Ici la voix ! Qui sont les deux seules personnes qui ont un vrai secret cette année ?

Alors là je dis BRAVO ! Si c’est vrai, je trouve ça génial. D’autant plus que pour une fois, il y aura un vrai secret à trouver et pas l’un de ceux minables, qu’on nous sort tous les étés.

Nous vous écrivons de Secret Story. Oui, après des années d’approches ratées, de manœuvres subreptices et de graissages de pattes en pure perte, nous avons réussi. En 2002, on se faisait jeter du casting de Loft Story 2 (Libération du 9 février 2002) ; en 2004, on se glissait derrière les vitres sans tain des Colocataires (Libération du 29 mai 2004), mais cette fois, nous y sommes. Nous. Y. Sommes. Dans le Loft, enfin, dans la maison de Secret Story, c’est pareil. Au cœur de l’usine à saucisses à audience de TF1.

Un ou deux journalistes du quotidien Libération, que je ne porte pas particulièrement dans mon cœur, se seraient fait caster pour cette septième saison de Secret Story sur TF1. Le vrai jeu de téléréalité prend tout son sens cette année, car il est bien évident que la rédaction d’Endemol ne sait pas de qui il pourrait s’agir. Alors ?

Sommes-nous Tara, la gironde Tibétaine à qui on prédit un destin de Nabilla demi-sel ? Peut-être. Ou alors, on est Eddy — il prononce « Edgy » —, créature transgenre à qui le secret « Je suis mannequin homme-femme » va comme un gant. Sur le même thème, peut-être sommes-nous les jumelles Sabrina et Morgane, l’une garçonne, l’autre garce. Ou bien détenons-nous ce terrible secret : « J’ai vécu jusqu’à l’âge de 14 ans avec mon jumeau parasite. » Un peu léger, le coup du gonze avec son excroissance jumelle incrustée dans le bide, on trouve, nous. On aurait arrangé ça en : « jumeau parasite nazi ». Gauthier ? Ça va, vous nous imaginez avec des cheveux qui griffent les murs comme dans la pub pour le gel ? Ou comme l’autre nigaud de Jamel avec la touffe qu’il arbore sur la tête ?

Le plus dur va être de tenir sur la longueur… Voici déjà le résumé des neuf premiers jours :

Neuf jours à peine et déjà nos organismes se dégradent. Les migraines dues aux projecteurs allumés en permanence, les lunettes noires n’y pallient plus. Le bruit sans cesse. Le bruit de « la Voix », vous savez, ce Big Brother en carton qui nous serine ses ordres à longueur de journée, qui nous convoque à des jeux débiles, genre 45 minutes de sport pour remporter 500 euros. Le bruit des autres, les hurlements, les engueulos, les crises de nerfs. Le bruit des caméras se déplaçant sur les rails derrière les miroirs ; à force, on discerne même le son du zoom sur nos fesses. Et autant vous dire que l’organisme, le régime champagne de marque distributeur à gogo-pâtes de 4 heures du mat-Nutella à même la louche au lever à 15 heures, fraises Tagada à l’apéro, il n’aime pas trop. Et puis le bordel qui s’accumule partout ; la vaisselle qu’on ne fait déjà plus ; la piscine qui vire saumâtre. L’épidémie de mycoses gagne. Depuis les toilettes cradingues où nous tapotons ces mots sur un discret smartphone tentant d’échapper à la surveillance de la caméra antisuicide, une seule pensée nous tient encore debout : tchirer un max de fric à TF1 et décrocher le castching des Anges de la téléréalité sur NRJ12 nanani-nanana.

Je crois que je vais m’intéresser un peu plus à cette émission. Histoire de trouver, qui est, ou sont, les intrus ?

Sources : Libération

Je n’en peux plus des Bisounours !

Que ce soient les journalistes, les politiciens, les artistes, le péquenaud du coin ou la mère Michelle, l’expression devenue à la mode « le monde des Bisounours » m’horripile voire m’exècre au plus haut point. On l’entend partout, pour tout, avec tout ! Mais surtout, dans les débats, comme préambule à toute contradiction. On se les mange à toutes les sauces, surtout en ce temps de crise financière et économique. Rien qu’en lançant une requête Google, j’obtiens 2 550 000 itérations. On frise le ridicule.

