Il m’a dit « oui » !

Salim, voudrais-tu pour :

les secondes et minutes à venir,
les heures et les jours à venir,
les semaines et les mois à venir,
les années et les décennies à venir,
les siècles et les millénaires à venir,

devenir mon mari ?

« Oui »

 

Pour fêter cette bonne réponse, nous sommes allés au restaurant l’Angle de Barcelone possédant 1 étoile au guide Michelin. Nous avons pris le « Menu Dégustation » à 11 services, 1 coupe de champagne et une très bonne bouteille de vin espagnole. Mon père nous a proposé de nous marier car jusqu’au mois de mars il est élu dans sa commune. Nous devrons faire notre mariage « administratif » avant cette date car il ne se représentera pas. Nous allons devoir tout préparer rapidement car cela va arriver très vite.

Je suis content choupinette que ce soit toi. Je t’aime !

Une semaine avec Coco !

Ah ah ! Il l’attendait avec impatience cette semaine de vacances chez Tonton Hervé et Salim, et d’après ce que j’en sais, il fut bien content de celle-ci ! J’ai récupéré mon neveu le 23 août à Issoudun où il était venu nous aider lors de l’opération « Forêt Vierge ». Nous prîmes la route du Sud vers Montpellier en passant par le magnifique viaduc de Millau puis nous rejoignîmes la capitale catalane pour une semaine de folie ! Quel programme pour ces 7 jours ? Plage, musée, parc d’attractions et vélo ! Au final, ce sera un peu différent, car le climat ne fut pas propice à tout ceci.

Samedi 24 août

Il fait beau et chaud. C’est le temps idéal pour aller tremper ses orteils dans la Mer Méditerranée. Nous partons donc pour la plage de la Barcelonetta en bus (cf. photo ci-dessous). Il est prévu que nous retrouvions un couple d’amis autochtone. Nous nous installons assez facilement et commençons la baignade. L’eau est à 26 °C. Un régal ! Mia et Carlos nous rejoignent alors et une partie de tennis de plage débute. Coco s’en sort à merveille bien qu’il prétendait ne pas savoir y jouer ! Vers 18h30, direction le Chiringuito de Mar Bella pour un verre et une glace bien mérités.

Coco

The call : un thriller comme on n’en fait plus.

Hier soir avec Choupinette, nous avons regardé The Call, un film de Brad Anderson, avec, en premier rôle Halle Berry. Je peux vous dire que cela faisait des années que je n’avais plus vu une telle tension durant tout un film. Du début à la fin, tout est fait pour qu’on reste là, espérant une fin heureuse, espérant qu’une solution sera trouvée, malgré tous les rebondissements qui s’enchaînent. Cela se passe dans le centre téléphonique, recevant les appels d’urgence du 911 à Los Angeles. Dès le début, nous plongeons dans cette atmosphère bien particulière qui vous fait comprendre que chaque appel est unique, pouvant être parfaitement anodin ou totalement vital et prioritaire. Les agents présents sautent du « coq à l’âne » à chaque communication. Leur savoir-faire devra permettre d’éviter le pire dans certaines situations. Le décor est planté, la tension est déjà présente et ne nous quittera plus.

Halle Berry interprète l’un de ces agents. Le film débute sur une erreur de sa part qui sera malheureusement funeste… Elle aura l’occasion de se rattraper par la suite, durant un appel que nous suivrons pendant plus de la moitié du film. Une adolescente a été kidnappée, mais arrive à joindre le 911. Halle Berry traite cet appel malgré elle, et fera tout pour que cela se termine bien.

J’ai adoré ce film qui semble très réaliste du début à la fin. Enfin presque ! Les dernières minutes viennent malheureusement gâcher le réalisme de la situation, voulant faire, dans la tradition américaine : le héros doit l’être jusqu’au bout même si cela est impossible dans la réalité. Hormis cela, tout est parfait.

Dans le Casting on retrouve :

  • Abigail Breslin (l’ado kidnappée)
  • Roma Maffia (La chef de Halle Berry)
  • Michael Eklund (Le kidnappeur)
  • Morris Chestnut (l’officier Philips)

Je vous conseille de voir ce film actuellement à l’affiche.

Ici la voix ! Qui sont les deux seules personnes qui ont un vrai secret cette année ?

