Atypik s’envolera vers mars pour accroître son audience !

La planète Terre me semblant un peu trop petite à mon goût, et ses habitants n’ayant plus aucun secret pour moi, et surtout plus aucun intérêt, j’ai décidé de m’attaquer à la planète Mars, et dans un futur proche, le reste du système solaire. Il faut être visionnaire et précurseur !

Ainsi, le 18 novembre prochain, je m’envolerai vers Mars avec la sonde MAVEN. Elle sera chargée d’étudier la planète rouge, mais pas seulement. Un DVD-ROM sera également du voyage, comportant les noms des différentes merveilles de ce monde, dont le nom de blog. Eh oui, ma notoriété n’est plus à prouver.

Sonde MAVEN Mars

 

J’ai même écrit un petit texte que vous pouvez lire ici : http://lasp.colorado.edu/maven/goingtomars/entry/?21561

Je vous invite d’ailleurs à cliquer sur les 5 étoiles pour me permettre de gagner ce concours…

Je suis gentil, je vous donne tout de même le lien pour vous inscrire également : http://lasp.colorado.edu/maven/goingtomars/send-your-name/

 

Exclusif : il y a de l’eau sur Mars.

Comme vous en avez probablement entendu parler depuis plusieurs semaines, la NASA a envoyé sur la planète Mars, la soeur presque jumelle de la Terre, un petit robot nommé « Curiosity ». Ce petit hexapode, de la taille d’une voiture, fut envoyé dans le but de découvrir s’il y eut une forme de vie sur la planète rouge, avant qu’elle ne se transforma en un désert géant. Et qui dit vie, dit eau. Jusqu’à aujourd’hui, on savait que l’eau sous forme solide était présente sous quelques centimètres de poussière, mais ce que je vais vous révéler en avant-première, avant même la confirmation de la NASA, c’est que j’ai la preuve qu’il y a de l’eau liquide sur Mars. Je vous laisse admirer ce cliché :

Photo prouvant qu’il y a de l’eau sous forme liquide sur Mars.

Eh oui, un petit Blog peut être le premier à annoncer une découverte qui va changer le Monde.

Reportage photographique : Japon – 11 mars 2011 – Tremblement de terre, tsunami et accident nucléaire.

Déjà un an que nous vivions un tremblement de terre en direct sur les chaines d’informations continues, suivi d’un tsunami dévastateur. 9.0 sur l’échelle de Richter, ce mouvement tectonique fut le plus important jamais ressenti sur l’archipel nippon. Pour se rendre compte de l’ampleur de celui-ci, il faut savoir qu’après les premières mesures effectuées par plus de 300 stations GPS, l’île d’Honshu s’est déplacée de 4 mètres vers l’Est. Sur la zone de subduction où la plaque Pacifique glisse sous la plaque Eurasie –plus précisément sous la microplaque d’Okhotsk- c’est une portion de 500 km qui s’est fracturée. La plaque Pacifique aurait glissé de 10 mètres sous l’autre plaque. Autre conséquence du séisme, l’axe de rotation de la Terre aurait été déplacé de dix centimètres, selon des résultats préliminaires de l’Institut national italien de géophysique et de vulcanologie (INGV). Ceci ne reste qu’une hypothèse étant donné qu’il n’existe pas de moyen de le mesurer actuellement et que l’axe d’inertie évolue au court du temps. Je vous laisser d’ailleurs lire cet article du monde qui explique très bien le phénomène et qui parle également du tremblement de terre.

Il n’en reste pas moins que tout ceci fut dévastateur, et qu’il vaut mieux laisser place à des images qui seront plus parlantes que de beaux discours.

Et si 1 Jour, ne durait pas 1 Jour…

Ce matin en me levant, l’une des informations qui a retenu mon attention était celle que les maîtres du temps de l »Union internationale des télécommunications (UIT) à Genève, n’ont pas réussi à se mettre d’accord et repoussent leur choix final à 2015.

Cette vénérable institution, créée en 1865 et associée aux Nations unies, fixe les règles d’attribution des fréquences radio ou des orbites des satellites. Elle s’est aussi chargée d’arbitrer une étrange valse à deux temps : décider de la durée d’un jour. Plus précisément, elle devait choisir entre deux définitions, le Temps universel (UT1) ou le Temps universel coordonné (UTC). Le premier est assez naturel, car il repose sur la course du soleil dans le ciel, c’est-à-dire sur la rotation de la Terre sur elle-même en une journée. Le temps UTC est, lui, un peu moins poétique : un jour vaut 86 400 secondes. Et une seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental 6S½ de l’atome de césium 133. Voilà qui est nettement plus clair. Bref ! Là n’est pas le sujet qui m’inporte.

