Une semaine avec Coco !

Ah ah ! Il l’attendait avec impatience cette semaine de vacances chez Tonton Hervé et Salim, et d’après ce que j’en sais, il fut bien content de celle-ci ! J’ai récupéré mon neveu le 23 août à Issoudun où il était venu nous aider lors de l’opération « Forêt Vierge ». Nous prîmes la route du Sud vers Montpellier en passant par le magnifique viaduc de Millau puis nous rejoignîmes la capitale catalane pour une semaine de folie ! Quel programme pour ces 7 jours ? Plage, musée, parc d’attractions et vélo ! Au final, ce sera un peu différent, car le climat ne fut pas propice à tout ceci.

Samedi 24 août

Il fait beau et chaud. C’est le temps idéal pour aller tremper ses orteils dans la Mer Méditerranée. Nous partons donc pour la plage de la Barcelonetta en bus (cf. photo ci-dessous). Il est prévu que nous retrouvions un couple d’amis autochtone. Nous nous installons assez facilement et commençons la baignade. L’eau est à 26 °C. Un régal ! Mia et Carlos nous rejoignent alors et une partie de tennis de plage débute. Coco s’en sort à merveille bien qu’il prétendait ne pas savoir y jouer ! Vers 18h30, direction le Chiringuito de Mar Bella pour un verre et une glace bien mérités.

Coco

Balade à vélo avec Salim, Patrice et moi.

Petite promenade à vélo


EveryTrail – Find trail maps for California and beyond

Montpellier : J – 23. Les Belges et les Montpelliérains

Dans maintenant 23 jours, nous arriverons à Montpellier. Mais pourquoi avoir choisi cette destination ? Une Élodie se dira que c’est pour la retrouver car son absence depuis des années est trop insupportable; un Remy voudra croire qu’on ne s’amuse pas s’il n’est pas là (j’avoue que rien que son rire permet de passer une bonne soirée et si j’en rigole c’est que le mien est pire) mais la vraie raison est toute autre.

Avant de rencontrer mon Homme, j’habitais donc sur Paris (Plus belle ville du monde) qui avait un défaut non négligeable : le prix de son immobilier. J’avais donc dans l’idée de m’expatrier de cette magnifique ville pour aller vivre dans le sud. Pourquoi là-bas ? Le soleil, la mentalité, la joie de vivre, un rapport à la nature incomparable comparé au Parc Monceau ou au Parc des Buttes Chaumont et surtout des prix de location nettement plus attractifs que ce que l’on peut avoir dans la capital. J’avais commencé à prospecter au niveau du travail mais, entre temps, un certain 14 février 2009, je rencontrais mon homme à….. Bruxelles :-(. Nettement moins Glamour !

Ce qui fut ironique c’est que finalement je partis vivre…. dans le Nord !!! Et ça c’est le vrai Nord. Pas celui que s’imagine les sudistes en l’imaginant à partir d’Avignon. Oui parce que tout ce qui se trouve au Nord de cette ville est considéré comme « Le Nord ». Certes, d’un point de vue géographique, c’est la vérité par rapport à eux, mais j’ai du mal à imaginer Lyon dans le Nord de la France… Bref, ce n’était pas exactement ce dont je rêvais.

L’amour aidant, je m’accoutumai à cette ville taciturne, de débauche, de bars et discothèques où il y a toujours une backroom, de personnes qui ne peuvent sortir qu’en étant toujours alcoolisées et droguées, carrefour de l’Europe, multiculturelle, où le il faut parler deux langues (Néerlandais et Français) et où l’on peut vivre sans gouvernement pendant 541 jours et mieux traverser une crise mondiale.

