Articles for the Month of avril 2013

Liberté, Égalité, Fraternité.

Mariage pour tous, Vote Assemblée NationaleAujourd’hui, 23 avril 2013, jour de la Sant Jordi en Catalogne, équivalant de notre Saint-Valentin et donc fête des amoureux catalans, le parlement français a ouvert le droit au mariage et à l’adoption à toute personne en faisant la demande, sans distinction de sexualité, de religion ou de culture. Le vote s’est soldé par 331 votes « pour », 225 votes « contre » et 10 abstentions. Henri « GayNo » s’étant trompé, il a été rebaptisé Henri « GayOui», car il a appuyé sur le bouton « pour » alors qu’il s’était toujours prononcé « contre ». Quoiqu’il en soi, je remercie sincèrement toutes les personnes qui ont contribué de loin ou de près à ce que cette loi voit le jour dans mon beau pays. Ce sera sûrement la seule fois de ma vie que je vais écrire cette phrase : « Merci aux socialistes pour cette avancée dans ma vie »

Liberté Egalité Fraternité

LIBERTÉ : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ; elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait »

C’est donc la reconnaissance ferme et définitive de la République Française envers les homosexuels.

ÉGALITÉ : « relation entre deux choses ne présentant aucune différence de grandeur, de qualité »

Les homosexuels ont donc aujourd’hui les mêmes droits que tout autre Français.

FRATERNITÉ : « lien existant entre personnes ayant des relations fraternelles »

Tous les Français devraient avoir une relation de la sorte, tel qu’ils l’auraient avec leurs frères et sœurs. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas à cause de l’homophobie. Et c’est désormais le point de lutte qu’il faut conquérir pour pouvoir vivre comme tout un chacun.

Ça fait du bien…

DSC_0155… De recevoir sa famille une petite semaine chez soi. Eh oui, mon frère me rend visite avec sa copine depuis la semaine dernière. Ça nous a permis, à Choupinette et moi, de visiter un peu plus Barcelone en leur compagnie. J’ai redécouvert des lieux, découvert d’autres et cela me confirme dans l’idée que Barcelone est une ville magnifique. Entre le climat, l’architecture, la gastronomie, la mentalité des Espagnoles et la proximité avec la France, c’est le paradis sur Terre.

Ça me permet de vous rappeler que vous pouvez en savoir d’avantage sur cette ville en lisant mon autre Blog : « J’habite à Barcelone« .

Moi aussi je dévoile tous mes comptes !

Transparence oblige, je pense que chaque citoyen se devrait de dévoiler tous ses comptes qu’il possède à droite et à gauche. Alors voilà mon grand déballage :

  • 2 comptes Facebook (le mien et celui de mon chien)
  • 1 compte Twitter
  • 1 compte Google
  • 1 compte Instagram que je n’utilise pas
  • 1 compte Pinterest que je n’utilise pas
  • 1 compte Klout que je n’utilise pas
  • 1 compte Linkedin que je n’utilise pas
  • 2 Pages Facebook (mes 2 blogs)
  • 1 Page Google plus
  • 1 compte LastFm que je n’utilise pas
  • 1 compte Dropbox
  • 1 compte Hotmail que je n’utilise pas
  • 1 compte Skype que je n’utilise pas
  • 2 Blogs
  • 1 compte Gayromeo que je n’utilise pas
  • 1 compte Grindr que je n’utilise pas
  • 1 compte Pole Emploi
  • 1 compte APEC
  • 1 compte ebuzzing
  • 1 compte Linklift
  • 1 compte Buzzparadise
  • 2 comptes Ebay
  • 3 comptes en Banques
  • un nombre indéfini de comptes sur des forums divers et variés que j’ai créé depuis 15 ans d’Internet
  • 1 compte Exchange

Voilà, c’est fait. Je suis transparent ! Enfin presque. Il ne me reste plus qu’à acheter ce genre de vêtements et ce sera parfait :

Homme Transparent

Les « Gaucho’s » sont même à Barcelone ! Aux secours !

