C’est quoi l’intérêt… ? Arnaque à l’URSSAF ?

Cette nuit, à 2h30 du matin, le téléphone fixe sonne. Je me précipite pour décrocher, car ce ne doit pas être bon signe.

— Allo Mr G. ? Ici c’est Monsieur X, expert-comptable. Je vous appelle de la part de Mr Y.
— Euh. Pardon ?
— Je suis bien à l’entreprise 2.i.A.D.
— Oui
— Très bien, je vous appelle de la part de Mr Y. Je suis son comptable et il me faudrait votre Numéro d’URSSAF, car il n’est pas écrit sur la facture que vous lui avez envoyée.
— C’est une plaisanterie, j’espère ? Car il est 3h du matin là.
— Non, Mr Y m’a indiqué que je pouvais vous joindre n’importe quand. Cela ne vous dérangerait pas.
— N’importe quand, ne veut pas dire 3h du matin. Et puis je ne connais aucun Mr Y.
— Pourtant j’ai une facture de l’entreprise 2.i.A.D. Vous êtes bien domicilié au … ?
— Oui, mais c’est quoi le rapport ? Pourquoi voudriez-vous avoir mon numéro d’URSSAF ? Cela est propre à l’entreprise et n’est en aucun cas public.
— Si j’en ai besoin pour la comptabilité. Mais vous avez omis de l’écrire sur la facture.
— C’est normal que cela n’y soit pas vu que c’est une information confidentielle. Mais la facture dont vous me parlez elle ressemble à quoi ? Quel est son numéro ?
— Je ne le vois pas.
— En haut à droite.
— Euh… … … 72
— Qu’est-ce qui est facturé ?
— Je ne comprends pas ce qui est facturé.
— Qu’elle est la date de la facture ?
— 28 aout 2007
— C’est impossible Mr, car mon entreprise à commencé son activité le xx septembre.
— Bip Bip Bip Bip.

Voilà ce qui m’est arrivé cette nuit. Je précise que dès le début l’appel m’a semblé louche, surtout le motif et l’heure. Je ne connais pas beaucoup de comptables qui travaillent à cette heure-là. De plus, en aucun cas un numéro d’URSSAF n’est communiqué. Cependant, ce mec le voulait absolument. Dans quel but ? Je n’en ai aucune idée.

Dès le début, il était incohérent. Le nom du client était inconnu, il ne trouvait pas le numéro de la facture et celui qu’il me donne est erroné, car impossible selon la numérotation que j’ai mise en place et enfin la date.

Je ne sais pas ce qu’il voulait, ni pour quoi il le voulait, mais ce qui est sûr c’est qu’il n’est pas malin. Il s’est connecté sur mon site juste au moment où il m’appelait. J’ai donc son adresse IP et bien plus encore…

Si ce petit plaisantin s’amuse encore, je vais également m’amuser, mais pas avec les mêmes outils.

Bienvenue dans le monde de la communication.

2iAD

En créant ma boite, je savais que l’un des postes de coût le plus important serait la communication. Aujourd’hui, j’ai eu rendez-vous avec un VRP des Pages Jaunes pour pouvoir apparaitre sur l’annuaire papier et sur l’annuaire internet : pagesjaunes.fr

Je m’attendais à des coûts relativement importants, mais je ne pensais pas que cela serait aussi élevé. Ainsi, pour apparaitre dans tous les arrondissements de Paris sur l’annuaire numérique, avoir un lien puis apparaitre sur les 3 éditions papier (Sud, est et ouest) il faut compter la modique somme de 4 500 € HT par an !!!

Alors, je vous avoue, j’ai restreins au strict minimum à savoir : apparaitre dans le 14e arrondissement de Paris sur Internet et dans les éditions papier du Sud et de l’Ouest. Cela me revient tout de même à 1 250 € HT.

J’espère que le retour sur investissement sera à la hauteur des espoirs engagés.

Mieux vaut tard que jamais

Comme je le vous disais le 12 septembre, la Direction du Travail m’avait donné un avis favorable pour mon agrément. Il ne manquait donc plus d’avoir par écrit ce qui m’avait été dit à l’oral.

Et en ce 27 octobre 2007, soit 45 jours plus tard, j’obtiens enfin ce fameux papier (arrêté préfectoral) qui m’autorise définitivement à travailler dans le cadre des services d’aide à la personne. Si ça, ce n’est pas une preuve tangible de la rapidité de l’administration française, je ne sais pas ce que c’est.

Pourquoi autant de temps ? Et bien tout d’abord le Greffe du tribunal de commerce de Paris a mis 23 jours pour traiter ma demande de début d’activité de mon entreprise. (Délai habituel 7 jours). Ensuite, j’ai déposé à la Direction du travail l’extrait Kbis justifiant de cette activité le 5 octobre et l’on m’a dit que d’ici 15 jours grand maximum, je recevrai le document final. Sauf que je l’ai reçu en plus de 22 jours !!!