Les Belges sont drôles, accueillants, et vérifient à longueur de journée toutes les blagues dont nous français nous délectons. Ils vivent réellement dans ce climat de guerre perpétuelle entre la Flandre et la Wallonie et ces derniers ont un vocabulaire unique. Ici il drache et parfois c’est même une drache nationale; ils ont des fardes; ils font la file; ils aiment les chansons des années septante et nonante; ils ont des bourgmestres; ils nous disent à tantôt; ils confondent savoir et pouvoir; ils ont pas mal de brols; ils mangent des  mitraillettes ou des pistolets, des chicons, des couques, des scampis, des américains préparés, du pain français; leur sucre est impalpable; leurs rideaux, chaussures et autres vêtements ont des floches, d’autres ont des tirettes; ils me disent quoi;  ils vont à la toilette; ils vont à la friture ou baraque à frites; ils ont des essuies; quand ils mangent ça leur goûte; ils soupent mais pas le soir; ici ils ont des GSM; certains sont des navetteurs; ils font la vidange quasiment toute les semaines; rajoutent « une fois » dans beaucoup de phrases; prononcent le « w » dans tous les mots de la même manière que celui dans « Kiwi » et donc pour eux les trains ont des « ouagons », les BMW s’appellent des BMoué; leur capitale se prononce brusselles et non pas bruXelles; « huit » se « ouit », « lui » se dit « loui »…

Oui, comprendre le Wallon n’est pas chose facile de prime abord, mais rapidement on aime ce phrasé, ce vocabulaire, cet accent unique qui fait tout leur charme. On aimera moins le Flamand qui vous dira textuellement que « si tu ne veux pas apprendre le Néerlandais, personne ne te retient dans leur pays et que tu n’as qu’à rentrer chez toi ».

Mais au final, il faut bien avoué que ce n’était pas mon lieu de vie idéal. Et mon homme avait le même souhait que moi : partir vivre dans le sud. Ainsi, très rapidement nous décidions qu’à moyen terme, nous quitterions le Plat Pays, pour rentrer dans notre pays aux paysages uniques, splendides, aux habitants à la mentalité si différente du nord au sud. Montpellier fut choisie pour sa proximité avec la mer, la montagne, l’Espagne; pour le soleil. Elle fut choisie pour son cadre de vie agréable, à la jeunesse des ses habitants, à son dynamisme, à son immobilier abordable. Par contre, il faut bien avouer que niveau travail, ce fut plus compliqué. J’ai commencé à chercher activement un emploi à partir de septembre 2011 et j’ai eu en tout et pour tout, une seule proposition qui fut, heureusement, concluante.

Nous partirons de Bruxelles, heureux, avec de nouveaux amis, certains qui font désormais partis de notre famille (Patrick et Vincent), nous y reviendrons avec plaisir pour faire la fête de temps en temps à la Démence, voir le Premier Ministre Elio Di Rupo en boîte gay tous les dimanches soirs au You et visiter la plus belle place au monde qui n’est autre que la Grand Place, voir le Manneken-Pis, la Jeanneke pis et l’atomium tout en mangeant des Gauffres Bruxelloises, des fricadelles ou du Stoemp.

Amis Belges, encore merci pour votre accueil et sachez que vous serez les bienvenues dans notre humble demeure Montpelliéraine.

 

 

La Démence Cruise 2012 – Marseille, Naples, Taormina, Ibiza, Marseille

Pour la seconde année, La soirée mythique Bruxelloise part en vacances en croisière en Méditerranée. L’année dernière déjà, Mon homme et moi-même avions participé à ce superbe voyage d’une semaine qui nous avait conduit de Malaga (Espagne) à Athènes, tout en passant par Maltes (La Valette), Santorin et Mykonos (Îles Grecques) jusqu’à la cité antique des Dieux de l’Olympe. Voici quelques photos de notre périple qui fut génial. Franchement, nous avons fait ça dans l’esprit de vacances. Le gros avantage est que vous visitez plein de superbes endroits différents, et le soir vous avez le choix de faire la fête ou de vous reposer tranquillement dans votre cabine, dans un restaurant, au cabaret, casino.

 

Comme je suis aussi quelqu’un de gentil, vous avez même le droit à trois vidéos pour vous rendre compte de l’ambiance. Chaque soir à partir de 18h, il y avait un « Tea Dance » sur le pont au tour des piscines. Ensuite avait lieu le repas dans le restaurant et enfin avait lieu la « Main Party » de nouveau au tour des piscines. Chaque soirée et chaque Tea Dance avait un thème différent et même souvent un DJ différent. La Main Party se terminait souvent vers 6 ou 7 Heures du matin et pour les plus courageux un after avait lieu dans la Discothèque du Navire.