Argentine

Je pourrais dire que j’ai quitté la France pour fuir le président François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Oui, parce qu’il a toujours été clair que je ne les porte pas dans mon cœur. L’actualité me confortant dans mes idées, je ne regrette en rien mon bord politique.

Je pourrais dire que j’ai quitté la France pour la politique fiscale que tente de faire passer la gauche. Certes, elle n’y arrive pas et s’embourbe un peu plus chaque jour dans des affaires de plus en plus douteuses, à en rendre jaloux les élus de droite qui, pourtant, ont toujours été les premiers à ce niveau. Quoique, les affaires Jean-Christophe Mitterrand et Urba avaient déjà mis la barre très haute.

Je pourrais dire que j’ai quitté la France à cause des Gauchos qui sont hermétiques à toute idée différente de la leur et qui m’ont valu des centaines et centaines de commentaires d’insulte sur mon premier blog atypik.net. D’ailleurs bientôt ces archives seront de nouveau en ligne… Que de souvenirs. Mais le pire, dans l’histoire, c’est que les Gauchos sont également à Barcelone. Regardez ce qu’il y a pas très loin de chez moi. Et en plus, ils s’affichent en gros ! Ils revendiquent leur présence !

Ils sont bien essayés de noyer le poisson en faisant croire qu’il s’agissait d’un restaurant Argentin mais je ne suis pas dupe ! Et bien pour les emmerder, j’irai manger à leur table, juste pour les narguer. Je poserai ma carte de l’UMP sur la table. Ah Ah ! C’est la guerre !

Lol.

Bon, pour ceux que ça intéresse, les Gauchos sont des gardiens de troupeaux en Amérique Latine.

Je suis d’accord avec Jean-Luc Mélenchon !!!

Mélenchon Pujadas France 2Allo ! Atypik ? T’es sûr que ça va ? Encore ton double maléfique qui fait des siennes ?

Euh… Non, c’est bien moi, le seul et unique Atypik qui a écrit ce titre.

Je m’explique. Hier, monsieur Mélenchon était l’invité du 20 heures de France 2. Il était bien évidemment question de l’affaire Jérôme Cahuzac, et de la volonté de François Hollande de légiférer sur la « moralisation de la politique française ». Pour lui, il s’agit tout bonnement d’un « attrape-nigaud » vu qu’il sera impossible de vérifier. Et j’en conviens, pour le moment il a raison, vu que c’est exactement ce qui s’est passé.

Mais où je le rejoins encore plus, c’est sa volonté de créer en France la possibilité que le peuple puisse demander un référendum révocatoire à l’encontre de n’importe quel élu…

« si le peuple, les citoyens, pouvaient intervenir, ça changerait tout. (…) S’ils avaient la possibilité de demander un référendum révocatoire pour le maire, le conseiller général, le président de la République, comme ça se fait dans une série d’États des États-Unis, au Venezuela, en Équateur… Ça oui, c’est du pouvoir. Le reste, c’est des mots ».

Et enfin, troisième point, et je suis encore une fois d’accord avec lui, les médias devraient être plus transparent quant à leurs soutiens ou mécènes. Pourquoi tout le monde était-il au courant pour DSK et que personne n’en parlait ? Pourquoi fut-ce la même chose pour Jérôme Cahuzac où tous savaient pour son cabinet de chirurgie et l’argent non déclaré ? Pourquoi seul Mediapart eut-il les couilles de révéler ce que beaucoup de journalistes savaient ? L’ancien candidat du Front de gauche à l’Élysée a également estimé que certains journalistes devraient publier eux aussi leur patrimoine – les patrons de chaînes, les chefs de service :

« de manière (à ce) qu’il n’y ait pas de doutes sur le fait qu’éventuellement, il y ait des pressions sur eux, parce que je ne m’explique pas pourquoi il n’y a que Mediapart qui est capable de mener des enquêtes jusqu’au bout dans ce pays ».