Qui plus est, je regardais ce dessin animé étant petit, contrairement à tous ceux qui utilisent cette expression. Je trouve enfin que l’utilisation qui en est faite est rabaissante, car souvent suivie de quelque chose comme : « il faut se réveiller ».

Bref, arrêtez cet effet de mode !

Le nouveau Télé-Crochet de TF1 – The Voice

Parlons télévision et plus précisément de la nouvelle émission du samedi soir de TF1. « The Voice » a pour objectif de nous trouver un talent qui sera uniquement basé sur des talents artistiques et plus particulièrement la voix. Pour arriver à dénicher cette perle rare, l’émission va passer par plusieurs phases dont la première a débuté hier soir.

La première consiste à faire un casting, parmi des candidats qui auront déjà été auditionnés partout en France, permettant ainsi de faire une présélection. On évitera ainsi toutes les dérives des autres émissions diffusées sur M6, qui nous ont habitués à toutes sortes d’énergumènes voulant passer devant la caméra. Tous les prétendants ont donc au minimum un bon niveau de chant. La subtilité de cette première étape, et qui fait l’intérêt de l’émission, est que les candidats effectuent leur audition en étant uniquement jugés sur leur prestation vocale. En effet, le jury, composé de quatre artistes qui sont Florent Pagny, Jenifer (Star Academy), Louis Bertignac et Garou, tourne le dos à la scène durant la prestation. Ils ne peuvent ainsi juger autre chose que la voix, et ne pas être influencés par un look, un faciès, une posture ou toute autre chose. S’ils trouvent intéressante la prestation et qu’ils veulent voir continuer l’artiste, ils doivent appuyer sur un buzz. À ce moment-là, le juré verra son fauteuil pivoter et découvrira visuellement le chanteur ou la chanteuse. À la fin de la chanson, tous les jurés, qui n’auront pas buzzé, se retourneront pour faire face au chanteur. Ensuite, plusieurs cas de figure : soit aucun juré n’a buzzé et s’en est terminé pour le candidat ; soit un seul juré a buzzé et dans ce cas, celui-ci deviendra son coach pour la seconde phase du jeu dans quelques semaines ; soit plusieurs jurés ont buzzé, et dans ce cas, ils doivent convaincre l’artiste qu’il sera le meilleur pour le coacher et le faire gagner ce concours. L’artiste fera ensuite son choix parmi ces jurés. À la fin de la première phase, chaque coach aura 12 artistes.

La deuxième phase consiste ensuite à faire des « Battle ». Chaque coach organisera ainsi 6 combats dans sa propre équipe, ce qui élimera donc 6 candidats. C’est le coach qui choisira la chanson ainsi que les deux artistes qui doivent s’affronter. Il devra les faire progresser dans leur technique de chant pour leur donner toutes leurs chances. Lors de ces battle, les autres coachs pourront donner leur avis, mais le choix final reviendra à leur coach. Ces éliminations se dérouleront pendant plusieurs pour qu’il ne reste plus qu’un candidat par coach. À la fin de cette seconde phase, il ne restera plus que 4 candidats finalistes.

La troisième et dernière phase se passera en direct. Cette fois, seul le public choisira le vainqueur à la fin de cette dernière émission.

La première émission s’est déroulée hier soir et nous avons pu découvrir le plateau et la mise en scène. Les quatre fauteuils des jurés tournent le dos à la scène. Les candidats se succèdent les uns après les autres et le verdict tombe immédiatement. Oui ou Non. Pas de rattrapage possible. Ils doivent convaincre ou s’en aller.

Le meilleur moyen de se rendre compte du principe de l’émission est de voir la vidéo de cette personne qui concoure :

Madonna au Super Bowl : Give Me All Your Luvin’

Pour tous ceux et celles qui n’auraient toujours pas vu la vidéo de Madonna à la mi-temps du Super Bowl, c’est juste après. Cela dure 13 minutes et c’est un pur bonheur. Je vous mets même un lien pour télécharger cette vidéo en Haute Définition si vous le souhaitez.

