Aside

Le soir où je suis allé voir « 28 semaines plus tard » au cinéma, j’attendais tranquillement le début de la séance au café à l’intérieur de l’UGC Bercy. En train de discuter avec mon homme, je vois quelques tables plus loin une tête familière. Je regarde un peu plus et je m’aperçois qu’il s’agissait d’un politicien. Impossible de remettre un nom, mais il s’agit d’un grand copain de Ségolène Royal. Je le montre à mon homme et me confirme qu’il s’agit bien de lui, mais il est également incapable de le nommer.

Il est donc assis un peu plus loin et nous tourne le dos. Cependant, il est constamment retourné vers nous et soit regarde à côté de moi, soit me regarde. Je commence à me demander pourquoi il se contorsionne ainsi sur son fauteuil pour regarder vers nous. Je vais chercher un coca au bar et son nom me revient. Julien Dray. Étant juste à côté de lui je confirme définitivement que c’est bien lui. Je reviens m’assoir et constate qu’il est toujours en train de regarder.

Et puis il se lève et se dirige droit vers nous pour s’arrêter juste à côté de moi. Il reste planté là quelques dizaines de secondes et s’en va finalement.

Je vous avoue qu’à ce moment, je me demandais bien ce qu’il allait pouvoir me dire. J’étais prêt à dégainer ma carte de l’UMP. LOL.

Est-ce qu’il m’a pris pour quelqu’un d’autre ? Est-ce qu’il est tombé sous mon charme ? Est-ce qu’il voulait m’indiquer aujourd’hui qu’il allait entrer dans le gouvernement Sarkozy ? Aucune idée.

Ça fait bizarre d’être observé comme ça.

Laisser un commentaire