Monsieur Mélenchon aura d’ailleurs essayé à plusieurs reprises de faire parler David Pujadas quant à son patrimoine, mais ce dernier aura toujours donné une fin de non-recevoir, ou esquivé les questions.

Si je suis Homosexuel c’est parce que…

… je n’ai jamais eu le choix. Je le suis parce que mon Papa et ma Maman m’ont conçu ainsi. C’est au plus profond de moi, c’est dans mes gènes. Car si j’avais eu le choix, croyez-vous que j’aurais choisi l’homosexualité pour prendre le risque qu’à chaque coin de rue il m’arrive ça ? (plus d’info en cliquant sur l’image)

Wilfred de Bruijn

 

ou ça ? (plus d’info en cliquant sur l’image)

Nicolas

 

ou encore cela ? (plus d’info en cliquant sur l’image)

Romuald et Steeve

 

Il ressort clairement que ces personnes ont choisi ce qui leur est arrivé !!! C’est évident. Tout le monde a envie de se faire éclater la tête en pleine rue parce qu’il est homosexuel. Tous les gays ne cherchent que cela : se faire insulter de tapette, tafiole, tapiole, pédale, tarlouze  PD, enculé, pédophile, etc ; avoir peur de rentrer chez soi car ils traversent une citée, ne pas pouvoir prendre par le bras, par la main, embrasser l’être cher, lui faire un câlin, l’enlacer simplement parce que l’autre est du même sexe. C’est vrai que c’est très enviable comme situation.

Il est évident que tous les matins nous n’avons qu’une envie c’est de voir des gens faire ça :

« CIVITAS : Prière de rue devant le Sénat – L’homosexualité, le choléra et la peste ! »

Il est évident que si je suis gay, c’est pour porter un Triangle Rose et être déporté au même titre que les juifs dans les camps de concentration !

Triangle Rose

 

Il est évident que si je suis Gay, c’est pour ne pas pouvoir adopter d’enfant, ne pas pouvoir procréer facilement, pour ne pas avoir de descendance et que l’espèce humaine s’éteigne !

Alors oui, en résumé, si je vous écoute : j’ai CHOISI d’être Gay car je suis un con qui préfère avoir une vie impossible, où chaque jour je risque d’être tabassé à mort, juste pour emmerder le monde !

JE VOUS DIS SIMPLEMENT NON !

 

JE SUIS GAY

Parce que je suis né ainsi.

Parce que personne ne m’a demandé mon avis

Parce que la personne que j’aime est simplement du même sexe que moi

Parce que la personne que j’aime, je l’aime pour elle et non pour sa couleur de peau, sa religion, sa culture

Parce que cette personne que j’aime, m’aime pour ce que je suis

Parce que nous préférons être fiers de ce que nous sommes que de rester reclus chez nous à faire semblant

Parce que l’amour est la chose la plus belle que l’Homme possède

 

À toutes les personnes qui sont contre les 7 points précédents : C’est vous qui n’êtes pas normales. Et à tous les religieux intégristes : dans la bible il est écrit : DIEU EST AMOUR.

 

Commencez par là et après vous pourrez venir donner des leçons de morale !

Moi, je suis insomniaque !

MédicamentsDepuis que je suis tout petit, j’ai des problèmes pour dormir. Et pas qu’un peu. Pour vous dire, je me rappellerai toujours une veille de Noël, quand je devais avoir 3 ou 4 ans. Ce soir-là, je devais dormir avec ma grand-mère, car ma chambre avait été réquisitionnée pour de la famille. Et ce qui m’avait marqué, c’était que j’avais dit à ma grand-mère : « Pourquoi tu te lèves maintenant ? Nous venons juste de nous coucher. » Et elle m’avait répondu : « Mais non, cela fait 8 heures que nous nous sommes couchés. C’est déjà le matin ! » Je compris alors que je venais de passer une nuit à dormir et non à chercher le sommeil. Ce matin-là me marqua à vie.

