Flash Back n°1 : les études

Aujourd’hui je suis directeur adjoint d’un magasin Celio et peut être dans les mois qui viennent un directeur de magasin. Mais comment en suis-je arrivé là ?

Jusqu’à l’obtention de mon bac Scientifique spé Maths en juin 1998, j’étais toujours dans le foyer familial avec ma mère et deux de mes frères. J’ai eu ce bac sans trop révisé d’où un 11 de moyenne, qui de toute façon me suffisait pour passer à la suite.

Après l’affichage des résultats, je suis allé m’inscrire à mon école d’architecture qui se trouvait à paris Tolbiac mais qui déménageait pour la rentrée scolaire à Marne-la-vallée. Je me rappelle d’ailleurs très bien de ce jour car il s’agissait du lundi 13 juillet 1998, lendemain d’une certaine finale France – Brésil. L’inscription c’est très bien passé durant la matinée et ma mère, mon frère et moi en avons profité pour aller faire un petit tour sur les champs elysées, comme 600 000 autres personnes d’ailleurs, pour aller voir les footballeurs avec leur trophée. Ce fut un moment marquant car c’est la seule fois de ma vie où je vis 600 000 personnes communiées autour d’une seule et même joie. Ca faisait plaisir à voir que finalement, le parisien, égoïste et nombriliste, arrivait à partager des choses avec un inconnu.

La rentrée scolaire fut un 18 octobre et tout se passa bien durant l’année, que j’obtins sans grande difficulté. Mon père et ma mère avaient tout financé. La seconde année s’arrêta rapidement pour des problèmes personnels. J’en profitai pour travailler à droite et à gauche, partir un peu à Toulouse, pour revenir ensuite sur la capitale au mois de mai 2000. A ce moment là je commençai à travailler pour celio comme job de vacances.

Durant l’été, mon père m’annonça qu’il ne financerait plus mes études car il en avait marre et qu’il préférait garder cet argent pour lui. Quand j’annonçai ceci à mère, elle me rétorqua qu’elle paierait à sa place. Je lui fis comprendre que nous ne tiendrions pas l’année comme cela et que je serais obligé de l’arrêter en cours pour pouvoir payer mes charges. Et comme les 2 premières années doivent se faire en 3 ans maxi, je ne voulais pas risquer de gaspiller ma dernière chance. Je décidai alors de continuer chez celio et de reprendre un jour mes études…

En conclusion : j’ai arrêté mes études à cause de mon père et suis arrivé chez celio par hasard. Aujourd’hui je suis directeur adjoint alors que rien ne me destinait à ça. On peut donc évoluer au travail sans forcement avoir bac + 6.

Laisser un commentaire