Pourquoi l’UIT se réunissait hier ? Pour la simple et bonne raison que notre étalon pour le temps a un problème. Si l’on prend l’UT1, qui est la durée exacte d’une journée solaire, il y a un petit problème avec nos appareils électroniques. En effet, notre bonne vieille Terre n’étant pas parfaite, elle peut, de temps en temps tourner plus ou moins vite. (Tremblement de Terre, marées, vents atmosphériques et des effets mal compris au sein du noyau terrestre). Ceci a pour fâcheuses conséquences de décaler nos pendules. Ainsi, il a été créé UTC (Temps Universel Coordonné) à qui on retranche ou ajoute 1 seconde de temps en temps pour qu’une journée solaire fasse bel et bien 24 heures. Je vous donne un exemple très simple : si nous ne faisions pas ces ajouts ou retraits de seconde à l’heure UTC, nos ordinateurs, montres, etc…, en l’an de grâce 2700, auraient un décalage de 30 minutes avec l’heure solaire. Il avait donc été décidé que régulièrement, et sous contrôle astronomique, nous rajoutassions ou retranchassions 1 seconde à UTC. Le prochain ajout étant prévu le 30 juin de cette année. D’ailleurs, quand ceci est fait (toujours à cette date ou le 31 décembre), il n’y a jamais de lancement de fusée pour éviter tout plantage.

75 % des professionnels (astronomes, ingénieurs en télécoms, géophysiciens…) ainsi que le Royaume-Uni et la Chine seraient contre le changement, selon un sondage du Service international de rotation de la Terre et des systèmes de référence qui contrôle la différence entre UT1 et UTC et qui a interrogé 438 utilisateurs de ses services à l’été 2011. Au contraire, les opposants, dont la France, les Etats-Unis et l’Allemagne, ont rétorqué que la procédure conduisait à un temps « discontinu », fâcheux pour les processeurs des ordinateurs. Lors d’une intercalation précédente en 2008-2009, des synchronisations se seraient mal passées. Ils notent aussi que les temps ont changé.

Sans UTC, nous aurions une heure qui ne tiendrait plus compte du jour et de la nuit. Et vous, pour quoi êtes-vous ?

Source : Le Monde

L’encre de Harry Potter

Plus que quelques jours avant la sortie en version française du dernier opus de Harry Potter (Harry Potter et les reliques de la mort). Mais ce n’est pas de cela dont je vais parler.

En effet, une petite société canadienne, Opalux, vient de créer une nouvelle encre qui change de couleur en fonction de la tension électrique qui est fournie.

Baptisée P-Ink, cette encre est basée sur l’utilisation de cristaux photoniques réfléchissants, dont les propriétés de réfraction de la lumière varient en fonction du courant électrique qui les traverse.

Opalux (de l’opale, l’un des seuls cristaux photoniques naturels) affirme que son système permet de couvrir l’essentiel du spectre visible par l’œil humain. Celui-ci ne requerrait en outre qu’une faible quantité d’énergie dès lors que l’image affichée est statique. Les cristaux photoniques synthétiques employés seraient à même d’être utilisés sur des supports souples. En outre, le changement d’affichage pourrait se faire en moins d’une seconde : un temps de latence insuffisant pour envisager la lecture de vidéos, mais satisfaisant pour la lecture de documents texte enrichis d’images telles que les pages d’un magazine.

p-inkTechImage

Dans un premier temps, la technologie mise au point par Opalux devrait être réservée aux panneaux d’affichage et autres supports de grande surface, mais la firme indique qu’elle sera bientôt en mesure de la décliner vers de plus petits formats, comme celui qu’adopte un livre électronique.

Alors pour les fans d’Harry Potter, cela pourrait être le début d’une technologie qui pourrait représenter les photos animées des cadres de photos, des journaux ou des affiches.

PS : Pour ceux qui ne veulent pas attendre la sortie du livre, je vais vous dévoiler la fin que j’ai lue en anglais.

Harry Potter s’allie finalement avec Lord Voldemort ce qui leur permet de vivre tous les deux. Hermione et Ron ne supportant pas ce revirement essaient en vain de tuer leur ex-ami qui finira par les tuer tous les deux.

Vous croyez réellement que je vous aurais raconté la véritable fin ? Pfff. Courez acheter le livre et je vous promets des nuits bien courtes tellement le livre va à 200 km/h.

Printemps Indien ?

Certes je préfèrerais en profiter différemment mais ce n’est pas grave. 23°C cette après midi à Paris on ne voit pas cela tous les jours, surtout un 11 avril. Et à priori ce n’est pas terminé. Même si demain le soleil devrait se cacher un peu, la fin de week-end devrait être à l’identique des jours précédents.

Certains accusent le réchauffement climatique, ce qui est probablement vrai mais une étude vient de démontrer que notre cousine Mars, subit exactement le même sort actuellement. Son atmosphère se réchauffe petit à petit et ses calottes glacières fondent de mois en mois. Là on ne peut pas accuser l’homme car nous n’y vivons pas et les scientifiques pointent du doigt le soleil. Ainsi, même si nous contribuons chaque jour à la dégradation de notre milieu de vie, il ne faut pas oublier que notre planète suit différents cycles : glaciation et réchauffement. Nous ne sommes peut être pas aussi responsable que cela sur notre sort planétaire.