Alors là je dis BRAVO ! Si c’est vrai, je trouve ça génial. D’autant plus que pour une fois, il y aura un vrai secret à trouver et pas l’un de ceux minables, qu’on nous sort tous les étés.

Nous vous écrivons de Secret Story. Oui, après des années d’approches ratées, de manœuvres subreptices et de graissages de pattes en pure perte, nous avons réussi. En 2002, on se faisait jeter du casting de Loft Story 2 (Libération du 9 février 2002) ; en 2004, on se glissait derrière les vitres sans tain des Colocataires (Libération du 29 mai 2004), mais cette fois, nous y sommes. Nous. Y. Sommes. Dans le Loft, enfin, dans la maison de Secret Story, c’est pareil. Au cœur de l’usine à saucisses à audience de TF1.

Un ou deux journalistes du quotidien Libération, que je ne porte pas particulièrement dans mon cœur, se seraient fait caster pour cette septième saison de Secret Story sur TF1. Le vrai jeu de téléréalité prend tout son sens cette année, car il est bien évident que la rédaction d’Endemol ne sait pas de qui il pourrait s’agir. Alors ?

Sommes-nous Tara, la gironde Tibétaine à qui on prédit un destin de Nabilla demi-sel ? Peut-être. Ou alors, on est Eddy — il prononce « Edgy » —, créature transgenre à qui le secret « Je suis mannequin homme-femme » va comme un gant. Sur le même thème, peut-être sommes-nous les jumelles Sabrina et Morgane, l’une garçonne, l’autre garce. Ou bien détenons-nous ce terrible secret : « J’ai vécu jusqu’à l’âge de 14 ans avec mon jumeau parasite. » Un peu léger, le coup du gonze avec son excroissance jumelle incrustée dans le bide, on trouve, nous. On aurait arrangé ça en : « jumeau parasite nazi ». Gauthier ? Ça va, vous nous imaginez avec des cheveux qui griffent les murs comme dans la pub pour le gel ? Ou comme l’autre nigaud de Jamel avec la touffe qu’il arbore sur la tête ?

Le plus dur va être de tenir sur la longueur… Voici déjà le résumé des neuf premiers jours :

Neuf jours à peine et déjà nos organismes se dégradent. Les migraines dues aux projecteurs allumés en permanence, les lunettes noires n’y pallient plus. Le bruit sans cesse. Le bruit de « la Voix », vous savez, ce Big Brother en carton qui nous serine ses ordres à longueur de journée, qui nous convoque à des jeux débiles, genre 45 minutes de sport pour remporter 500 euros. Le bruit des autres, les hurlements, les engueulos, les crises de nerfs. Le bruit des caméras se déplaçant sur les rails derrière les miroirs ; à force, on discerne même le son du zoom sur nos fesses. Et autant vous dire que l’organisme, le régime champagne de marque distributeur à gogo-pâtes de 4 heures du mat-Nutella à même la louche au lever à 15 heures, fraises Tagada à l’apéro, il n’aime pas trop. Et puis le bordel qui s’accumule partout ; la vaisselle qu’on ne fait déjà plus ; la piscine qui vire saumâtre. L’épidémie de mycoses gagne. Depuis les toilettes cradingues où nous tapotons ces mots sur un discret smartphone tentant d’échapper à la surveillance de la caméra antisuicide, une seule pensée nous tient encore debout : tchirer un max de fric à TF1 et décrocher le castching des Anges de la téléréalité sur NRJ12 nanani-nanana.

Je crois que je vais m’intéresser un peu plus à cette émission. Histoire de trouver, qui est, ou sont, les intrus ?

Sources : Libération

Vous en pensez quoi du nouvel Atypik ?

Plus clair, plus coloré, plus simple, sont les 3 objectifs que je m’étais fixés. J’espère que le résultat vous séduira. J’attends vos commentaires pour les choses à améliorer.

La bannière est à l’effigie de notre nouvelle vie à Barcelone. Il s’agit du Parc Güell, haut lieu de l’architecture d’Antoni Gaudí.

La photo montre une toute petite partie du mur entourant la terrasse se trouvant au centre du parc. Une vue splendide s’ouvre depuis celle-ci sur la Ville de Barcelone en contrebas. Pour chaque touriste venant dans la capitale catalane, c’est un lieu incontournable. Pour vous donner envie, je vous mets les photos prises le 31 décembre 2012.