 

 

 

 

Cette année, la croisière partira de Marseille le Dimanche 22 Juillet et reviendra dans la même ville le 29 Juillet. Les étapes seront Naples, Taormina et Ibiza. Pour tous les renseignements complémentaires ça se trouve sur le site officiel de La Démence. Il reste encore plein de cabines de disponibles. Je peux vous assurer que ce seront des vacances géniales. Plusieurs choix : Fête, Fête et visites, visites. Ce n’est pas parce que c’est La Démence que ce n’est que pour s’éclater et faire la fête. L’année dernière nous n’avons fait que 2 soirées sur les 7 et 2 Tea Dance sur les 7. Le reste du temps on a profité de la piscine et de bronzer ou bien de visiter quand nous étions en escale. La nourriture et les boissons non alcoolisées sont à volonté (gratuite) 24h/24 à bord du bateau.

 

 

Jour Date Port Arrivée Depart
1 22 juillet Marseille 17h00
2 23 juillet (En mer)
3 24 juillet Naples 9h00 21h00
4 25 juillet Taormina (Sicile) 11h00 19h00
5 26 juillet (En mer)
6 27 juillet Ibiza 14h00 nuit sur place
7 28 juillet Ibiza nuit sur place 9h00
8 29 juillet Marseille 9h00
Les horaires sont sous réserve

 

Un jour à bord

Ce sont vos vacances, donc vous vous lèverez quand bien vous semble. Sûrement que vous aurez faim, donc vous pourrez prendre le petit-déjeuner, déjeuner ou dîner, dans un des restaurants. Il y a un restaurant à la carte, un restaurant buffet, et des snacks 24h sur 24h. Tous les repas et les boissons non-alcoolisées sont inclus dans le prix !

La détente en journée…

Commencez la journée avec une session de fitness. Si vous voulez visiter une des îles, vous êtes libre de quitter le bateau quand vous le désirez, et de revenir à votre meilleure convenance avant le départ du bateau. Ou vous pouvez rester à bord et profiter de la piscine et des jacuzzis, avec un bon cocktail et de l’excellente musique lounge. Vous avez le choix entre le pont supérieur, plus calme et avec un zone nudiste, ou les animations autour de la piscine, comme l’élection Mister LA DEMENCE Cruise. Il y a encore beaucoup d’autres possibilités à bord : le cybercafé, la bibliothèque, les boutiques, un massage ou un sauna au Spa, ou la salle fitness.

Les meilleures soirées !

Au coucher de soleil, place à la fête, avec le T-dance au bord de la piscine, suivi d’une pause pour le dîner et les spectacles au théâtre, puis la soirée de nuit qui aura aussi lieu en plein air près de la piscine. Vous danserez sous les étoiles au milieu de la Méditerranée, sur le son des meilleurs djs de LA DEMENCE. Avec une zone cruising…

Quand la pool party commencera à toucher à sa fin, les vrais noctambules pourront descendre à la discothèque Zoom, où la fête continuera…

La plupart des soirées sont à thème : where are you from ?, disco, ladies night, militaire, fétish, white party, underwear,…

Demain c’est : « Au bout du Pôle Nord ou sur l’équateur… »

Pour la troisième fois en 14 ans, je vais passer le réveillon de la Saint Sylvestre dans le parc Disneyland Paris. Qu’est-ce qui peut le mieux vous faire passer une soirée féérique si ce n’est ce parc magique où tout s’illumine de mille feux ? Pour moi, rien.

Oui, je suis un gamin avec mes rêves d’enfants qui adore me balader dans ce parc et regarder tous ces personnages qui ont peuplé toute ma jeunesse. J’y suis pourtant allé début septembre avec ce cher Thanos qui ne connaissait pas ce monde merveilleux. Et force était de constater que je n’étais pas le seul enfant !!!

