomb. Alors qu’il ne pouvait jusqu’à présent déverrouiller que le terminal, il peut également servir à lancer l’application Appareil Photo.

Launcher

Passons maintenant au bureau (ou launcher), qui devient beaucoup plus attractif et ne donnera certainement plus l’envie de se tourner vers des applications alternatives (Go Launcher, QQLauncher, Launcher Pro…). Son fonctionnement est le même : défilement des bureaux, en déplaçant son doigt de droite à gauche et inversement. On peut y ajouter des widgets et des raccourcis vers les applications. Sur le bas de l’écran, on retrouve jusqu’à quatre applications, que l’on personnalise par un simple drag’n’drop.

Widgets

Les widgets reprennent les fonctionnalités introduites sur les différentes versions de Honeycomb. Il y a donc l’arrivée des widgets en forme de pile, la possibilité de redimensionner la taille et de défiler le contenu (scrollable). Pour ajouter de nouveaux widgets à l’écran, il faut maintenant aller dans l’onglet dédié affiché à côté de la liste des applications. La présentation de ne se limite plus à une simple ListView, car un aperçu statique de chacun est affiché à l’écran.

Dossiers

Les nouveautés introduites jusqu’à présent étaient principalement des évolutions. Il va maintenant être possible de regrouper plusieurs applications ou contacts au sein d’une même entité : un dossier. Son fonctionnement est assez simple : un glissé-déposé (drag’n’drop) du contenu souhaité. Nous avons à maintes reprises souligné quand des concurrents d’Android viennent s’inspirer de ce système d’exploitation. Nous reconnaissons cette fois qu’il s’agit de la même implémentation que celle d’iOS (espérons que cela ne génère pas un procès pour une fonction si minime).

Multitâche

Android conserve ses propriétés de système d’exploitation multitâche. L’accès à cette fonction est simplifié avec le nouveau bouton virtuel. L’apparence reprend celle de Honeycomb, à savoir une liste déroulante contenant les différentes applications et pour chacune un aperçu. Un « task killer »(tuer une application) est intégré directement depuis cet écran, un peu comme le fait webOS.

Captures d’écran

Ice Cream Sandwich pourra enfin réaliser des captures d’écran de manière native. Une fonctionnalité qui était déjà présente sur certains terminaux, mais qui n’était pas officielle.

La capture est sauvegardée dans la Galerie et pourra facilement être partagée (sur les réseaux sociaux notamment).

Notifications

L’écran des notifications subit un léger lifting et reprend l’affichage des photos des contacts, lorsqu’un mail, sms… est reçu. Tout comme sur CyanogenMod, il est possible de supprimer une notification à la fois, elle la glissant vers la droite ou la gauche.

Depuis l’écran de déverrouillage, il est possible d’afficher cet élément. Cela fera donc gagner du temps, même s’il faudra la déplier depuis le haut de l’écran.

Clavier

Au niveau de l’apparence, le clavier évolue peu depuis Gingerbread. Il délaisse les tons orange, pour passer sur du bleu ciel, les nouvelles couleurs d’Ice Cream Sandwich. Le correcteur orthographique est largement amélioré et fait penser à ce que l’on trouve sur une suite bureautique. En cliquant sur un mot, on a alors différentes propositions, dont la possibilité d’ajouter au dictionnaire :

La reconnaissance vocale est améliorée (mais ne reprend pas l’aspect animal virtuel de Siri introduit sur l’Apple iPhone 4S) et se veut maintenant instantanée. Jusqu’à présent, il fallait entièrement dire son texte et on ne voyait qu’ensuite le résultat sur l’écran. La composition de messages sera donc facilitée, mais la démonstration a été un peu laborieuse, car certains mots n’étaient pas les bons. En revanche, aucun problème pour l’intégration des formes de ponctuation ou des frimousses (smileys).

Déverrouillage de l’écran par reconnaissance faciale

Android propose une grande variété d’outils pour déverrouiller le téléphone : slider, formes à tracer (schéma), code PIN ou mot de passe. Il est maintenant agrémenté de la reconnaissance faciale. Il suffit de montrer sa tête à sa téléphone, via la caméra frontale, pour accéder au bureau. La démonstration en direct a bien fonctionné pour la mauvaise personne… mais malheureusement pas pour la bonne ! Il faudra donc tester cette fonctionnalité avant de déterminer s’il s’agit ou non d’un simple gadget.