Patricia Kaas chante Édith Piaf

Kaas chante PiafChoupinette et moi avons vu en concert Patricia Kaas, chanteuse que nous aimons bien. Sa tournée actuelle est une reprise des chansons d’Édith Piaf, revues par l’Alsacienne à la voix rauque. Je vous dirai juste après ce que nous en avons pensé, mais voici tout d’abord comment est présenté le spectacle sur le site officiel :

Je suis une pute et je vous emmerde !

Belle et BêteSelon toute vraisemblance, la prostitution est le fait d’avoir des rapports sexuels avec contrepartie. Cette dernière peut-être financière ou sous forme d’avantages divers et variés tels que des cadeaux, des voyages, etc. Donc, si j’ai une relation, soi-disant amoureuse, avec une personne pendant sept mois, que des rapports sexuels se produisent, mais qu’au final c’est dans le seul but de m’enrichir, on est bien d’accord que je fais la pute. Mais le plus beau, dans cette histoire, c’est que je le revendique haut et fort !

Ce que l’on peut espérer en 2013…

2013Et oui, je me mets à la voyance… Bon ce n’est pas tout ça mais, 2012 se termine pour laisser place à une nouvelle année, et pas des moindres puisque ce sera l’occasion de fêter les 10 ans de blogging d’Atypik. Mais il n’y aura pas que ça. J’espère que d’autres choses arriveront avant. Parmi celles-ci, on devrait compter :

  • La découverte d’une exoplanète jumelle à la Terre et donc potentiellement habitable et donc potentiellement recouverte de vie. Voir ici.
  • Un nouveau Premier Ministre pour remplacer Jean-Marc Ayrault. Malheureusement, c’est le maximum que l’on puisse espérer. À moins que notre Président François Hollande ne fasse enfin quelque chose d’intelligent en démissionnant  mais il faut rester réaliste. Dans le cas où le premier soit poliment remercié, il faut espérer ne pas avoir pire à sa place. Quid de Ségolène Royal dont le nom revient de plus en plus souvent pour entrer au gouvernement… Espérons que ce ne soit pas pour ça.
  • Dans la lignée du point précédent, on peut espérer une gouvernance française plus professionnelle. Parce qu’à coups d’amateurisme tel que nous en avons eu sur ces premiers mois, la France ne pourra jamais sortir de la crise.
  • Pour les partisans de François Hollande, on peut leur souhaiter qu’il applique enfin une de ses promesses. Faut avouer que c’est de plus en plus compromis mais il ne faut pas que vous perdiez espoir.
  • On peut espérer que l’UMP trouve un président légitime.
  • On peut espérer qu’Apple renoue avec une « Révolution », sinon Steeve Jobs risque de devoir revenir encore une fois pour sauver encore une fois son bébé. À moins que ce ne soit son bébé qui ne rejoigne son Papa. Mais là ce serait tout bonnement révolutionnaire.
  • On peut espérer que Samsung innove pour une fois au niveau téléphonie et Tablette.
  • On peut espérer que le PSG gagne enfin le championnat de France avec tout l’argent investi. (Je préférerais que ce soit l’OM mais bon)
  • On peut espérer connaitre la date de sortie du futur Star Wars. Vous dire quel sera le numéro de l’épisode relève de la chance. Mais selon ce que j’avais lu à une époque, Georges Lucas avait en tête 9 épisodes. Il manquerait les numéros 7 à 9. Mais vu que c’est Mickey (Studio Walt Disney) qui va gérer tout ça, rien n’est moins sûr.
  • On peut espérer que la Grèce et l’Espagne renouent avec une croissance positive.
  • On peut espérer que mon homme passe le permis et que son futur travail se passe bien.
  • On peut espérer que je gagne à l’Euro Millions. (Finalement c’est celle-ci la plus importante)

Et vous, qu’espérez-vous ?

Je n’en peux plus des Bisounours !

