Articles for the Month of avril 2007

Décès de Gregory Lemarchal

Je ne peux pas dire que je lui trouvais un talent particulier hormis qu’il avait une belle voix mais j’avais trouvé qu’il avait eu du courage de participer à ce genre d’émission alors qu’il avait besoin quotidiennement de soins lourds à cause de sa mucoviscidose.

Selon sa bio, dès son plus jeune âge il avait touché une carrière artistique pour être Champion de France de rock acrobatique à 12 ans.

Si je parle de ce fait divers c’est simplement pour rappeler que nous, personnes bien portantes, avons de la chance d’avoir notre situation et notre santé. Il faut toujours relativiser n’importe quelle situation et arrêter de se plaindre à tout va.

Aujourd’hui, il vient de décéder à l’âge de 24 ans… A méditer !!!

Comme quoi, les pressions ne viennent pas toujours d’où on le dit.

Article paru dans Le Monde le 29/04/2007

Jean-Michel Baylet, vice-président du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), a démenti, dimanche 29 avril, que « Ségolène Royal ou son entourage » ait « exercé des pressions sur notre syndicat ». D’abord pressenti pour organiser le débat Royal-Bayrou, le SPQR s’était désisté. Des accusations issues de l’UDF et du PS avaient alors fusé contre Nicolas Sarkozy, soupçonné d’avoir fait pression pour que n’ait pas lieu ce débat. Celui-ci a finalement eu lieu samedi, mais à la télévision.

Depuis, le président du syndicat de la presse quotidienne régionale dément toute pression de la part du président de l’UMP, et accuse au contraire Ségolène Royal d’avoir tenté d’influencer la presse. « On accuse [le SPQR] très directement d’avoir cédé aux pressions du candidat Sarkozy. Or ce syndicat que l’on dit très puissant n’est pas là pour intervenir dans la campagne », déclare M. Comboul, dans un texte paru dimanche dans plusieurs titres de province, dont Nice-Matin et Ouest-France. Expliquant que le refus du SPQR ne répondait qu’au souci de respecter des règles d’équité, il déplore qu' »une formidable machine à désinformer s’est alors mise en marche ».

« FORMIDABLE MACHINE À DÉSINFORMER »

« Oui, le syndicat a été délibérément l’instrument d’une campagne orchestrée. Non, Mme Royal, il n’y a pas eu de pression de Nicolas Sarkozy. En revanche, il y en a eu de très fortes de votre côté, exercées directement par votre équipe, et aussi par vous-même à travers vos déclarations », reproche le président du SPQR. Il réaffirme par ailleurs ne pas avoir rencontré Nicolas Sarkozy jeudi matin, contrairement aux affirmations de Mme Royal.

Suite à ces déclarations, Jean-Michel Baylet, le numéro deux de l’organisation est intervenu pour contredire son supérieur : « je suis scandalisé d’entendre certains prétendre que Ségolène Royal ou son entourage aurait exercé des pressions sur notre syndicat. Comme vice-président de notre syndicat, je démens formellement ces affirmations sans fondement », affirme, dans un communiqué, M. Baylet, qui est également président du Parti radical de gauche (PRG), qui soutient la candidate socialiste.

Lundi, je ne vote pas Ségolène Royal

L’expérience menée dans la clinique Poitou-Charente a révélé de nombreuses facettes de la candidate socialiste, inacceptables lorsque l’on brigue la magistrature suprême :

– son autoritarisme qui s’est traduit par deux procès aux prud’hommes l’un pour harcèlement moral (affaire pendante), l’autre pour avoir oublié de payer ses collaboratrices et pour lequel elle a été condamnée en première instance.

– son sectarisme vis à vis de l’opposition à coup de retrait de subventions ou d’oubli de convocations. La démocratie participative partout sauf là où elle est au pouvoir…

– son favoritisme à l’égard de sa circonscription d’élection qui reçoit 24% des subventions régionales distribuées aux communes alors qu’elle ne représente que 5 ,3% de la population de la région, et à l’égard de la gauche dont les collectivités reçoivent 65% des dites subventions. Pour nous cela s’appelle du clientélisme.

– la pauvreté de ses idées politiques, qui confine plus au marketing qu’à l’avenir politique du territoire : est-il utile d’offrir une paire de charentaises à tout le monde comme cela a été fait sans sa région aux frais du contribuable ?