Vidéo HD 720p Madonna Super Bowl 2012 (faire Clic Droit – « Enregistrer sous »)

Pour voir la vidéo, cliquez ci-dessous.

« Kaboul Kitchen » – La nouvelle série de Canal+

Décidément, les scénaristes de Canal+ n’ont pas une vie de tout repos.

Dans un nouveau détournement de la publicité phare du «  placard », le désormais célèbre Lucas G. se fait de nouveau surprendre par un mari trompé…. Qui n’est autre que Gilbert Melki !
Obsédé Lucas G. ? Non, inspiré ! Quelle extraordinaire histoire va-t-il encore inventer ?

Pour le lancement de la série KABOUL KITCHEN (Fipa d’or de la meilleure série et Fipa du meilleur scénario 2012), la nouvelle Création Originale qui met en scène Gilbert Melki dans un bar-restaurant de Kaboul, CANAL+ a décidé de revisiter son film publicitaire Le Placard (film le plus primé au monde en 2010 selon le Gunn Report et parodié récemment par Eric Judor pour le lancement de sa série, PLATANE).

Cette nouvelle version, du coup plus orientale, vante toujours la capacité des scénaristes de CANAL+ à créer des histoires extraordinaires, tout en réussissant, encore une fois, à nous surprendre.

Téléthon 2007

Depuis 18h45, vient de s’ouvrir pour la 20e fois le Téléthon. Alors inutile de vous dire que cette année le challenge est énorme, car il faut dépasser les plus de 101 000 000 d’euros de l’année dernière.

Le but reste inchangé. Cette somme sera reversée à l’AFM qui s’occupe de gérer les programmes de recherche pour les maladies génétiques et/ou rares.

Cette année, se sont Lianne Foly et Kad qui sont les parrains et suivront pendant près de 30 h les retransmissions de France Télévision.

Alors, un seul geste à faire : composer le 3637 et faire un don. Je rappelle qu’une grosse partie de celui-ci est déductible des impôts. Mais comme vous, qui me lisez, êtes sur internet, sachez que vous pouvez donner via le Net et cela aura pour effet de réduire les coûts de traitement et donc de rapporter davantage. Donc, tous sur telethon.fr

Aside

Britney Spears faisait son grand retour après 3 ans de silence artistique (et non pas médiatique). Lors de la cérémonie des MTV Vidéo Awards, elle s’est produite sur scène en présentant son dernier tube : Gimme More.

Malheureusement pour elle, et malgré une tenue plutôt avantageuse, ses chorégraphies passées étaient seulement un souvenir. Elle n’était pas du tout dedans et n’arrivait pas trop à suivre. Ses gestes étaient plutôt grossiers. Dommage. Elle avait réellement besoin de se racheter auprès du public.

À la fin de son show, la présentatrice s’est fait un plaisir de l’habiller pour l’hiver comme cela avait déjà fait pour Paris Hilton, la veille de son séjour en prison.

Bien que je n’apprécie pas spécialement les agissements des deux personnages précités, je trouve inadmissible que l’on puisse humilier ainsi ces personnes devant tant de spectateurs. Chacun a ses problèmes et personne ne voudrait vivre ce qu’elles ont pu vivre.

Je me rappelle d’une vidéo de Britney Spears, faite par un amateur, sur une plage, où ce dernier n’avait pas arrêté de la filmer pendant toute l’après-midi. La chanteuse et son amie n’avaient jamais pu rester tranquilles plus d’une minute. À chaque instant, quelqu’un venait la déranger, au mieux pour un autographe, au pire pour lancer une méchanceté. Au final, la chanteuse avait dû s’enfuir de la plage à cause de la pression des passants. Même en demandant gentiment au caméraman d’arrêter de filmer, ce dernier continuait inlassablement.

Cela me fait plus de peine qu’autre chose. Je ne supporte pas la méchanceté d’autant plus quand elle gratuite ou à base de jalousie. Je suis entièrement d’accord que la célébrité on la veut, mais il y a des limites à tout.

Karl Zéro ou l’art de bien porter son nom !!!

