Et si les élections de cette année signaient la mort de la Ve République…

En lisant cet article : « 2012 : et si la gauche jouait la cohabitation avec Sarkozy ? » de Rue89, il m’est apparu que ce scénario était tout à fait plausible. Nicolas Sarkozy pourrait être réélu comme Président de la République, mais perdre les élections législatives qui suivent et ainsi avoir une cohabitation tout à fait originale. L’idée de dissolution lui traverserait l’esprit, au risque de subir un nouveau camouflet encore plus ravageur, et probablement signer la fin  de son ambition présidentielle pour la mandature de 2022.

Ainsi, il serait obligé de nommé un premier ministre Socialiste, Martine Aubry selon toute vraisemblance vu la défaite de François Hollande quelques semaines au paravant, et d’accpeter quelques mois ce gouvernement bien encombrant.

Ensuite, s’il voulait dissoudre l’assemblée, il prendrait le risque que les Français confortent leur premier vote et se retrouverait contraint de l’accepter, tout en restant spectateur. Sa carrière politique en serait marquée à vie. Le seul cas où cela pourrait passer, c’est un problème de conflit entre syndicats et gouvernements, ou une aggravation du climat économique. Le risque inhérent étant trop important et surtout imprévisible, jamais il ne pourrait envisager cette opportunité.

Alors, pour se sortir de cette situation, qui en soi, ne plaira guère au gouvernement en place, il proposera de changer les institutions et de créer une VIe République. En ce qui le concerne, il n’y verra que des avantages :

  • Au niveau historique, il laisserait à jamais son nom comme l’instigateur et le créateur de cette nouvelle organisation française, comme ce fut le cas pour le Général de Gaule.
  • Au niveau politique, il  ne perdrait pas totalement la face et pourrait avoir une légitimité au niveau national.
  • Au niveau institutionnel, il serait obligé de concevoir cette nouvelle République en partenariat avec la gauche qui ne pourrait lui reprocher toute manœuvre électoraliste, ou favorisant son camp.
  • Enfin, la mise en place de cette nouvelle constitution serait un bon moyen de mettre un terme avant l’heure à cette cohabitation gênante.

 

Laisser un commentaire