Navigateur

Contrairement à ce qui avait fuité (mais dont nous doutions de la véracité), Chrome n’est pas intégré dans Ice Cream Sandwich. Le navigateur est en revanche beaucoup plus performant, car les mesures sur SunSpider sont sans appel : 4069 ms sur le Nexus S, contre 6223 ms sur le même téléphone sous Gingerbread (le résultat le plus faible est le meilleur) ! Sur V8 (v6), même constat : 211 sous Gingerbread, face aux 680 sous Ice Cream Sandwich.

Tout comme sur Honeycomb, il est possible de synchroniser les favoris entre Google Chrome et la version pour Android. Si le contenu est intéressant, mais peu adapté à un smartphone, il s’agit d’une excellente initiative. Plus généralement, les favoris pourront donc être synchronisés entre les différents terminaux : tablettes, smartphones… un atout de plus !

Si vous prenez régulièrement le train, vous savez certainement que la connexion Internet n’est pas toujours très stable. Qu’à cela ne tienne, car juste avant votre départ, vous pourrez sauvegarder le contenu d’une page pour le lire plus tard. Très pratique !

Les sites en version mobile ne disposent pas toujours des mêmes fonctionnalités que celle pour les ordinateurs classiques. Il était jusqu’à présent possible de modifier l’User Agent (UA) du navigateur, mais pour les néophytes, une telle fonctionnalité était inaccessible. Désormais, cela sera directement affiché dans les options.

Les onglets ont une présentation différente, car pour chacun un aperçu est livré sur une page dédiée :

GMail

GMail est amélioré, avec une interface repensée et la nouvelle police Roboto. Sur le haut, l’Action Bar permet de changer de compte Google, faire une recherche, accéder aux labels et bien évidemment composer un nouveau message. Sur le reste de l’écran, les mails affichent désormais les deux premières lignes du message.

Plusieurs adresses peuvent être enregistrées pour un même contact. Lors de l’écriture du message, il faut donc choisir le nom de la personne. Le mail par défaut est automatiquement sélectionné. Mais si ce n’est pas le bon, un clic sur le nom de la personne affichera une popup contenant les autres adresses intégrées au carnet.

La recherche peut être faite hors ligne, sur les mails stockés sur le téléphone.

Calendrier, YouTube, Maps

Pour le Calendrier, les possesseurs de tablettes sous Honeycomb seront déçus, car peu de nouveauté de ce côté-là. En revanche, pour les personnes disposant uniquement d’un smartphone, il y a une nouvelle interface, ainsi que la possibilité de faire du pinch-to-zoom.

Très brièvement, il a été indiqué que YouTube et Maps avaient une interface rafraîchie.

Consommation de données

Les forfaits data sont limités sur la bande passante : ils font par la suite l’objet d’une réduction du débit ou de l’arrêt jusqu’à la prochaine facture. Sur l’Android Market, il existe de très nombreuses applications permettant de connaître sa consommation à tout moment. L’intérêt est de mieux maîtriser son quota alloué.

Sur Ice Cream Sandwich, la fonction est intégrée, mais contient également des surprises ! Pour y accéder, il faut se rendre dans les paramètres. Un graphique avec la consommation passée est affiché et une prédiction suit.

Il est possible de définir une période particulière, à l’aide de deux délimiteurs. On sait alors quelles applications ont le plus consommé durant cette période. Une limite peut être fixée pour empêcher la connexion 3G.

Si le graphique montre une consommation très élevée d’une application, il sera possible de supprimer son accès à Internet mobile en tâche de fond : seul le WiFi sera utilisé.

Appareil Photo (Caméra)

La nouvelle application Appareil Photo connaît également un lifting.

Le réglage du zoom se fait par un slider, tout comme l’exposition. Pour le partage des photos, il n’y a plus la classique Popup, mais l’affichage d’icônes sur l’écran. Le focus (sélection d’un endroit précis) se fait grâce au tactile. Le zoom est stabilisé durant les vidéos : cela a peu d’intérêt dans la mesure où il ne s’agit pas d’un zoom optique.

Pendant la prise d’une vidéo, il est tout de même possible de prendre des photos. Un simple clic sur l’écran et la voilà enregistrée !

Des panoramas peuvent être pris : il suffit de déplacer le téléphone dans la direction indiquée. Google n’a donc pas repris le principe de Microsoft, dans Windows Phone 7, qui consiste à prendre plusieurs photos séparément et à les assembler ensuite.