Pour ce réveillon le programme est simple, départ vers 16h de Paris avec mon homme, mon meilleur ami, un très bon ami et le meilleur pote de mon homme avec sa nouvelle copine. Dès 21h15, c’est Dj Party sur Main Street U.S.A. avec feu d’artifice à minuit.

Si une année vous ne savez pas quoi faire, c’est une destination de choix. Par contre, le seul conseil est de bien se couvrir, car Mickey en Hiver, ce n’est pas chauffé et puis le 31 c’est noir de monde donc il faut pas mal attendre pour chaque attraction, mais moi je m’en fou, je suis aux anges.

Que c’est triste

Autant l’automne ne me dérange pas comme saison, autant les derniers jours ne donnaient pas envie de faire grand-chose. Ciel très gris et sombre, froid, vent, il fallait vraiment se motiver pour bouger ou faire quelque chose.

Heureusement, cette semaine fut chargée de sorties. Hormis jeudi soir où c’était soirée tranquille à la maison, mercredi j’étais de sorti, ce soir un ami vient manger, demain soir, soirée raclette et Poker et dimanche diner avec un autre ami.

Mais cela fait tout de même plaisir de voir que le climat est redevenu raisonnable et que l’on a quelque chose de « normal » pour la saison. Il faut se rappeler que l’année dernière, le mois de novembre avait été particulièrement chaud avec des journées à 15 °C de moyenne soit des températures maximales de 20 °C en journée !!!

Ce n’est cependant pas une raison pour que la tempête annoncée pour dimanche soit trop forte. Cela pourrait avoir des airs de décembre 1999 : rafales prévues jusqu’à 100 km/h.

Vive le Scooter

Jeudi, je reçois un SMS de mon meilleur ami qui me dit qu’il est aux urgences suite à un accident de scooter le matin. C’est son deuxième en 10 jours.

Le premier, il s’était vautré tout seul en glissant à cause de la pluie. Pourtant il roulait à 20 km/h à ce moment-là. Il n’avait rien de bien grave si ce n’est une forte douleur à la jambe droite.

Là, il s’est vautré parce qu’un camion a pilé devant lui, et comme il pleuvait, il a dérapé en freinant. Sauf que là, c’est de la faute du garagiste qui lui a vendu, car ce con lui a dit qu’il fallait utiliser le frein avant en priorité !!! C’est bien la première fois que j’entends ce genre de conseils. Pour moi, c’est justement le contraire. Il faut freiner avec le frein arrière. Le freinage est déjà de meilleure qualité et surtout, cela évite que la roue arrière ait la mauvaise idée de vouloir passer devant. De plus, vu que c’est la roue avant qui dirige, on perd tout moyen de se diriger.

Bref, là il s’est ouvert le menton et pété le poignet gauche. Je l’ai retrouvé à l’hôpital au moment où il a été pris en charge. Selon les médecins, le poignet est cassé vu les symptômes cliniques. Cependant, sur les radios on ne voit rien. Alors ils lui ont mis un plâtre provisoire et referont de nouvelles radios. J’ai alors demandé pourquoi on verrait plus dans 5 jours que le poignet est cassé si on ne le voit pas maintenant et on m’a répondu que les radios étaient de mauvaises qualités… Heureusement, le médecin a rajouté que dans 5 jours ils pourraient bouger d’avantage le poignet et donc faire des clichés dans d’autres positions.

Mais bon, mon meilleur ami ne perd pas le nord. Il devait se rendre tout le week-end à Londres et en aucun cas il n’aurait annulé ce périple. Il est donc parti vendredi matin avec le bras dans le plâtre et une douleur insupportable. Il partait avec des potes à lui qui, je suppose, ont dû faire la nounou pendant les trois jours. Forcément, il est difficile de faire grand-chose avec une main en moins. Essayez de couper de la viande avec une seule main. Essayez de mettre un manteau…

En conclusion, le scooter c’est bien, mais dangereux. Par contre, c’est solide. En deux accidents, le scooter n’a jamais rien eu.