Rappelez-vous la polémique qui a enflé hier et avant-hier par l’intermédiaire de l’inénarrable Karl Zéro : « Nicolas Sarkozy serait pour la peine de mort ». C’est en substance la retranscription qu’avait faite le journaliste, suite à l’interview de Mustafa Kocakurt, père du petit Enis, enlevé et violé par un multirécidiviste.

L’Élysée avait immédiatement indiqué que le père avait déformé les propos du Président de la République, ce qui ne semblait pas convaincre…

Hier soir, Mustafa Kocakurt était l’invité d’Olivier Fogiel sur M6, dans « T’empêches tout le monde dormir ». Évidemment, la première question de l’animateur était à propos de la peine de mort.

Mustafa Kocakurt a alors complètement nié que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, ait tenu de tels propos. Voici ce qu’aurait été la conversation :

  • Mustafa Kocakurt : « Si je rencontre cet homme, je le zigouillerai, je suis désolé de dire cela Mr le président, mais c’est ainsi »
  • Nicolas Sarkozy : « Je comprends que vous puissiez penser cela en tant que Père »

En aucun cas, il n’est dit qu’il soit pour la peine de mort. Bien au contraire, il compatit avec ce pauvre homme et comprend sa douleur.

Comme aujourd’hui, cela emmerde profondément les sympathisants de gauche que le Président ait autant d’opinions favorables, tout est fait pour le déstabiliser et lui faire tenir des propos qu’il n’a jamais tenus.

Alors, Messieurs de gauche, occupez-vous de construire une opposition intelligente, réfléchie, force de proposition au lieu d’essayer de vous tirer mutuellement dans les pattes et faire honte à vos sympathisants et militants.

Plaidoyer de Canal + : « Éducation Nationale, un grand corps malade. »

Diffusé ce soir sur Canal +, ce documentaire réalisé sur l’année scolaire 2006 — 2007 a mis en exergue les défauts de notre système d’apprentissage, actuellement en France.

Le reportage démarre d’une constatation très simple : à la fin de la première année d’université, 50 % des élèves échouent à leur examen et sortent du système ou se réorientent.

Alors, une question se pose : pourquoi, un an auparavant, 80 % d’entre eux ont eu le bac ? Est-ce un manque de motivation sur cette première année ? Est-ce une erreur d’orientation ? Ou alors est-ce que le niveau demandé est complètement surélevé par rapport au niveau réel des élèves ?

Pour répondre à toutes ces questions, se sont majoritairement des enseignants actuellement en poste. Et leurs mots ne sont pas assez durs pour dénoncer les méthodes et les programmes proposés (imposés) par l’Éducation Nationale.

L’un d’entre eux, indique qu’un niveau Bac+5 d’aujourd’hui, correspond au niveau de l’examen du Baccalauréat d’il y à 50 ans !!! Et on nous montre comment les copies sont corrigées et quelles sont les consignes ! On voit alors une « Note confidentielle » de l’Éducation Nationale qui explique comment calculer les notes et dans quels cas rajouter des points. Il s’agit de la correction du Bac S pour l’épreuve des Mathématiques. Cela commence par expliquer qu’il ne faut pas tenir compte des erreurs de calcul et qu’il faut déjà attribuer 2.5 points si la méthode est bonne, et ce, durant toute la copie. Même si 3×5 font 12, ce n’est pas grave. Ensuite, si l’élève arrive à faire l’une ou l’autre partie de je ne sais plus quoi, alors il a 3 points sachant que l’on ne peut pas faire la deuxième partie sans la première. Mais s’il essaie, il aura les points. Bref, au final et sans avoir fait grand-chose, on a déjà 9 points.

Un professeur de philosophie explique qu’en vingt ans, elle a vu les niveaux baisser à un tel point que si elle avait gardé son système de notation, la moyenne de la classe serait entre 3 et 4. Comme les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent que très peu de vocabulaire, ils font sans cesse des incompréhensions de texte et tombent souvent dans le non-sens.