Pendant la prise d’une photo ou vidéo (et même dans un chat sur Google Talk), vous allez pouvoir y ajouter des effets pour changer le fond (qui peut être personnalisé), ou modifier la tête de quelqu’un. Un bel outil pour s’amuser 30 secondes…

Du TimeLapse est aussi au rendez-vous. La vidéo montrée est tout simplement bluffante.

Éditeur de photos

Une fois la photo prise, il est possible de la modifier : redimensionnement, yeux rouges, rotation, exposition, couleurs… Des effets à la Instagram sont aussi disponibles.

Galerie

La galerie affiche maintenant une interface en forme de journal (plus concrètement : une grille). L’éditeur photo présenté juste au-dessus est accessible depuis cette application.

People

Les gens sont au centre d’Ice Cream Sandwich – cela reste tout de même un système d’exploitation pour téléphones. L’application People (probablement traduite en Personnes) est totalement nouvelle, avec une très belle interface. Google démontre ici qu’Android peut être synonyme d’interfaces travaillées et visuellement réussies.

L’application affiche tous les contacts du téléphone, mais va s’intégrer à tous les réseaux sociaux et services de Google. On va donc avoir accès aux statuts, photo… Linkefin, Google+, Facebook, Twitter sont au rendez-vous. Windows Phone 7 avait introduit cette fonctionnalité et Android la complète avec plus de réseaux.

Les différents écrans sont accessibles par un glissé de droite à gauche.

Téléphone

Lorsqu’une personne appelle, il est possible de faire les habituels décrocher / ne pas répondre. Google a ajouté la possibilité d’envoyer un SMS avec un message prédéfini ou personnalisé. Utile… mais la présentation n’a pas fonctionné. Espérons que le temps restant à Google permette de corriger ce détail, qui n’était peut-être que le fameux effet démo.

On retrouve toujours les onglets sur le haut, mais il est possible de faire un glissement de doigt de droite à gauche. Cela semble donc être le nouveau moyen d’interaction sur Ice Cream Sandwich.

Parmi les nouveautés, on note l’intégration de la messagerie visuelle. Il est possible de faire lecture/pause et d’accélérer ou réduire le rythme de lecture.

Android Beam

Le NFC reste le crédo de Google. Grâce à Android Beam, il va être possible de partager du contenu entre deux smartphones Android.

Outre les classiques photo, vidéos YouTube, cartes Google Maps… des applications pourront être envoyées. Plus précisément, un lien vers l’Android Market. Pratique pour faire découvrir de nouvelles applications.

Le premier téléphone sous Ice Cream Sandwich sera le Galaxy Nexus. Le SDK (niveau d’API 14) est déjà disponible sur le site des développeurs Android.

Toutes les captures d’écran proviennent du Samsung Galaxy Nexus.

Sources : http://www.frandroid.com (Article original publié sur leur site et repris ici)

Et si mon Samsung Galaxy S2 était le meilleur smartphone de 2011…

Samsung Galaxy S2

Eh oui, 2012 est déjà bien entamé, mais ce n’est pas pour cela que l’on ne peut plus parler de 2011. Et si je vous en parle, c’est simplement parce qu’il vient d’être décidé que mon téléphone était le meilleur de l’année dernière.

Lors de la cérémonie de Global Mobile Awards qui se déroulait en parallèle du MWC (Mobile World Congress) de Barcelone, il a été décidé par les 850 opérateurs et les 200 constructeurs présents que parmi toutes les nouveautés de 2011, Samsung avait créé le meilleur smartphone. Et comme c’est celui que je possède, je peux vous en parler et m’en vanter. Pour rappel, en 2010, c’était l’iPhone 4 qui avait eu ce glorieux trophée.

Certes, cela ne va pas changer a vie. Mais j’avoue que depuis quelques jours je suis impatient. Samsung devrait mettre à jour Android en version 4.0.3 sur le Samsung Galaxy S2. C’est la dernière version Ice Cream Sandwich qui devrait apporter pas mal de nouveautés. Certaines rumeurs l’annonçaient pour le 1er Mars, mais ce ne fut pas le cas. Ce qui est sûr, c’est qu’elle va arriver dans les prochains jours ou semaines, car Samsung s’est engagée à ce que la mise à jour arrive avant la fin du premier trimestre 2012. Celle-ci pourra se faire via Kies ou en OTA (Over The Air).