Depuis, malheureusement, les choses n’ont guère évolué. L’endormissement est toujours un problème. Je peux tourner des heures sans pouvoir rejoindre Morphée. Et même si je suis exténué, cela ne changera pas grand-chose, à de rares exceptions près. La pire période fut début 2009. Je venais de commencer à travailler chez Boulanger en banlieue parisienne. Il me fallait au moins 1 h 30 de transport pour rejoindre mon lieu de travail. Étant cadre, mes journées ressemblaient d’avantage à 12 heures de travail qu’à 8 heures. Vous ajoutiez à cela le temps de transport de 3 h et vous compreniez que le temps restant était dévolu au repos. Sauf que, malheureusement, je n’arrivais pas à dormir. Au bout d’un mois, j’étais devenu un zombie. J’étais blafard, je n’arrivais plus à m’asseoir sans que cela se transforme en calvaire, je piquais du nez continuellement, et quand je rentrais chez moi, je n’arrivais pas à m’endormir.

Pourquoi ? C’est très simple : je suis incapable de déconnecter mon cerveau qui reste en ébullition. Des centaines d’idées me viennent à l’esprit, je repasse ma journée, je pense à celle du lendemain, et le pire, je commence à me dire qu’il faut impérativement que je m’endorme sinon je serais dans un état pire le lendemain. Et plus je me dis que je dois dormir, et plus je sais que je n’y arriverai pas. C’est alors une histoire sans fin. En général, j’arrivais à m’endormir vers 5 ou 6 heures du matin, soit 1 ou 2 heures avant que le réveil ne sonnât.

Rien n’y faisait ! Je n’arrivais pas à dormir. À mon pire ennemi, je ne lui souhaiterai pas vivre la même chose tant cela vous détruit la vie.

Aujourd’hui, les choses sont restées les mêmes. Je n’arrive plus à m’endormir sans somnifères. Et pas n’importe lesquels. Tous ne sont pas aussi efficaces. Pis ! Une même molécule n’a pas le même effet selon sont conditionnement ou le laboratoire. Et là, j’en viens au deuxième point : les médicaments génériques ne sont pas tous identiques aux princeps (médicament copié). J’en avais déjà soupçonné le problème, mais on me répondait que non. « Médicaments génériques : L’efficacité est la même ». Les médecins et pharmaciens sont les premiers à me contredire ! Je serais comme ces petits vieux qui sont psychorigides et qui, par principe, sont persuadés que leur médicament ne marche pas. Mais pour quoi serions-nous à ce point con ? D’autant plus que je ne m’étais jamais posé la question avant ! Et donc je n’avais aucun a priori sur les génériques jusqu’au jour où, prenant mon somnifère d’une nouvelle marque, je n’arrivai plus à dormir. Reprenant l’ancien, je dormais de nouveau. Et je peux vous assurer que la première question qui m’était passée en tête n’était pas à propos de la marque, mais à propos de mon corps : Est-ce que mon métabolisme ne se serait pas accoutumé au médicament, et donc qu’il n’avait plus aucun effet ?

Depuis, je suis tombé sur deux articles qui tendent à confirmer mes propos : « Médicaments génériques : le cri d’alarme des médecins » et « Médicaments génériques : Copies non conformes ». On découvre que les molécules de base sont fabriquées à l’autre bout du monde et peuvent être de moins bonne qualité, que les excipients jouent un rôle important, et que la méthode d’absorption impacte également le résultat final. Bref, on est loin de : « c’est la même chose ». Alors, en ce qui me concerne, cela n’a pas une importance vitale, car c’est juste pour dormir, et c’est de la médecine de confort. Mais qu’en est-il pour les personnes qui ont des traitements lourds ? Un futur scandale en perspective ? Après le Médiator, les pilules contraceptives de 3e génération et les autres…, il serait temps que l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) fasse son travail et arrête de subir les lobbys pharmaceutiques.

L’âge du Christ !