Un autre explique que chaque année dans une très grosse académie, faute d’avoir assez de correcteurs, des milliers de copies ne sont pas corrigées et leur note est attribuée par logiciel, en fonction de leurs notes durant l’année et du niveau des copies corrigées. Un algorithme se crée et c’est comme cela que les notes tombent, bien évidemment, la moyenne de ces copies est supérieure à 10. L’Éducation Nationale n’a jamais démenti ces informations et pratiques.

Puis on voit apparaitre un professeur d’anglais qui fait un cours de grammaire française pour expliquer à ses élèves la similitude entre les deux langues et les différences. On voit le cours en direct et l’on reste stupéfait par l’ignorance des élèves qui confondent le présent et le passé composé ; qui ne savent pas ce qu’est une proposition, qui ne reconnaissent pas le conditionnel… Bref, faire du français en anglais… Ou est la logique ?

On remonte petit à petit dans les niveaux de classe pour arriver à l’école primaire et l’on nous montre les méthodes d’apprentissage du calcul, de l’écrit et de la lecture. Le principe français est désormais que l’élève doit se créer lui même sa façon d’apprendre. On ne doit plus lui imposer une méthode, c’est à lui de se créer la sienne. Ainsi, on nous explique que pour apprendre à faire une division, on donne 233 € à 7 élèves et on les regarde faire pour se les partager. Ils vont se donner successivement 1 € chacun et l’on regardera ensuite combien ils ont. Voilà la méthode. Finalement, ils font de la soustraction à répétition pour faire une division. D’abord j’enlève 7 € puis encore 7, etc. jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Un inspecteur d’académie a même osé dire : « cela fait 3000 ans qu’on leur apprend à lire, écrire et compter, il serait temps de leur apprendre autre chose » !!! Je vous laisse admirer l’intelligence de la phrase.

Tous ces professeurs, eux-mêmes, disent que nous sommes en train de créer des générations de crétins et de chômeurs.

Enfin, ces mêmes professeurs nous expliquent comment Gilles de Robien a tout fait pour revenir aux anciennes méthodes et comment il s’est confronté à un mur dans le ministère. Entre les déclarations qu’il a faites et les textes qui viennent de paraître, c’est exactement le contraire. Aujourd’hui, un ministre de l’Éducation Nationale n’a plus aucun pouvoir de décision dans son ministère, car dans les bureaux on décide à leur place. Une lecture du Bulletin Officiel a été faite et on nous a relaté à plusieurs reprises les désirs du ministre, tout s’oppose.

Et on rajoute à tout cela qu’avec le Syndicat national SNES-FSU, ce n’est pas près de changer, puisqu’ils sont contre le système d’imposer à l’élève une méthode. Sauf qu’aujourd’hui, la majorité du corps enseignant est pour le changement, mais que les syndicalistes font systématiquement pression et menacent de grèves.

Je vous conseille fortement de regarder ce documentaire qui sera diffusé les jours qui viennent. Je ne vous ai pas dit 5 % de tout ce que l’on peut apprendre à l’intérieur. Je crois que l’opinion publique a le devoir de savoir que l’on conduit leurs enfants au chômage et que tout le corps enseignant veut changer le système, mais qu’une minorité bloque le tout.

Pink Tv quasiment gratuite

Pink TV

Alors que la chaîne 100 % Gay et Lesbien a du mal à boucler les fins de mois, faute d’abonnés, un nouveau système d’abonnement va être mis en place dès le 4 septembre.

Aujourd’hui, pour pouvoir recevoir cette chaîne il fallait prendre une option à 9 € par mois, disponible sur la majorité des offres de bouquets satellites, câble et ADSL.

À compté du 4 septembre, la chaîne sera gratuite de 5h du matin à minuit et payante le reste du temps, ce qui correspond à la diffusion des programmes classés X. Le prix restera le même à savoir 9 € par mois. Les abonnés actuels seront automatiquement basculés sur l’offre PinkX.

En mal de téléspectateurs, la chaîne joue son va-tout pour essayer de reconquérir des parts de marchés et donc des revenus publicitaires qui font cruellement défaut aujourd’hui.

Je ne suis pas sûr que le résultat sera à la hauteur de leurs espérances, car il se peut que dans les abonnés restant actuellement, certains ne veuillent pas payer un abonnement à 9 € uniquement pour voir des films de cul.