Petite précision : l’arrêté préfectoral date du 16 octobre et le courrier qui m’est adressé date également du 16. Que s’est-il passé pendant ces 11 jours ? Mystère…

Bon, je vais arrêter de taper sur l’administration française sinon on va encore m’accuser de « droitisme » primaire, ce qui est LOIN d’être mon cas ;). Cela se saurait… ;)

Vive les Fonctionnaires !!! Vous faites un travail remarquable et remarqué !!! Continuez ainsi… Je vous aime :D

Heureusement que ce n’était pas moi

Cet après-midi, direction le Palais des Congrès pour visiter le salon de la Micro-Entreprise.

J’ai trouvé plein de choses intéressantes, j’ai eu plein de réponses à des questions que je me posais à propos de l’URSSAF, des ASSEDIC ainsi que RSI. C’était un peu la bousculade et il fallait avoir de la patience pour poser toutes ces questions.

Au moment de partir, je m’aperçois que le stand BlackBerry organise un jeu-concours, permettant de gagner 2 téléphones du même nom. Je m’inscris et l’on m’annonce qu’il faut revenir à 17h30 pour le tirage au sort. Il est à ce moment 15h. Je décide de rentrer chez moi et de revenir à ladite heure.

Je suis donc de retour juste pour ce tirage au sort. L’huissier arrive et annonce que pour gagner il faut obligatoirement être présent et avoir rempli toutes les cases du bulletin. Ouf !!! C’est mon cas. Quatre ou cinq tirages plus tard, un premier gagnant présent se manifeste et remporte le premier téléphone. Mais pour le second, elle annonce juste le prénom, car elle n’arrive pas à lire le nom de famille. Quelqu’un avec ce prénom se manifeste et elle lui demande alors le nom de sa société pour voir si c’est bien lui. Il le lui donne et répond par la négative. Le prochain tirage sera le bon pour un autre participant. Sauf que le participant précédant va voir l’huissier et demande à voir le bulletin. Horreur !!! C’est le sien. Elle répond alors très calmement : « Oh ! Je suis désolé, mais je n’ai pas compris ce nom de société. Désolé pour vous. Bonne journée ».

Le mec n’a même pas bronché… et s’en est allé. Je ne suis pas sûr que j’aurais gardé mon calme à ce point… Pour le coup, je pense que le péché capital de la colère aurait pu se faire légèrement ressentir…

Aside

Certes, il y a peu de billets en ce moment sur le blog, mais il y a beaucoup de commentaires. Arrivera-t-on à 100 sur le billet de la grève ? Je le pense. Ça fait réagir et c’est le but.

Sinon et bien, ma petite entreprise démarre doucement, mais surement. C’est rassurant. Encore bien évidemment pleins de choses à faire et c’est pour cette raison que je suis un peu plus discret ces derniers jours.

En parallèle mon homme est en train de monter son cabinet d’ostéopathie et je l’ai un peu aidé aujourd’hui (pour la première fois) à faire ses travaux. Ponçage des murs et préparations de la pièce pour faire de la peinture. Il fallait tout protéger.

Demain, direction : « Le salon des Micro-Entreprises » au Palais des Congrès. Je ne sais pas trop ce que je vais y trouver, mais je me dis que je vais peut être avoir des idées.

Et sinon je ne vous ai pas du tout parlé de Rugby, mais je suis bien évidemment la coupe du monde avec beaucoup de plaisir.

Enfin, je n’ai pas trop le temps d’aller faire un tour sur les autres blogs de la blogroll. Rassurez-vous je ne vous ai pas oublié.

Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssss !!!!

Comme je vous le faisais savoir il y a plusieurs jours, j’avais envoyé ma demande d’agrément auprès de la DDTEFP de Paris pour mon entreprise. Je n’avais malheureusement aucune nouvelle depuis.

Hier, je me suis décidé à téléphoner pour avoir plus de nouvelles et savoir où en était le dossier. Je suis tombé sur une charmante dame qui m’a informé qu’elle avait bien reçu mon dossier, mais qu’il lui manquait certains éléments, dont ceux justifiants de mon expérience passée. Je lui alors demandé si je pouvais la voir pour lui remettre en mains propres ces dit documents. L’objectif était également de forcer éventuellement un peu le passage s’il y avait des obstacles.

J’avais donc rendez-vous aujourd’hui et en cinq minutes de discussion j’entendais avec bonheur : « Je vous donne un avis favorable. Il suffit que vous m’apportiez un extrait Kbis justifiant que vous mettez en activité votre entreprise et je vous délivre l’agrément. »

Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssss !!!!

Je suis sorti de là, les yeux commençants à se mouiller, tellement j’étais content d’avoir enfin ce sésame. J’ai immédiatement appelé mon homme pour lui annoncer la bonne nouvelle. Il était aussi content que moi.

Je suis allé directement à la Chambre de Commerce de Paris pour mettre en activité mon entreprise, mais malheureusement, n’ayant pas mon chéquier professionnel, je n’ai pu effectuer l’opération qui coute, soit dit en passant, 177 € !!!

Cette charmante dame m’a indiqué qu’il fallait en moyenne 15 jours à la Préfecture pour délivrer l’agrément. Donc, d’ici le 1er Octobre j’aurais tout ce dont j’ai besoin. Mais je peux dès aujourd’hui commencer mon activité.

