Avantage à Gauche

Après ce long débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy on peut assurément dire que la première a mieux métrisé son sujet sans bafouiller et sachant clairement ce qu’elle allait dire alors que pour le second ce n’était pas toujours le cas. Il paraissait moins à l’aise et moins sûr de lui. Cependant, il retrouvait parfois sa verve habituelle et reprenait le dessus à ce moment là. On lui reprochera que ce n’était malheureusement pas souvent.

Ils ont essayé de se piéger mutuellement et y sont arrivés de temps en temps. Sur le nucléaire, la candidate socialiste avait raison sur le fait que l’EPR est de troisième génération mais se trompait sur le fait que le nucléaire représente bien aujourd’hui 39 % des énergies utilisées et non 20 % comme elle le prétendait.

Ensuite, Nicolas Sarkozy a bien choisi son moment pour faire perdre son calme à Ségolène Royal en l’attaquant sur un sujet qui lui est cher. Le résultat fut immédiat et le coup était gagné.

Enfin, il est clair que la stratégie de la candidate était d’voir toujours le dernier mot et d’essayer de ne pas laisser le candidat de l’UMP argumenter. Il est impressionnant le nombre de fois où ce dernier n’arrivait pas à placer un mot pour défendre son programme alors que la réciproque était vraie. Soit il avait peur qu’on le prenne pour un machiste, soit il n’avait réellement pas les moyens d’enchainer.

Il a joué sur un côté humain, pour essayer de rompre avec l’image qui lui colle à la peau et je pense que c’est réussi. Pour la candidate c’était sur la crédibilité qu’elle jouait et elle a également bien maitrisé cet aspect.

Au final, et puisqu’il faut un vainqueur, je dirais que c’est la candidate socialiste qui s’est le mieux sortie de cette redoutable épreuve, même si j’aurais juste un reproche à lui faire : je l’ai trouvé trop ferme. On pourra reprocher le contraire à son opposant.

Laisser un commentaire