Jésus sur la croix

Jésus sur la croix

Si je compte bien, il ne me reste que quelques mois à vivre avant de trépasser comme le Christ. 33 Ans ! Mon Dieu. Qui l’eût cru ? Dans tous les cas, merci à tous pour vos messages. Je vous donne rendez-vous dans 3 mois pour ma crucifixion, ma résurrection et ma montée aux cieux.

Nos vacances à Tignes

Après plus de quatre ans, j’ai enfin rechaussé des skis. La semaine dernière à Tignes fut placée sous le signe de la glisse, et de la neige. Surtout de la neige ! Oui parce qu’il faut bien avouer que le climat ne fut pas au beau fixe. Hormis la journée de mercredi où le soleil fut radieux, le reste du temps fut neigeux. Une petite neige ininterrompue de dimanche à mardi, et de grosses chutes de jeudi à samedi ! Une visibilité plus que mauvaise, et trop de poudreuse en fin de semaine. Mais j’ai tenu bon et j’ai skié tous les jours sauf le dernier.

Choupinette eût un peu plus de mal à se motiver. IL faut avouer qu’il était un peu malade durant la semaine. Mais la journée de beau temps, il en a bien profité. Je vous laisse d’ailleurs, admirer ses prouesses sur les vidéos ci-dessous. (en cours d’upload)

Un week-end de Pâque pas comme les autres.

Pâques - Photo de FamilleIl y a de cela 6 ans, quasi jour pour jour, j’écrivais ce billet : « Rien ne va plus ». Je désespérais de voir sombrer ma maman dans une situation insoutenable pour quiconque tenant à elle. Les années passèrent, et mes frères continuèrent sur la même voie que moi, ne voulant qu’une seule chose, faire que ma mère pût vivre dans une maison saine et agréable.

Il y a de cela quelques semaines, un repas de famille fut décidé pour le week-end de Pâque. Celui-ci devait se dérouler dans un restaurant près d’Issoudun, ville où je suis né et où vit toujours ma maman. Ce fut elle qui nous informa, mes frères et moi. Nous quatre étions disponibles pour nous retrouver avec une quarantaine d’autres personnes.

Mais voilà, un de mes frères habite près d’Orléans, et moi à Barcelone. Nous devions donc trouver un toit pour pouvoir dormir au minimum une nuit. Il semblait logique que la maison de notre enfance fût ce lieu, mais cela impliquait un travail de fond. Notre mère devrait impérativement faire un grand ménage, jeter, récurer pour pouvoir nous recevoir accompagné de nos moitiés. Mon frère avait été plus que clair : la maison devait être parfaite. Sa copine devait découvrir ce lieu de son enfance et il voulait qu’elle comprenne pourquoi il tenait tant à cette maison. Voyant cela, je m’engouffrais dans l’opportunité pour en ajouter une autre couche.

Notre maman n’avait plus le choix : elle devait faire un effort pour recevoir ses enfants.

Nos attentes furent récompensées d’une manière inattendue. Notre maison avait retrouvé une partie de ses couleurs d’antan. Certes, il restait beaucoup à faire, mais notre maman avait accompli plus que nous n’aurions pu espérer, contrastant en tout point avec les fois précédentes qui furent un échec.

Ce qui prouva que le déclic était bien là fut sa volonté d’organiser un autre repas dans notre maison, avec toute la fratrie, leur moitié et leurs enfants, ainsi qu’une amie de la famille pour le dimanche soir. Ceci n’était plus arrivé depuis plus dix ans. Cette maison revivait enfin, notre maman était heureuse de nous recevoir, et son souhait de faire durer cet instant était la preuve qu’il nous fallait pour y croire.

Nous, les 4 frères, profitâmes de cet instant pour décider que ce moment ne devait pas s’arrêter là. Le rendez-vous fut pris pour cet été, durant une semaine entière, pour remettre sur pied cette maison, ce terrain, et surtout nous retrouver comme au bon vieux temps.

Nous sommes une famille, nous sommes des frères, nous n’avons qu’une mère et nous en sommes fiers !