Le parisien fidèle à lui même.

Hier après-midi, je suis allé installer le WiFi chez Airy. Je lui ai demandé comment s’était passé les deux jours de grèves et s’il n’avait pas trop galéré pour se rendre à son travail.

Il me dit que le jeudi, il a trouvé facilement un Vélib’ et donc il a pu facilement aller travailler et même revenir. (Même si à priori le retour était nettement plus pentu).

Par contre, le vendredi, ce ne fut pas la même histoire. Il a abandonné l’idée du métro, car il n’y avait pas de train sur sa ligne et a donc voulu réitérer le vélo. Il arrive à la station et là, plus aucun vélo de disponible. Enfin si, il en reste, mais ceux-là sont attachés avec des antivols personnels. Impossible alors de les récupérer pour soi.

Au final, il aura quand même pu se rendre à son travail, mais ce n’était pas le but du post. Le but est de démontrer comment le parisien est et sera toujours égoïste. Je n’arrive même pas à concevoir que certains ont eu cette idée.

Comme quoi les pubs du journal « Le Parisien » ont un vrai fondement de vérité. Je rappelle le slogan : « Le parisien, mieux vaut l’avoir en journal »

Au bout du chemin ou sur l’équateur…

Mesdames et Messieurs, et vous les enfants, nous sommes heureux de vous accueillir aujourd’hui dans le parc Disneyland.

Suite à mon précédent billet sur les musiques de Disney, j’ai eu la surprise d’apprendre que l’un de mes lecteurs n’avait jamais mis les pieds en ce monde merveilleux qu’est le parc Disneyland Resort Paris. Ni une, ni deux, je lui propose sur le champ de lui faire découvrir lors de son épopée parisienne de cette semaine. Il accepte avec grand plaisir.

Je commande via internet, deux places pour le vendredi 7 septembre. On ne peut plus reculer.

Nous nous retrouvons sur le trajet pour y aller et je constate qu’il est pire qu’un gosse. Il est tout excité et impatient de mettre ses pas dans ceux de Mickey.

Arrivé sur place à 10h10 et là, il est encore plus impatient que pendant le trajet. Le château se dessine au loin. Une fois le seuil franchi, il est aux anges.

On commence à faire le tour des attractions et là, à ma grande surprise, nous ne faisons quasiment jamais la queue. Au maximum, nous avons dû attendre 5 minutes sur les attractions. Les seuls moments où nous avons patienté, c’était pour prendre à boire ou à manger. Résultat : à 13h30, nous avions fait toutes les attractions majeures. Nous avons donc pu entreprendre un deuxième tour. Retour à Indiana Jones, puis Space Mountain, on admire la parade de 16h, on regarde la comédie musicale du Roi Lion, on se fait dévisager par Tigrou qui reste scotché sur nous pendant que son char avance…

À 18h, et après une séance de shopping, nous décidons enfin de prendre le chemin du retour. J’ai les jambes coupées et je suis claqué.

Pendant toute la journée, vous avez pu suivre en direct notre parcours grâce à Twitter.

Sans trop m’avancer, je pense que vous pourrez retrouver des photos du périple sur le site de Thanos dans les prochains jours…

Atypik : Le retour !!!

Après 15 jours de vacances (mérité ?), me voila de retour tout bronzé pour affronter mon chômage !!! LOL Ces vacances se sont superbement bien passées en compagnie de mon homme, de son ex et son mec et de la sœur de son ex et son mec. Une maison louée près d’Uzès pour deux semaines de folie. Entre farniente, bronzage, visite, culture et sport.

Quelques photos du périple :

Et puis ce qui n’est pas en photo : Nous avons vu deux spectacles du « Off » du festival d’Avignon. Le premier s’appelait « Chance » et il s’agissait d’une comédie musicale et le second une pièce de théâtre qui s’appelait « Du rififi chez les morts ». On aurait voulu faire du saut en parachute, mais à 220 € le saut par personne ça fait cher. On n’a pas arrêté de jouer à des jeux de société, au poker… De vraies vacances en gros.