– son dogmatisme à base d’augmentation des impôts. De 2004 à 2005, la taxe professionnelle a augmenté de 16,2%, la taxe sur le foncier bâti et non bâti de 11,8% et la carte grise de 27%.

Énorme !!!

Même si au dernier moment j’ai renoncé à aller participer au meeting de Nicolas Sarkozy à Bercy alors que je m’étais inscrit, je l’ai tout de même suivi sur La Chaine Parlementaire. Et là je dois dire que je suis passé par plusieurs stades : l’émotion, la fierté, l’envie, l’espoir, la volonté de suivre et voter pour ce candidat dont certains disent qu’il est un danger pour la France. Sauf que, si cela était le cas, il n’y aurait pas autant d’engouement.

Il est le seul à pouvoir faire de mon pays, le pays de mes rêves, le pays que mon coeur chéris chaque jour, ce pays où je suis fier d’être né et dont je souhaite pour lui et ses habitant la plus grande prospérité. Mais pour cela il faut quelqu’un dont la seule volonté est de nous faire aller de l’avant, avec des réformes justes, sociales, équitables et volontaristes. Il faut arrêter de se plaindre et de ne rien faire. Comme les accouchements qui sont une douleur pour la mère, il en sera de même pour la France. On a rien sans rien. Certaines réformes seront dures à mettre en place et il faudra peut être même renoncer à certains avantages, mais c’est comme cela que tout le monde aura sa chance et pourra vivre décemment.

Alors comme moi le dimanche 6 mai, votez pour Nicolas Sarkozy, le candidat de tous les espoirs et :

« Vive la Démocratie, Vive la République et Vive La France »


Sarkozy Bercy Intégral 29 Avril 2007 par Carobio2007

Très bien fait. REALISE sans avec TRUCAGE ?

Je crois qu’il vaut mieux regarder ce petit montage qui vaut mieux que tout résumé.


segolene royal remix par webcamsexy

Manoeuvre politique ?

Je m’interroge de plus en plus sur la stratégie de François Bayrou. En effet, je me demande si tout cela n’est pas un stratagème pour découper en morceau Ségolène Royal lors de son débat. En effet, rien ne l’empêche de réfuter chaque proposition et de la faire passer pour une incompétente car je vois quand même mal l’UDF faire une alliance avec le PS et donc par extension avec l’extrême gauche.

Même s’il acceptait des postes de ministres, il ne pourrait pas l’être à côté de communistes. Je veux bien qu’il ait l’esprit ouvert et qu’il veuille faire des concessions mais de là à faire le grand écart, c’est impensable. Comment pourrait-il faire pour que la candidate fasse des pas vers le libéralisme sans se mettre à dos les partis de gauche et donc ses électeurs potentiels. Ceux-ci pourraient se raviser et voter blanc.

Avant même le premier tour, Michel Rocard avait soulever les foules en proposant une alliance. Quelques jours plus tard, cela ne dérangeait plus personne au PS. Il est clair qu’une majorité de votants de gauche ne peuvent pas cautionner cette initiative qui va à l’encontre pure et dure de leurs convictions les plus profondes. Ils ne voteraient quand même pas pour une candidate qui autorise une part de libéralisme. C’est d’ailleurs une des raisons qui avait causé la chute de Jospin en 2002, car ce dernier n’avait pas un programme à gauche, mais un programme de centre gauche. Je crois que le PS a la mémoire courte.

Peut être également qu’il n’y a rien de tout cela et que Bayrou fait ce rapprochement sans stratégie aucune, sauf celle de préparer les législatives, et donc de faire des alliances dans des cantons pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat UDF et pas de candidat PS. Et c’est là où le bas blesse car dans ces fiefs électoraux, je vois mal les sympathisants de gauche voter pour l’UDF car on ne leur en laissera pas le choix.

La gauche devrait faire les bons calculs car, même si elle gagnait les présidentielles, il serait dommage qu’elle n’ait pas la majorité absolue au parlement. Cela serait une première après le passage au quinquennat. Une cohabitation 1 mois après une élection présidentielle ça pourrait être très drôle. Et malheureusement, cela serait encore la France qui en pâtirait.

16 sur 29

Selon les chiffres donnés au journal de France 2 cet après-midi et si ma mémoire est bonne, il y aurait déjà 16 députés de l’UDF qui ont rejoins le camp Sarkozy, 1 qui votera blanc et 12 qui ne se seraient pas encore prononcé. Au moins, même si le boss ne se prononce pas, son entourage le fait et va plutôt vers l’UMP.

