L’amertume

Vains rêves d’amour, vaines espérances de bonheur, que vous faites cruellement expier l’instant où l’homme est assez faible pour vous admettre et vous caresser ! C’est au fond de la coupe que le breuvage le plus doux dépose son amertume, et la dernière goutte du calice est toujours la plus amère !

Laisser un commentaire