Mes chers amis coréens et même plus précisément Séoulites, on accélère la manœuvre s’il vous plait. Sinon je reviens vous voir. 🙂

Montpellier : J – 15

Parce qu’il fallait bien reprendre un opérateur de téléphonie mobile, nous nous sommes aujourd’hui inscrits. Et je vous laisse deviner chez qui nous aurions bien pu nous rendre….. Roulement de tambours !!! Free Mobile. Bah oui. Nous serions bien retournés chez Bouygues Télécom, notre opérateur précédent, mais à quoi bon payer un peu plus cher (Freebox oblige) pour un même service. Et puis l’itinérance avec Orange nous garantit un bon réseau donc, inutile de trop réfléchir. Et puis si besoin est, nous pourrons partir rapidement car pas d’engagement. Il ne reste plus qu’à recevoir la carte SIM.

On en a profité également pour établir notre contrat EDF pour l’électricité. Le premier qui me marque en commentaire (Bah oui EDF c’est forcément électricité), je lui laisse le soin de vérifier. 🙂 Ce qui est bien dommage c’est l’absence du gaz dans la résidence. On devra passer par une bouteille pour la gazinière.


J’avoue que la vraie raison pour laquelle on s’est inscrit ce jour, c’est que notre prochaine facture ne sera établie que dans 4 ans, date de la prochaine année bissextile. Ça en fait des économies 🙂

Android s’envole…

Google vient d’annoncer lors du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, le nombre d’appareils actuellement en circulation avec leur OS Android à bord. Et le chiffre est pour le moins impressionnant ! Actuellement, ce ne serait pas moins de 300 000 000 d’objets divers et variés faisant tourner ce Système d’exploitation. Ce peut être des téléphones mobiles ou des tablettes mais également tout objet qui embarque l’OS (montres, Google TV, etc.). Et Google enfonce le clou en ajoutant qu’aujourd’hui, une moyenne de 850 000 activations est enregistrée chaque jour. Il convient de rappeler que ce chiffre ne prend en compte que la première activation de l’appareil en question. Toute réinstallation, upgrade ou autre, n’est pas inclus.

Rappelons-nous les dernières annonces à ce propos :

  • Août 2010 : 200 000 activations par jour
  • Juin 2011 : 500 000 activations par jour
  • Juillet 2011 : 550 00 activations par jour (130 millions d’appareils, 6 milliard de téléchargements à ce jour)
  • Octobre 2011 : 576 900 activations par jour, de Mai à Octobre (190 millions d’appareils à ce jour)
  • Décembre 2011 : 700 000 activations par jour
  • Février 2012 : 850 000 activations par jour

Je me suis amusé à établir un graphique en calculant les « trous » des données.

La courbe rouge représente le nombre total d’appareils dont l’échelle est à droite. Si ce n’est pas une croissance exponentielle, je ne sais pas ce que ce peut être d’autre. En bleu, c’est la courbe symbolisant le nombre d’activation par jour avec l’échelle à gauche… Il est évident que la période de noël a boosté les ventes. La barre symbolique des 1 millions par jour n’est plus très loin.

Montpellier : J – 39

Je vais vous emmener à travers notre itinéraire sur les préparatifs du déménagement. Les premières questions qui arrivent sont à propos des prestataires avec lesquels nous traiterons dans notre nouvel appartement. Les énergies, la téléphonie mobile et l’internet sont évidemment les premiers que nous cherchons.

Après une petite recherche sur le site « Le médiateur national de l’énergie« , il s’avère que finalement, il y a très peu de bonne concurrence sur ce marché. Pour vous dire, EDF reste souvent en tête des fournisseurs les moins chers. Hors, si je compare avec la Belgique, ici, l’énergie est ultra-concurrentielle. Il y a une forte activité des petits opérateurs en faisant du porte-à-porte et des campagnes publicitaires. Je pense que le Tarif réglementé est en bonne partie responsable de ce faible chamboulement du marché suite à sa libéralisation.

Ensuite, en ce qui concerne Internet, je suis déjà déçu car je me faisais une joie d’arriver à Montpellier pour sa fibre optique. Elle est l’une des villes de France les plus avancée au niveau de son déploiement. Malheureusement pour moi, là où je vais ce n’est pas le cas, et le central téléphonique étant très loin, le débit sera catastrophique…. Nous voulions prendre Numericable, comme en Belgique mais ce ne sera pas possible. Alors, nous allons probablement nous diriger vers Free.

Enfin, pour la Téléphonie Mobile, l’offre de Free Mobile est très alléchante, mais sa méconnaissance technique nous fait peur. Nous allons probablement retourner chez Bouygues Telecom.