Que ce soient les journalistes, les politiciens, les artistes, le péquenaud du coin ou la mère Michelle, l’expression devenue à la mode « le monde des Bisounours » m’horripile voire m’exècre au plus haut point. On l’entend partout, pour tout, avec tout ! Mais surtout, dans les débats, comme préambule à toute contradiction. On se les mange à toutes les sauces, surtout en ce temps de crise financière et économique. Rien qu’en lançant une requête Google, j’obtiens 2 550 000 itérations. On frise le ridicule.

Qui plus est, je regardais ce dessin animé étant petit, contrairement à tous ceux qui utilisent cette expression. Je trouve enfin que l’utilisation qui en est faite est rabaissante, car souvent suivie de quelque chose comme : « il faut se réveiller ».

Bref, arrêtez cet effet de mode !

Charlie, les étrangers et moi

Intouchable

Caricature de Mahomet

L’actualité est fournie ces derniers jours, non par des sujets qui vont aider les Français à vivre au jour le jour, mais par des sujets totalement anecdotiques dans la vie du Français de base.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On parle de la vidéo « L’innocence des musulmans » :

dont je trouve le contenu débile, la réalisation digne d’un débutant et l’histoire qui entoure le tournage (les acteurs n’avaient pas le script réel) odieux. Inutile de parler du message, les journaux le font assez bien. La réaction d’une quantité infime des musulmans montre qu’ils sont au-dessus de tout cela, et que cette vidéo aurait dû rester inconnue du grand public.

Mais ce qui me choque, moi, c’est cette réaction stupide de Charlie Hebdo, qui, sous couvert de la liberté d’expression, ressort une caricature du prophète. Vous me direz, mais Hervé, tu étais le premier à dire qu’il n’y avait rien de répréhensible, lorsque déjà, il y a quelques années, le même journal avait également sorti d’autres satires. Oui, c’est vrai, mais à l’époque, il n’y avait pas de précédent, il n’y avait pas déjà eu un embrasement, il n’y avait pas déjà des morts pour un blasphème. Dans le cas d’aujourd’hui, le journal savait déjà que certains musulmans étaient passés à l’acte et tués des innocents. Je trouve donc stupide et même inconscient d’attiser le feu, dans un seul but mercantile. Le journal a déjà eu ses bureaux de brûlé pour quoi ? Je suis pour la liberté d’expression, mais pas pour la provocation quand elle est déjà assez exacerbée par d’autres personnes. Je comprends les Musulmans qui sont choqués même si je relativise la chose. Ils ont une croyance qui leur impose des principes que je ne partage pas, avec lesquels je pense qu’ils pourraient accepter que d’autres personnes voient les choses sous un autre angle, il n’empêche que cela ne sert à rien de toujours tenter le diable. Et je vais encore plus loin. Charlie Hebdo ne se rend pas compte qu’il joue le jeu des racistes et antisémites. En provoquant de la sorte les musulmans, qui pour une infime partie vont répondre, le journal confirme que ces gens sont dangereux pour des personnes telles que Jean-Marie Le Pen ou sa fille.

Cette vidéo tombe à point nommé pour les détracteurs du vote des étrangers « non communautaire » en France dont je fais partie. En ce qui me concerne, ce refus n’a rien à voir avec l’origine de ces personnes que ce soit d’un point de vue religieux, ethnique ou culturel. Pour moi, c’est tout simplement le fait que j’ai vécu trois ans en Belgique et qu’après tout ce temps, j’étais incapable de voir, au niveau local, ce qui se passait. Même au niveau national, cela m’était difficile. Il faut dire qu’en Belgique les choses ne sont pas simples, certes ! Mais quoi qu’il en soit, pour moi, le droit de vote est un droit qui ne peut s’appliquer qu’au citoyen d’un pays, ayant fait le choix d’obtenir la nationalité du pays où il réside. Cela montre, une volonté forte d’accepter la culture du lieu où il a fait le choix de passer un moment de sa vie. Durant les débats sur l’identité nationale pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, je trouvais ça normal qu’on veuille que celui qui faisait la demande de naturalisation, connaisse un minimum la culture française, son histoire, ses valeurs, sa culture et surtout sa langue. Pour moi, c’est le préalable à tout droit de vote, et voir même à certains autres droits (sociaux par exemple). Loin de moi l’idée que ces personnes ne seraient pas assez biens, intelligentes ou autre pour voter. Cette question est tellement cruciale, à mon sens, qu’elle impose un référendum.