Une semaine de pommes !

Première semaine sous les feux de la rampe ! Ou plutôt sous le feu des clients. Eh bien le client Apple, est pour sa majorité, aussi sympathique que peut l’être la société Apple : jeune, cool, geek, fan, à fond pour Apple et près à attendre un iPhone 5S plusieurs semaines. Il y aura toujours l’exception qui confirme la règle, mais dont mon discours aura changé son état d’esprit que ce monsieur se sera excusé par email peu de temps après son appel.

Je vous le dis, bosser pour la pomme, c’est cool, et en plus on ne compte pas pour des prunes !

Oui ! Bon ! Il fallait la faire !

Vive Apple !

Je pourrais vous parler de l’iPhone 5s, de l’iPhone 5c ou encore de iOS 7 et de toutes les mises à jour de différents produits qu’Apple déploie en ce moment,  mais ce serait un peu redondant avec tous les sites spécialisés. Et puis de toute façon, vous connaissez mon avis sur ces produits… J’ai toujours soutenu Microsoft, Google ou Samsung, ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer. La seule chose que j’ai cependant toujours admise et reconnue pour la firme à la pomme, c’est son service clientèle, et son niveau d’exigence dans la gestion et le suivi de ses produits. À ce niveau, je pense que la plupart des entreprises devraient prendre exemple. Il est tout bonnement impossible de reprocher quoique ce soit à Apple.

Et bien vous savez quoi ? D’ici une semaine, si vous contactez le service après-vente d’Apple Store France, Belgique, Luxembourg ou Suisse, vous aurez peut-être l’occasion de tomber sur moi. Eh oui ! Je passe à l’ennemi. Bon, j’avoue, il y a pire.

Cela fait déjà deux semaines que je suis en formation et tout se passe très bien. Je suis ravi d’avoir repris le boulot. Eh puis bosser au soleil est plus qu’agréable.

Des cartons, des cartons et encore des cartons…

Hier, je me suis levé à 8 heures pour réceptionner mes meubles et cartons. Deux déménageurs étaient là, et à nous trois cela nous a pris jusqu’à 20 h 30 pour tout décharger et entasser dans le nouvel appartement. Eux les mettaient sur le lift, et moi je réceptionnais et dispatchais ça dans l’appartement. Je peux vous dire que j’ai trouvé la journée longue. Ensuite, ils devaient remonter les meubles désassemblés à Bruxelles, mais, comme leurs collègues étaient intelligents, au lieu de mettre les pièces détachées dans un carton à part, ils ont tout mélangé avec le reste, rendant impossible le remontage de beaucoup de meubles. Il aurait fallu ouvrir chaque carton pour retrouver les pièces. Résultat : Un lit bancal et une méridienne sans pieds. Aujourd’hui, j’ai donc commencé à déballer tous les cartons, puis à trier et enfin ranger… J’en peux plus !!!!! Et demain matin, à 9 heures je commence mon nouveau boulot chez Décathlon ! Il est temps d’aller dormir.

Bienvenue dans le monde de la communication.

2iAD

En créant ma boite, je savais que l’un des postes de coût le plus important serait la communication. Aujourd’hui, j’ai eu rendez-vous avec un VRP des Pages Jaunes pour pouvoir apparaitre sur l’annuaire papier et sur l’annuaire internet : pagesjaunes.fr

Je m’attendais à des coûts relativement importants, mais je ne pensais pas que cela serait aussi élevé. Ainsi, pour apparaitre dans tous les arrondissements de Paris sur l’annuaire numérique, avoir un lien puis apparaitre sur les 3 éditions papier (Sud, est et ouest) il faut compter la modique somme de 4 500 € HT par an !!!

Alors, je vous avoue, j’ai restreins au strict minimum à savoir : apparaitre dans le 14e arrondissement de Paris sur Internet et dans les éditions papier du Sud et de l’Ouest. Cela me revient tout de même à 1 250 € HT.

J’espère que le retour sur investissement sera à la hauteur des espoirs engagés.

Mieux vaut tard que jamais

Comme je le vous disais le 12 septembre, la Direction du Travail m’avait donné un avis favorable pour mon agrément. Il ne manquait donc plus d’avoir par écrit ce qui m’avait été dit à l’oral.

Et en ce 27 octobre 2007, soit 45 jours plus tard, j’obtiens enfin ce fameux papier (arrêté préfectoral) qui m’autorise définitivement à travailler dans le cadre des services d’aide à la personne. Si ça, ce n’est pas une preuve tangible de la rapidité de l’administration française, je ne sais pas ce que c’est.