Si l’on rajoute à ceux-là ceux du PS qui se sont ralliés également au candidat de droite, on voit plutôt une dynamique de gauche vers la droite que le contraire. Gageons que les électeurs fassent de même.

Aucune consigne de vote de François Bayrou

L’ancien candidat à l’élection présidentielle, François Bayrou, vient d’annoncer lors d’une conférence de presse, qu’il ne donnerait aucune consigne de vote à ses 6 820 000 électeurs. Il précise qu’actuellement, aucun projet, que se soit de l’UMP ou du PS, ne correspond à sa vision actuelle de la politique française. Cependant, si l’un ou l’autre des partis faisait un grand pas vers lui en changeant sa vision des choses, il reconsidèrerait peut être sa position. Il a indiqué que Ségolène Royal lui avait proposé un débat public et qu’il l’acceptait et qu’il proposait même que cela se passe à la télévision. Quant à Nicolas Sarkozy, il n’a fait aucun geste vers l’ancien candidat mais ce dernier reste à sa disposition, dans les même conditions que la candidate socialiste.

Il a également annoncé la création d’un nouveau parti politique, le Parti Démocrate. Il a confirmé qu’il présenterait, à toutes les prochaines élections, des candidats dans toutes les circonscriptions.

Lors des questions posées par les journalistes, il a précisé que, si la proposition de Michel Rocard avait été écouté à l’époque, on n’en serait pas là aujourd’hui. Il a rappelé certains propos tenus par certains « éléphants » du PS : « on ne peut pas concilier l’inconciliable ». Il a enfin ajouté que le fait que le PS se soit allié avec l’extrême gauche, ceci empêcherait toute alliance pour le moment.

ASSEDIC

Je me suis inscrit aux ASSEDIC par internet le 18 avril et j’avais peur que soit pris en compte cette date pour le début de mes droits. Je n’avais fait aucune démarche avant car je n’ai, à ce jour, toujours pas reçu mon attestation par mon ancien employeur. Ce matin, lors de mon rendez-vous avec l’agence, ils m’ont indiqué que serait pris en compte la date de fin de contrat ce qui me fait gagner 5 jours supplémentaires. Je sais qu’il va y avoir les jours de carence et que le mois de mai va être difficile mais c’est toujours cela de pris.

Ensuite je leur ai indiqué que je souhaitais créer mon entreprise et là ils m’ont indiqué qu’ils avaient des conseillers et un service pour nous aider dans nos démarches.

Cela fait plaisir de voir que l’on fait tout pour que quelqu’un monte sa boite car de tous les côtés ont me propose de l’aide. Tout ceci s’annonce de bon augure. Il faudra juste espérer que la clientèle sera là.

Résultats Élection Présidentielle 2007 1ier Tour

 M.  Nicolas  SARKOZY 11 323 599 31,11%
  Mme  Ségolène  ROYAL 9 402 797 25,83%
  M.  François  BAYROU 6 750 006 18,55%
  M.  Jean-Marie  LE PEN 3 824 258 10,51%
  M.  Olivier  BESANCENOT 1 494 446 4,11%
  M.  Philippe  de VILLIERS 815 789 2,24%
  Mme  Marie-George  BUFFET 705 487 1,94%
  Mme  Dominique  VOYNET 570 240 1,57%
  Mme  Arlette  LAGUILLER 486 495 1,34%
  M.  José  BOVÉ 479 125 1,32%
  M.  Frédéric  NIHOUS 420 097 1,15%
  M.  Gérard  SCHIVARDI 123 305 0,34%
36 395 644 100,00%

 

Ces résultats tiennent compte de tous les votants vivant en France, départements d’Outre-Mer inclus. Il ne manque que les votants habitants à l’étranger.

On s’aperçoit que Jean-Marie Le Pen perd quasiment 1 millions de voix en comparaison à 2002 alors que le taux de participation est beaucoup plus élevé et que le nombre d’inscrits l’est également.

Sarkozy obtient tout simplement le double de voix de Chirac en 2002. Il a même plus de voix que certains second tours des votes précédents. En comparaison à 1995, Jospin avait eu 13 792 000 voix au second tour soit 2 500 000 voix d’écart.