Je dois donc accélérer sérieusement pour la mise en place de mon site internet 2iad.fr. Si vous avez des personnes dans le besoin autour de vous, donnez-leur mon adresse email suivante contact@2iad.fr

Dernière ligne droite

J’ai donc immatriculé mon entreprise le 20 juillet 2007 mais en spécifiant bien : « sans activité ». Pourquoi cette précision, c’est tout simplement qu’avant de pouvoir exercer, il me faut un agrément de la Direction départementale du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle de Paris (DDTEFP).

Cet agrément me permettra par la suite de pouvoir faire bénéficier à mes clients de 50 % de déduction d’impôts sur les montants payés et d’une T.V.A. de 5.5 %. Cela leur permet également de pouvoir payer par C.E.S.U.. Enfin, cela me permettra dans le futur, de pouvoir embaucher sans payer de charges sur les salaires, à hauteur du S.M.I.C..

Ce sésame m’est donc indispensable et j’ai enfin pu en faire la demande cette semaine. Si je ne l’ai pas fait avant c’est pour la simple et bonne raison que des erreurs avaient été effectuées par le Greffe du Tribunal de Paris lors de mon immatriculation au registre du commerce. Tout est enfin rentré dans l’ordre.

Il ne me reste plus que deux mois à attendre, délai maximal durant lequel la DDTEFP peut traiter le dossier. Il peut évidemment être rejeté.

Sinon je voulais remercier tous ceux qui m’ont fait parvenir sur mon mail, des logos pour ma future entreprise. Vous avez tous fait preuve de beaucoup d’imagination et je vous en remercie, sachant que vous l’avez fait sur votre temps libre et qu’aucune rémunération ne vous a été donnée. ENCORE MERCI.

Je tiens à vous présenter le logo final et remercier Zigee qui m’a permis de le réaliser. En effet je me suis inspiré à 99 % de son logo original. J’ai dû le modifier un tout petit peu.

2iAD

Aujourd’hui j’immatricule pas !!!

La journée démarrait pourtant bien avec rendez-vous ce matin auprès d’un avocat pour lui faire valider mes statuts et mes conditions générales de ventes. Tout s’est très bien passé et j’étais assez content de voir que mon travail d’élaboration n’était pas si mauvais que cela.

J’en profite pour me faire une petite beauté chez Space Hair dans le marais histoire d’être tout bien coiffé pour les vacances.

Je vais faire imprimer mon Business Plan pour le présenter d’une manière potable à ma banque à 14h. Là, première déconvenue : 44 pages me coutent 53 € !!! Je me dis que ce n’est pas grave et qu’il faut bien ça pour amadouer ma banquière.

Je prends le métro en direction de la Porte de Vanves quand je reçois un appel masqué à Montparnasse. C’est justement ma banquière qui m’appelle pour me prévenir qu’ils ont un problème informatique à l’agence et que le rendez-vous semble compromis. Elle me rassure tout de même en me disant qu’elle arrive à se connecter de temps à autre et qu’elle devrait tout de même arriver à créer mon compte pro.

Je mange en quatrième vitesse, car j’ai rendez-vous à 14h et 10 minutes avant l’heure, ma conseillère me rappelle en me disant que c’est définitivement mort. Que tout a sauté et qu’elle ne pourra pas encaisser mon capital et me faire l’attestation.

Je lui demande si aucun autre moyen n’est envisageable et elle me répond négativement. Elle m’invite tout de même à venir déposer les chèques vu que je suis en route. J’arrive à l’agence et là elle se confond en excuses. Je lui indique qu’il était prévu que j’immatricule sitôt derrière. Elle ne sait quoi me répondre, juste qu’elle prend tout le nécessaire maintenant et que dès que cela fonctionne elle me rappelle pour que je passe chercher l’attestation. Elle me précise que si demain matin ça ne fonctionne toujours pas, elle ira dans une autre agence faire le nécessaire.

Je suis donc rentré chez moi tout triste, car j’espérais bien tout faire aujourd’hui. Je m’étais fait tout beau avec une belle chemise rose histoire de la charmer un max… Finalement, le seul bon côté de l’histoire, c’est que j’ai pu enlever mes chaussures de ville qui me faisaient terriblement mal aux pieds et m’apercevoir que j’avais de bien belles ampoules. J’ai passé toute l’après-midi à me balader.

Demain j’immatricule

Si tout se passe bien, demain je fais le premier grand pas dans la création de mon entreprise, car j’immatriculerais celle-ci. Je dis premier grand pas, car en fait je la créé sans activité pour le moment. J’ai besoin de faire cela, car des documents sont nécessaires à son fonctionnement et je ne peux les demander qu’une fois que j’ai un extrait Kbis.

Aujourd’hui je suis donc allé dans un journal pour faire paraître l’annonce légale de création qui est obligatoire avant l’immatriculation. Et bien je peux vous dire qu’ils se servent copieusement. Pour un texte de 100 mots à tout cassé, cela me coute la bagatelle somme de 177€18. Si vous voulez monter une affaire lucrative et non compliquée, je pense que c’est là-dedans qu’il faut investir.