Pourquoi autant de temps ? Et bien tout d’abord le Greffe du tribunal de commerce de Paris a mis 23 jours pour traiter ma demande de début d’activité de mon entreprise. (Délai habituel 7 jours). Ensuite, j’ai déposé à la Direction du travail l’extrait Kbis justifiant de cette activité le 5 octobre et l’on m’a dit que d’ici 15 jours grand maximum, je recevrai le document final. Sauf que je l’ai reçu en plus de 22 jours !!!

Petite précision : l’arrêté préfectoral date du 16 octobre et le courrier qui m’est adressé date également du 16. Que s’est-il passé pendant ces 11 jours ? Mystère…

Bon, je vais arrêter de taper sur l’administration française sinon on va encore m’accuser de « droitisme » primaire, ce qui est LOIN d’être mon cas ;). Cela se saurait… ;)

Vive les Fonctionnaires !!! Vous faites un travail remarquable et remarqué !!! Continuez ainsi… Je vous aime :D

Aside

Certes, il y a peu de billets en ce moment sur le blog, mais il y a beaucoup de commentaires. Arrivera-t-on à 100 sur le billet de la grève ? Je le pense. Ça fait réagir et c’est le but.

Sinon et bien, ma petite entreprise démarre doucement, mais surement. C’est rassurant. Encore bien évidemment pleins de choses à faire et c’est pour cette raison que je suis un peu plus discret ces derniers jours.

En parallèle mon homme est en train de monter son cabinet d’ostéopathie et je l’ai un peu aidé aujourd’hui (pour la première fois) à faire ses travaux. Ponçage des murs et préparations de la pièce pour faire de la peinture. Il fallait tout protéger.

Demain, direction : « Le salon des Micro-Entreprises » au Palais des Congrès. Je ne sais pas trop ce que je vais y trouver, mais je me dis que je vais peut être avoir des idées.

Et sinon je ne vous ai pas du tout parlé de Rugby, mais je suis bien évidemment la coupe du monde avec beaucoup de plaisir.

Enfin, je n’ai pas trop le temps d’aller faire un tour sur les autres blogs de la blogroll. Rassurez-vous je ne vous ai pas oublié.

Diplômé d’Ostépathie

Mon homme, qui avait fini ses études d’ostéopathie l’année dernière, devait rendre un mémoire pour valider son diplôme. Il avait rendu celui-ci juste avant l’été et avait appris qu’il était accepté au milieu du mois de juillet. Il ne lui restait plus que la soutenance à faire aujourd’hui.

Comme à son habitude il était plus que stressé avant de passer le grand oral qui se déroule normalement ainsi : 15 à 20 minutes où il parle seul de son mémoire et ensuite environ 30 minutes de questions du jury où il doit répondre.

Suite à sa demande insistante, je l’ai accompagné et j’ai pu assister à son grand examen. Après sa présentation d’un quart heure j’étais un peu sceptique, car il était très stressé sauf quand il ne lisait plus ses fiches. En voyant le jury, j’avais de plus en plus peur, car j’avais l’impression qu’il n’arrivait pas à les emmener avec lui. Puis vint le temps des questions et là j’avoue que j’ai été immédiatement soulagé. Quasiment aucune question (3, je crois) et un avis unanime du jury qui félicitait le travail et l’étude effectuée. Après 5 minutes de questions et de félicitations, ils le laissaient partir.

La directrice de l’école est ensuite allée voir les jurés pour leur faire signer le diplôme et a précisé à son retour qu’il recevrait par courrier le détail et qu’il avait une mention honorable.

C’est donc désormais officiel, mon homme est Ostéopathe D.O. après 6 années d’études.

Je fais une précision : aujourd’hui un grand débat est en cours dans la profession, car suite à un décret de loi du début de l’année (si je ne me trompe pas), ne sont désormais reconnues en France que les trois premières années d’études et qu’une partie des spécialités dans l’ostéopathie. Ainsi, aujourd’hui, en ne faisant que 3 ans d’études on peut être ostéopathe, mais on n’a pas le droit de faire la partie non vue (ce qui est logique). Sauf que, les ostéopathes qui ont fait 6 ans n’ont pas le droit de pratiquer ces spécialités supplémentaires, car non reconnues par l’état. Ils peuvent être poursuivis. La France est le seul pays d’Europe à procéder ainsi et un recours a été lancé auprès de la commission européenne.

