Flash Back n°4 : Independance Day

Le 4 juillet 2002, qui tombait un dimanche, je déménageai du 15e arrondissement pour la Place de Clichy dans le 18e.

Ce changement de domicile faisait suite à la rupture avec mon copain de l’époque Christophe. Cela faisait deux ans que nous étions ensemble et dès le début j’étais allé habiter chez lui. J’avais 20 ans lors de notre rencontre et lui 31.

Je me souviens très bien de la soirée où notre regard s’était croisé pour la première fois. D’ailleurs il avait fallu de peu que cela ne se produise pas. À l’époque j’habitais dans le 3e arrondissement, à Strasbourg Saint-Denis. Ce soir-là j’avais décidé d’aller au Queen avec des amis et on s’était donné rendez-vous sur place. En partant de chez moi, je suis allé retirer de l’espèce et je me suis fait agresser par deux types pas très adroits puisqu’ils ne m’ont finalement rien subtilisé. Ils ont par contre réussi à vider le suivant.

Arrivé au Queen, je retrouve mes amis et aperçois assez rapidement un mec, les cheveux blond platine décolorés au beau milieu de la piste. J’étais sur la mezzanine et n’arrêtais pas de le dévisager. Je me suis alors décidé, en me forçant, à m’approcher de lui sur la piste. Je suis resté à 3 m de lui et n’arrêtais pas de l’observer de côté. D’un coup il s’est retourné et s’est aperçu de mon regard. Il m’a souri et a commencé également à me dévisager. Ceci a duré au moins deux heures, mais j’étais incapable de faire le premier pas.

Il faisait très chaud ce soir d’aout et je suis allé me prendre un verre au bar. Je suis revenu et il n’était plus là. J’ai commencé à faire le tour de la boite, impossible de le retrouver. Je suis alors sorti, et toujours personne. J’étais dégouté, car je n’étais pas allé le voir dû à ma timidité.

La semaine s’écoula et je me décidais à retourner au Queen en espérant qu’il y serait de nouveau. En arrivant ce dimanche soir, je l’ai immédiatement repéré au même endroit sur la piste. Je me suis rapproché, mais toujours à bonne distance, car toujours pétrifié. Il m’a alors sauté dessus et m’a expliqué que la semaine dernière, quand j’étais parti au bar, il a cru que je partais et qu’il était donc sorti. Il m’avait attendu dehors, mais ne me voyant pas arrivé il était rentré chez lui.

Notre histoire a alors commencé et je suis très rapidement allé habiter chez lui. Nous avons vécu beaucoup de choses ensemble et il peut se vanter de m’avoir fait découvrir pleins de choses (bien et moins bien d’ailleurs). J’ai découvert mes compétences sexuelles grâce à lui et je dois bien avouer que j’ai rarement reproduit certains trucs depuis… LOL il m’a fait essayer également certaines choses moins licites comme les ext.. ou la C.

Et puis le temps a commencé à faire son travail, sa jalousie et sa possessivité a fait le reste. Je ne pouvais plus rien faire. J’étais enfermé chez nous quand je ne travaillais pas. Pire, même parfois quand je bossais il ne me croyait pas. Au passage à l’euro, le 1er janvier 2002 j’ai dû aller à mon magasin Celio avec une collègue pour m’assurer que les caisses avaient bien basculé. J’ai dû ce soir là, le faire parler au téléphone avec ma collègue et prendre des photos du magasin et des caisses avec l’heure et la date pour me justifier…

Un jour ce trop insupportable et je lui ai annoncé que je le quittais. J’ai cherché un appartement et j’ai déménagé le 4 juillet. En partant de l’appartement, je lui ai fait cette réflexion :

« Tu sais ce que représente le 4 juillet pour les américains ? C’est le jour de leur indépendance, et bien pour moi, aujourd’hui c’est la même chose. »

Il a très mal supporté notre rupture et a malheureusement eu de gros problèmes de santé suite à ça. Il était très fragile émotionnellement. Aujourd’hui il va beaucoup mieux, mais a mis 4 ans pour s’en sortir. Entre temps, il avait eu une autre relation qui l’avait encore plus détruit.

Laisser un commentaire