Entre temps, des étudiants seront diplômés avec seulement 3 années d’études et quand dans plusieurs années, la position de la France sera contredite par la l’Europe, nous serons obligés de valider tous les diplômes donnés, même ceux en trois ans. C’est déjà ce qu’il s’était passé avec les Kinésithérapeutes. Il y aura ainsi de bons et de mauvais ostéopathes… Vive la France

Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssss !!!!

Comme je vous le faisais savoir il y a plusieurs jours, j’avais envoyé ma demande d’agrément auprès de la DDTEFP de Paris pour mon entreprise. Je n’avais malheureusement aucune nouvelle depuis.

Hier, je me suis décidé à téléphoner pour avoir plus de nouvelles et savoir où en était le dossier. Je suis tombé sur une charmante dame qui m’a informé qu’elle avait bien reçu mon dossier, mais qu’il lui manquait certains éléments, dont ceux justifiants de mon expérience passée. Je lui alors demandé si je pouvais la voir pour lui remettre en mains propres ces dit documents. L’objectif était également de forcer éventuellement un peu le passage s’il y avait des obstacles.

J’avais donc rendez-vous aujourd’hui et en cinq minutes de discussion j’entendais avec bonheur : « Je vous donne un avis favorable. Il suffit que vous m’apportiez un extrait Kbis justifiant que vous mettez en activité votre entreprise et je vous délivre l’agrément. »

Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssss !!!!

Je suis sorti de là, les yeux commençants à se mouiller, tellement j’étais content d’avoir enfin ce sésame. J’ai immédiatement appelé mon homme pour lui annoncer la bonne nouvelle. Il était aussi content que moi.

Je suis allé directement à la Chambre de Commerce de Paris pour mettre en activité mon entreprise, mais malheureusement, n’ayant pas mon chéquier professionnel, je n’ai pu effectuer l’opération qui coute, soit dit en passant, 177 € !!!

Cette charmante dame m’a indiqué qu’il fallait en moyenne 15 jours à la Préfecture pour délivrer l’agrément. Donc, d’ici le 1er Octobre j’aurais tout ce dont j’ai besoin. Mais je peux dès aujourd’hui commencer mon activité.

Je dois donc accélérer sérieusement pour la mise en place de mon site internet 2iad.fr. Si vous avez des personnes dans le besoin autour de vous, donnez-leur mon adresse email suivante contact@2iad.fr

Un an déjà

Logo H&MCela devait être un tournant dans ma carrière. Je me voyais utiliser ce nouvel emploi comme un tremplin pour grandir dans mon évolution et ma capacité à gérer des points de vente et des hommes.

En devenant Floor Manager chez H&M je pensais partir d’un bon pied dans une structure entièrement différente à Celio, qui était très familiale. Multinationale qui a plus de 50 ans d’existence et plusieurs dizaines de milliers d’employés, j’étais persuadé d’apprendre plein de choses.

En arrivant sur le plus ancien magasin français, j’espérais profiter de l’expérience de mes autres collègues dirigeants et apprendre beaucoup d’eux. Ce magasin est considéré comme l’un des meilleurs Français, tant pour sa qualité de travail, son ambiance et les gens qui y travaillent.

Et puis finalement, je me suis rapidement rendu compte que j’avais fait une erreur de répondre à leur appel alors que j’étais directeur de magasin chez leur concurrent. En prenant le poste de Floor Manager, je ne faisais même pas 5 % des taches que je pouvais faire auparavant. Hormis faire des plannings toute la journée ou manager 25 personnes, il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire. L’intérêt de ce poste était très limité pour quelqu’un comme moi qui avait déjà vu un cran au-dessus.

Pourtant, 6 mois après ce 1er septembre, j’étais validé et ma période d’essais se terminait. Puis, 14 jours après, on me remerciait gentiment. La veille de mise à pied, je faisais part à mes amis de mon erreur d’orientation. Le lendemain, j’étais fixé.

Aujourd’hui, le bilan de ces 6 mois est simple : erreur d’orientation et de parcours, qui arrive dans une carrière. Cela me permet finalement de créer mon entreprise et peut être de bosser pour mon compte dans le secteur que j’affectionne particulièrement : l’informatique.

Je ne regrette en rien cette année qui vient de s’écouler et je la considère même comme bénéfique. Elle m’aura permis une introspection et de changer de voie. Il ne reste plus qu’une seule étape à tout cela : l’obtention de l’agrément pour ma boite.